Sur le sol canadien - l’épopée de la chaussure dans le Canada d’autrefois Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
ExpositionChaussures mémorables

LES KAMIKS DES INUITS
LES MOCASSINS DES PREMIÈRES NATIONS
DES STYLES CHANGEANTS - LE RÔLE DE LA TRAITE ET DES VOYAGEURS
DES CHAUSSURES POUR UNE TERRE NOUVELLE
LA CHAUSSURE CANADIENNE À L’ÈRE DE L’ARTISANAT
LA FABRICATION DES CHAUSSURES
LES CORDONNIERS AMBULANTS
LES CHAUSSURES CACHÉES
LES MAÎTRES ARTISANS
CHAUSSURES ET BOTTES DE PLEIN AIR
CHAUSSURES ET BOTTES DE TOUS LES JOURS
QUELLES CHAUSSURES PORTER?
CHAUSSURES ET BOTTES HABILLÉES
LA CHAUSSURE CANADIENNE À L’ÈRE DE LA MÉCANISATION
Déblayage du lotissement de la ville
Déblayage du lotissement de la ville
La chaussure de plein air

À l’aube du xixe siècle, la plupart des hommes avaient besoin de chaussures utilitaires leur protégeant les pieds des blessures, du froid et de l’humidité. La majorité des chaussures et des bottes de travail étaient portées jusqu’à l’usure totale, ce qui explique pourquoi peu d’entre elles ont subsisté jusqu’à nos jours.

Beaucoup de Canadiennes requéraient quant à elles aussi des chaussures solides et utilitaires, bien adaptées au travail en dehors de la ferme. Certaines se procuraient des chaussures résistantes, de style européen, auprès de leur cordonnier — des chaussures qu’il aurait été inapproprié de porter en société, mais qu’il était idéal de porter pour nourrir le bétail. D’autres adoptèrent les mocassins, un type de chaussure pratique et bien adapté, s’en procurant le plus souvent auprès de femmes autochtones.

Section suivante >>

Cliquer sur l'image pour actionner
Sabots Bottes de pêche à l’anguille
Sabots Bottes de pêche à l’anguille
12
EnglishCarte du siteRemerciementsVos commentaires© Musée Bata de la chaussure, 2005. Tous droits réservés