Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
Jeu
Base de données
Histoire
English

Accueil
Histoire

1868-1996

1868
Création du premier laboratoire scientifique destiné à lutter contre le crime, l'Institut de médecine légale de Paris.
1878
Cité à témoin dans une affaire de viol et de meurtre, le Dr William Hodgeson Ellis explique les conclusions que l'on peut tirer du nombre, de la taille et de l'emplacement des taches de sang trouvées sur les vêtements de l'accusé (cas d'analyse des taches de sang).
1882
Alphonse Bertillon, un criminologiste français, reconnu comme étant le père de l'identification des criminels, met au point un système anthropométrique, combiné à la prise de photos, pour identifier les criminels. Le système comprend la prise d'une photo de l'individu faisant face à l'appareil photographique, suivie d'une seconde photo de profil. On mesure ensuite la taille de l'individu ainsi que la longueur d'un de ses index, d'un bras et d'un pied.
1890
Alphonse Bertillon découvre que chaque empreinte digitale possède des caractéristiques qui lui sont propre. La prise d'empreintes digitales devient rapidement un moyen reconnu d'identification de l'individu.
1908
Décret en conseil du gouvernement fédéral du Canada approuvant l'utilisation des empreintes digitales comme moyen d'identification en vertu de la Loi sur l'identification des criminels (1898).
1910
Création du second laboratoire au monde, à Lyon (France) avec Edmond Locard.
1911
Première série d'empreintes digitales expertisées par l'Office des empreintes digitales de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sous la direction d'Edward Foster (1863-1956), « père de la dactyloscopie au Canada ».
1913-14
Sir Lomer Gouin, procureur général et premier ministre du Québec, décide de créer le premier Laboratoire de médecine légale d'Amérique du Nord.
1920
Publication d'un ouvrage du Dr Wilfrid Derome « Précis de médecine légale ».
1922
Première présentation devant les tribunaux d'un résultat d'analyse du dosage d'alcool éthylique dans le sang.
1922-24
L'Affaire Delorme : l'Abbé Delorme est accusé du meurtre de son frère à Montréal (Québec).
1924
L'Affaire de la Banque d'Hochelaga : des bandits attaquent les convoyeurs de fonds de la banque à Montréal (Québec).
1928
Parution du « Lieu du Crime »
1929
Parution de « Expertise en Armes à Feu »
1931
Mort du Dr Wilfrid Derome à Montréal.
1932
Le Laboratoire médico-légal du procureur général, deuxième laboratoire de médecine légale au Canada, est créé en Ontario. Il a pour tâche de pratiquer des autopsies, des tests sanguins ainsi que des examens de taches de sperme, de cheveux, de fibres et de matières végétales.
1932
L.J. Rogers introduit l'utilisation de l'alcoolémie en preuve devant les tribunaux de l'Ontario en attestant avoir trouvé de l'alcool dans l'estomac d'un homme dont la consommation d'alcool « noir » avait entraîné la mort.
1937
Ouverture d'un Laboratoire de la GRC à Régina (Saskatchewan) suivi de plusieurs autres laboratoires conribuant à l'essor des sciences judiciaires à l'échelle du Canada.
1947
Première présentation devant un tribunal des résultats d'une analyse spectrographique de peinture.
1949
L'Affaire Guay : une bombe cause l'explosion d'un avion à Sault-aux-Cochons (Québec).
1950
Première présentation devant un tribunal des résultats d'une analyse spectrographique de débris d'explosifs.
1956
(Juillet/Août) L'éthylomètre de marque Breathalyser® est utilisé pour la première fois par les policiers du corps de Police provinciale de l'Ontario, à Witby (Ontario).
1966
Le Laboratoire médico-légal du procureur général établi en Ontario change de nom pour devenir le Centre médico-légal.
1978
Création de deux unités administratives distinctes : le « Laboratoire de police scientifique » avec monsieur Péclet comme directeur et le «  Laboratoire de médecine légale », avec le Dr Jean-Paul Valcourt comme directeur.
1984
Dans le domaine du profil génétique, la technique des « empreinte génétique » est découverte par Dr Alec Jeffries du Lister Institute de l'Université de Leicester en Angleterre.
1996
En octobre 1996, le Laboratoire devient la première unité autonome de service du ministère de la sécurité publique.
1996
Dépôt de la collection du Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale au Musée de la civilisation, Québec (Québec).