Échos du passé Pour voir davantage du Musée Virtuel du Canada / See more of the Virtual Museum of Canada
menu intro notions temps paroles art objets crédits english lieux
MENU CONTACTS PRÉSENTATION SAGAS ISLANDAISES ET LÉGENDES INUITES PÊCHEURS BASQUES UNE DISPARITION ÉNIGMATIQUE COMMERCE DES FOURRURES
Contacts

Pêcheurs basques

À partir des premières années du 16e siècle, des pêcheurs basques, bretons et portugais commencent à exploiter les bancs de morues près de l’île de Terre-Neuve et dans le détroit de Belle-Isle. Ensuite, les pêcheurs basques effectueront des incursions dans l’estuaire du Saint-Laurent et occuperont certains emplacements de façon récurrente durant la belle saison pour la capture des baleines. Des vestiges de leur présence ont été découverts à plusieurs endroits le long de la Côte-Nord, mais leurs activités étaient surtout concentrées dans le détroit de Belle-Isle et dans la région de Tadoussac. Des vestiges laissés par les baleiniers basques ont été mis au jour sur l’île Nue de Mingan, à la Baie du Milieu, à Bon Désir, à Chaffaud-aux-Basques, sur l’île aux Basques et à Red Bay (Terre-Neuve).

Ces sites étaient visités par les Basques qui s’y rendaient pêcher et préparer l’huile de baleine. On y a découvert les installations pour la transformation de la graisse en huile, des habitations et un cimetière, sans compter les vestiges de quatre navires. Jusqu’en 1630, les Basques bâtissaient des fours sur les rivages pour la transformation de la graisse. Après cette date, ils faisaient fondre le lard des mammifères aquatiques géants à bord de leurs vaisseaux. La présence des pêcheurs européens fut une activité strictement économique qui résultait de la demande croissante en poissons sur les marchés européens et des rivalités entre flottilles de différents pays pour l’exploitation des bancs de poissons de l’Atlantique Nord.

TUILE DE FOUR BASQUE
TUILE DE FOUR BASQUE

LA BALEINE FRANCHE : PROIE FAVORITE DES BASQUES

La proie favorite des pêcheurs basques est la baleine franche (Eubalaena glacialis) qui mesure entre 10 et 15 mètres. Cette baleine peut être plus facilement harponnée à partir de petites embarcations à rames, car elle se déplace lentement. Une fois capturé, ce large mammifère flotte à la surface. Cette activité commerciale est primordiale dans la vie des Basques. Les ports français et espagnols regorgent d’activités commerciales des produits baleiniers : viande, lard, huile et aussi les fanons de baleines étaient très recherchés.

L’huile de baleine, qu’on appelle parfois « crapois » ou « graspois », était utilisée comme lubrifiant et servait également dans la fabrication du savon, de produits pharmaceutiques et au traitement des tissus. De fines huiles recherchées par les horlogers et les mécaniciens de précision étaient extraites de la langue et du foie, qui pèsent à eux seuls quelques milliers de kilogrammes. La graisse de baleine servait aussi de combustible et remplaçait parfois les chandelles de cire d’abeille pour l’éclairage.

ENTRE DEUX MONDES

La présence continue et régulière de pêcheurs et de commerçants européens dans l’estuaire du Saint-Laurent à partir du 17e siècle est importante car elle a permis d’instaurer un climat propice aux échanges de toutes sortes, échanges assortis de diverses influences. D’après des écrits datant de 1625, les baleiniers basques distinguaient trois groupes autochtones dans la région du détroit de Belle-Isle : les « Esquimaos », les « Montaneses » et les « Canaleses ». Les chercheurs les identifient généralement aux Inuits, aux Montagnais et aux Iroquoiens. Selon les Basques, les « Esquimaos » leur paraissaient hostiles tandis que les autres groupes adoptèrent une attitude plus amicale.

Les Basques, mais aussi les pêcheurs bretons, ont régulièrement établi des contacts avec les populations amérindiennes locales et ils sont parmi les premiers européens à échanger des biens manufacturés contre des fourrures. Dès 1580, les baleiniers basques combinent les activités de chasse à la baleine au commerce local des fourrures. Les Basques importent d’Europe une variété d’objets en métal : des couteaux et haches en fer, des marmites en cuivre, et aussi des perles de verre et des vêtements. Ces activités perdurent jusqu’à la toute fin du 16e siècle, au moment où la traite des fourrures prend la forme d’un monopole avec l’établissement permanent des premiers Européens.

 

© Centre d'exposition, Université de Montréal 2006. Tous droits réservés. Questions/commentaires?

VERSION FLASH