Cliquer sur les images ci-dessous pour les agrandir dans une nouvelle fenêtre

Lawren Harris et Ira Dilworth à la Vancouver Art Gallery, au moment de l'inauguration des nouvelles Emily Carr Memorial Galleries

Lawren Harris et Ira Dilworth à la Vancouver Art Gallery, au moment de l'inauguration des nouvelles Emily Carr Memorial Galleries, 1951
Archives de la Vancouver Art Gallery

La Vancouver Art Gallery et le Fonds Emily Carr

La première fois où Lawren Harris a demandé à Emily Carr quels étaient ses plans concernant l'attribution de ses œuvres après sa mort, elle aurait apparemment répondu : «Donnez-les à la maison de retraite. J'imagine qu'ils les remiseront au sous-sol, où elles pourriront1.» Soucieux de la conservation et de la sécurité de l'héritage de Carr, Harris assemble avec Ira Dilworth la collection du Fonds Emily Carr. Dilworth tient le rôle d'exécuteur testamentaire littéraire, alors que Harris et l'anthropologue William Newcombe aident Carr à sélectionner les peintures qu'elle léguera aux Britanno-Colombiens. Un second groupe d'œuvres est réservé à la vente et au financement de la bourse d'études Emily-Carr, destinée aux jeunes artistes qui souhaitent approfondir leur formation2.

Emily Carr confie la garde de son Fonds à la Vancouver Art Gallery. À cette époque, Victoria n'a pas de galerie d'art publique importante, et Carr apprécie le travail du conservateur en poste à la Vancouver Art Gallery, A.S. Grigsby, qui a soutenu sa démarche et joué un rôle déterminant dans la mise sur pied de ses expositions individuelles à la galerie. Le Fonds est composé à l'origine d'une cinquantaine de peintures — des toiles pour la plupart, dont plusieurs des œuvres les plus célèbres, telles Big Raven et Scorned as Timber, Beloved of the Sky.

Après le décès de Carr en 1945, Newcombe et Harris examinent de nouveau le contenu de son atelier. Harris classe ce matériel en trois groupes, soit les pièces à détruire, à vendre ou à joindre à la collection du Fonds. Le matériel destiné à la destruction comprenait plusieurs croquis et œuvres de jeunesse; heureusement pour les générations futures d'universitaires et de fervents de Carr, Newcombe sauve ces œuvres, qu'il vendra subséquemment au gouvernement de la Colombie-Britannique, pour entreposage dans ses archives3. Quant à Harris, comme il ne réussit pas à vendre les peintures de Carr aussi rapidement qu'il l'espérait, il en remet une partie au Fonds.

Durant la Seconde Guerre mondiale, craignant une invasion de la côte Ouest et désirant assurer la sécurité de la collection, Harris l'expédie à l'Art Gallery of Toronto. Vers 1950, les œuvres sont rapatriées à la Vancouver Art Gallery, qui emménage en 1951 dans des locaux plus grands, où une salle est depuis réservée à une exposition permanente de l'œuvre de Carr4.

Aujourd'hui, la version définitive de la collection du Fonds Emily Carr compte presque deux cents travaux d'une qualité exceptionnelle, soit l'ensemble le plus important après celui des archives de la Colombie-Britannique. Particulièrement riche des œuvres produites dans les années 1930 et au début des années 1940, elle illustre la gamme complète des moyens d'expression utilisés par l'artiste : aquarelles, huiles sur toile, huiles sur papier et fusains. La Vancouver Art Gallery est continuellement invitée à prêter des pièces de cette collection, qui constitue un des joyaux de son patrimoine artistique. Des œuvres choisies d'Emily Carr sont exposées en quasi-permanence à la galerie. Sa vie et son travail continuent de fasciner et d'inspirer de nouvelles générations d'artistes, d'universitaires, d'étudiants et d'amis des arts partout au monde5.

1 Lawren Harris, « Introduction: Paintings by Emily Carr », 100 Years of BC Art, Vancouver, Vancouver Art Gallery, 1958, non paginé.
2 Ian Thom, «The Emily Carr Trust», Emily Carr, Vancouver, Vancouver Art Gallery, 1991, p. 9. Dans son testament, Carr accorde un pouvoir discrétionnaire à ses fiduciaires quant au choix des récipiendaires de cette bourse et au montant alloué. Joe Plaskett, E.J. Hughes et Takao Tanabe comptent parmi les premiers bénéficiaires sélectionnés par Lawren Harris. Le Fonds Emily Carr, qui comprenait les dispositions relatives à la bourse, a été fermé en mars 1966, au moment du transfert de tous les droits à la Vancouver Art Gallery. Voir «Emily Carr Trust - Correspondence», Archives de la Vancouver Art Gallery.
3 Thom, «Emily Carr Trust», p. 10.
4 Thom, «Emily Carr Trust», p. 10.
5 Thom, «Emily Carr Trust», p. 11.