Cliquer sur les images ci-dessous pour les agrandir dans une nouvelle fenêtre

Untitled (Self-Portrait)

Untitled (Self-Portrait), 1924
huile sur carton épais
39,4 x 44,9 cm
Collection de la Vancouver Art Gallery, Fonds Emily Carr
VAG 42.3.50
Photo: Trevor Mills, Vancouver Art Gallery

Self-Portrait

Self-Portrait, 1938-1939
huile sur papier vélin, monté sur contreplaqué
85,5 x 57,7 cm
Musée des beaux-arts du Canada, Don de Peter Bronfman, Toronto, 1990
30755

Dans ses propres mots (4e-7e années)

Objectif:

Les élèves se familiarisent avec Emily Carr, l’écrivaine.

Description de l’activité:

Les élèves écoutent des extraits de Les Maux de la croissance, l’autobiographie de Carr, et réagissent aux paroles de l’artiste sous forme écrite et visuelle.

Durée:

1 leçon, 60 minutes

Information de base destinée aux enseignants:

Emily Carr a lutté pendant presque toute sa vie pour être reconnue comme peintre. Les critiques, les mécènes et même sa propre famille décrivent ses tableaux comme trop expérimentaux. Son travail d’écriture, toutefois, lui vaut un succès immédiat. Son premier livre, Klee Wyck, remporte le Prix du Gouverneur général en 1941, l’année de sa publication. Récit semi-autobiographique de ses voyages dans les communautés des Premières nations de la Colombie-Britannique, Klee Wyck a pour titre le nom donné à Carr par le peuple Nuu-chah-nulth au cours de sa visite à Hiitats’uu (Ucluelet), en 1899.

Carr écrit deux autres livres après Klee Wyck, Petite (The Book of Small) en 1942 et The House of All Sorts en 1944. Ses autres œuvres majeures, Les maux de la croissance: autobiographie (Growing Pains: The Autobiography of Emily Carr) (1946) et Hundreds and Thousands: The Journals of An Artist (1966), seront publiées après son décès en 1945. Dans Les maux de la croissance et Hundreds and Thousands, on retrouve certains de ses textes les plus prenants, où l’on voit que Carr développait souvent ses idées sur l’art par l’écriture.

Pour en savoir plus sur Emily Carr, l’écrivaine.

Préparatifs des enseignants:

Matériel pour les élèves:

Marche à suivre:

Partie I

  • Lisez aux élèves des extraits choisis de Les maux de la croissance.
  • Demandez aux élèves de noter des arguments et des mots clés dont ils se souviennent suite à la lecture.
  • Invitez les élèves à dessiner un portrait de Carr, inspiré de ses paroles.
  • Exposez les portraits de Carr réalisés par les élèves.

Partie II

  • Après une discussion de groupe au sujet des portraits dessinés par les élèves, montrez-leur Untitled (Self-Portrait), 1924. Étudiez comment Carr se dépeint dans ce tableau. Où est-elle? Que fait-elle? Quelle est sa posture? Quels vêtements porte-t-elle? Dans son autoportrait, Carr ne regarde par le spectateur. Discutez avec les élèves du sens de ce choix.
  • En quoi l’image que Carr se fait d’elle-même diffère-t-elle de la vision des élèves? En quoi les deux images sont-elles semblables? Montrez aux élèves l’autoportrait plus tardif de Carr: Self-Portrait, 1938–39. Comparez ce dernier tableau à l’autoportrait antérieur de Carr. En quoi les deux portraits sont-ils différents? Quels sont les facteurs qui ont pu contribuer à ce changement?

Approfondissement:

  • En plus de ses récits et de son autobiographie, Emily Carr tenait un journal dans lequel elle notait ses impressions du monde qui l’entourait. Demandez aux élèves de lire quelques paragraphes de ce journal. Puis, invitez-les à écrire soit une lettre à l’artiste, soit une nouvelle, un poème ou une scène de théâtre que leur inspire sa vie, son œuvre et ses mots.

Annexe: L’artiste dans ses propres mots