Retour aux Plans de lešons

Annexe: Qui était Emily Carr?

La vie d’Emily Carr

Emily Carr est née en 1871 à Victoria, en Colombie-Britannique, dans une famille de sept enfants. Ses parents sont décédés durant son adolescence. Jeune femme, Carr a étudié les arts à San Francisco, en Angleterre et en France, où elle a appris de nouvelles façons de peindre.

Emily Carr était une femme remarquable pour son époque. Elle ne s’est pas mariée. Elle aimait le grand air et la nature et voyageait souvent seule. Elle avait plusieurs animaux de compagnie, dont des chats, des chiens, des oiseaux, un rat et un singe nommé Woo.

À son retour au Canada, elle a voyagé vers le Nord, le long de la côte de la Colombie-Britannique, afin de prendre des photos et de réaliser des croquis des communautés des Premières nations. Dans son atelier de Victoria, elle peignait des œuvres à l’huile en se basant sur ses croquis. Plus tard, ses tableaux ont dépeint des arbres, des forêts et des ciels de Colombie-Britannique. Elle peignait au grand air ou en atelier, à partir de croquis.

Emily Carr n’a pas eu beaucoup de succès avec son art avant d’atteindre un âge avancé. Comme elle vendait peu de toiles, elle a dû travailler fort à plusieurs autres activités afin de gagner sa vie. Elle louait des chambres dans sa maison, produisait et vendait de la poterie et des tapis, élevait et vendait des chiens de berger et donnait des cours d’art.

Lorsque Carr est tombée malade et n’a plus été capable de peindre, elle s’est mise à écrire des ouvrages sur sa vie. Elle en a écrit cinq en tout. Ses livres ont connu beaucoup de succès. En 1941, un de ses livres, Klee Wyck, a remporté le Prix littéraire du Gouverneur général, une distinction nationale canadienne. Elle est décédée en 1945 à l’âge de soixante-quatorze ans.