Retour aux Plans de lešons

Annexe: Une femme remarquable

Du temps d’Emily Carr (1871–1945), les femmes ne peignaient habituellement pas de paysages. On s’attendait d’elles qu’elles brossent des portraits, des arrangements floraux, connus sous le nom de natures mortes, ou des scènes de la vie familiale. Carr, toutefois, travaillait en plein air, avec pour sujets des villages des Premières nations et la forêt profonde, endroits où les femmes n’allaient généralement pas.

A Skidegate Pole, 1941-1942, s’inspire d’un croquis réalisé par Emily Carr lors d’un voyage où elle a remonté la côte de la Colombie-Britannique, en 1912. Autrefois, les femmes ne voyageaient habituellement pas sans accompagnement dans les régions sauvages. Seuls les hommes bénéficiaient de ce genre de liberté. Les femmes s’occupaient en général de la maison, du mariage et de la famille. Emily a décidé à un jeune âge qu’elle ne se marierait pas, et elle ne l’a jamais fait. Son domicile à elle incluait la nature, et tout particulièrement la forêt.