Retour aux Plans de lešons

Annexe: Une femme remarquable

De retour à la maison:

J’étais une rebelle pour ce qui touchait à la religion. Chez nous, on nous en gavait avec furie. L’ennui de buter sans cesse sur de vieilles dames recourbées sure elle-mêmes, le nez posé sure le siège de nos chaises et leurs genoux à prières reposant sure nos tapis, m’agaçait. On ne savait jamais dans quelle pièce ni à quelle heure on les trouverait. L’YWCA venait d’ouvrir ses portes à Victoria; comme mes sœurs comptaient parmi les fondatrices, elle étaient très enthousiastes. Cette société n’ayant pas encore de siège social, ses membres venaient prier à la maison. Je faisais sans cesse irruption parmi elles. Celles que j’avais renversées me jetaient des regards noirs et, au-dessus de leurs dos, les yeux de ma sœur me lançaient des flammes. Elle gardait sa voix recueille jusqu’après la prière – mais alors! (p. 106)

L’or de la région de Cariboo:

Ma sœur avait une magnifique jument qu’elle me permit de monter. À califourchon comme au Cariboo, et suivi de mon chien le berger anglais, je pénétrai dans les bois. Aucune femme n’était jamais montée à califourchon à Victoria. Quel scandale! Ma famille soupirait. Les Carr avaient toujours été conformistes ; ils croyaient que ce qui avait toujours été devait continuer d’être. À califourchon! Tout le monde désapprouvait, c’est sûr. Dommage: plutôt que de m’être laissée transformer en jeune felle anglaise bien élevée par l’Angleterre, j’étais plus moi que jamais, juste moi. (p. 248)

La France:

Je demandai à M. Gibb où je devrais étudier.
- Chez Colorossi, me répondit-il sans hésiter. Les étudiants et les étudiantes y travaillent ensemble. À l’académie Julien, les classes sont séparées. Les étudiantes ont parfois grand avantage à voir le travail plus musclé de leurs confrères.
M. Gibb n’avait pas une très haute opinion des artistes femmes.
Le premier mois fut très dur chez Colorossi. Il n’y avait pas d’autre femme dans la classe, et on n’y parlait pas ma langue. Le professeur français pérorait en gesticulant devant mon chevalet – et passait outre. Je ne savais pas s’il m’avait approuvée ou condamnée. Les femmes me manquaient; il n’y avait même pas de modèles.(p. 264)

Emily Carr, Les maux de la croissance. Trad.: Michelle Tisseyre, Montréal, Pierre Tisseyre éditeur, 1994.