Cliquer sur les images ci-dessous pour les agrandir dans une nouvelle fenêtre

Blunden Harbour

Blunden Harbour, v.1930
huile sur toile
129,8 x 93,6 cm
Musée des beaux-arts du Canada, Acheté en 1937
4285

Village Kwakwaka'wakw de Ba'a's (Blunden Harbour)

Village Kwakwaka'wakw de Ba'a's (Blunden Harbour), 1901
Photographie par C. F. Newcombe
Royal BC Museum
PN 258

(shapes of human parts)

(shapes of human parts), 1929
graphite sur paper
15,0 x 23,8 cm
British Columbia Archives
PDP08763

(totem pole)

(totem pole), 1929
graphite sur paper
15,0 x 23,8 cm
British Columbia Archives

Moderniser la côte ouest

Objectif:

Les élèves étudient l’imagerie des Premières nations dans la perspective d’Emily Carr, en reconnaissant chez elle une artiste moderne.

Description de l’activité:

Les élèves discutent de ce que signifie être une artiste moderne, en se guidant sur les mots, les tableaux et les dessins de Carr.

Durée:

1 leçon, 60 minutes

Information de base destinée aux enseignants:

En 1929, Emily Carr publie dans le McGill News un essai précisant sa vision de l’art des Premières nations et la pertinence de cet art dans son œuvre. Dans ce texte, «Modern and Indian Art of the West Coast», elle écrit: « (L)’art le plus ancien au Canada, celui de ses Indiens autochtones, est de loin le plus ‘moderne’ en esprit de tout ce qui se fait dans l’ouest du Canada. Les critiques locaux qualifient habituellement cet art de grotesque; ils ne comprennent pas sa signification profonde.»

En Europe, où Carr a étudié à ses débuts, un nouvel engouement pour l’art des peuples de l’Afrique, de l’Océanie et des Premières nations influence l’œuvre de nombreux artistes. En décrivant l’art des Premières nations comme «moderne en esprit», Carr se réfère à un corpus d’idées qu’on appelle aujourd’hui le primitivisme. Les Européens intéressés par le primitivisme voient dans l’art des peuples autochtones une intelligence fondamentale de la composition artistique qu’ils perçoivent comme riche d’enseignements. Même si ces idées n’ont plus cours aujourd’hui, en raison de leurs a priori trop sommaires, le primitivisme a offert à Carr et à ses collègues une nouvelle manière d’appréhender les vérités essentielles que leurs œuvres cherchaient à transmettre.

Pour en savoir plus sur l’intérêt de Carr pour l’imagerie des Premières nations, cliquez :
Premiers totems (1911-1913)
Modernisme et derniers totems (1927-1932)

Préparatifs des enseignants:

  • Lisez l’extrait de l’autobiographie de Carr, Les maux de la croissance, où elle décrit ce qui l’a d’abord attirée vers l’art des Premières nations. Voir l’extrait (voir annexe) qui figure à la suite de cette activité.
  • Examinez le tableau Blunden Harbour, v.1930 et comparez-le à une photographie de ce port, Blunden Harbour, prise par C.F. Newcombe en 1901.
  • Examinez les dessins de Carr (shapes of human parts), 1929, et (totem pole), 1929, qui illustrent sa manière d’appliquer les idées modernistes aux figures des Premières nations.

Matériel pour les élèves:

Marche à suivre:

Partie I

  • Demandez aux élèves de réfléchir à ce qui différencie l’art moderne de l’art traditionnel. Est-ce la façon dont les œuvres sont réalisées? Les couleurs? Le sujet dépeint? Prenez note des réponses des élèves.
  • Lisez aux élèves le texte de Carr où elle explique en quoi son observation de l’art des Premières nations a rendu son art plus moderne. Comment cet énoncé se compare-t-il aux idées des élèves quant aux éléments qui rendent une œuvre «moderne»?
  • Montrez aux élèves Blunden Harbour, v.1930. Demandez-leur de décrire ce qu’elles et ils voient. Comparez l’interprétation que fait Carr de Blunden Harbour à la photographie de ce lieu prise par C.F. Newcombe en 1901. En quoi ces images sont-elles semblables? En quoi sont-elles différentes?
  • Expliquez aux élèves que le tableau de Carr et la photographie de Newcombe montrent des mâts de bienvenue, érigés pour accueillir les visiteurs. Ces mâts sont ceux d’un village Kwakwaka’wakw de la côte Nord-Ouest.
  • En quoi le tableau Blunden Harbour se rapproche-t-il de la description écrite qu’en fait Carr? En quoi est-ce un exemple de l'«assouplissement» survenu dans le travail de Carr suite à son contact avec l’art des Premières nations?

Partie II

  • Montrez aux élèves des reproductions des dessins de Carr (shapes of human parts), 1929, et (totem pole), 1929.
  • Publié en 1928, le livre de Ralph Pearson, How to See Modern Pictures, a beaucoup influencé Carr. Pour Pearson, tout élément de la nature peut et doit être fractionné en formes géométriques de base afin de révéler sa vérité intérieure. Comment Carr a-t-elle transposé cette idée de Pearson dans Blunden Harbour? De quelles formes s'est-elle servie pour représenter les mâts totémiques? Quelles formes a-t-elle utilisées pour capter les autres aspects du paysage?
  • Lorsque Pearson parle de «vérité intérieure», il désigne les aspects plus spirituels, moins visibles, d’un sujet. Demandez aux élèves si ce tableau leur semble avoir une dimension spirituelle? Pourquoi ou pourquoi pas? Discutez-en.

Discussion:

  • Demandez aux élèves si leur impression de l’art moderne s'est transformée après avoir détaillé le travail de Carr. Quelle serait maintenant leur description de l’art moderne?

Annexe: citation d'Emily Carr