Retour aux Plans de lešons

Annexe: Les matériaux de l’artiste

Pour arriver à me libérer, j'avais compris qu'il fallait que j'utilise de larges surfaces, sans ménager ni le matériel ni l'espace. Le matériel coûtait très cher dans l'Ouest, mais l'espace était à bon compte. J'achetais du papier de qualité inférieure, en feuilles détachées. Portant un carton à dessin léger et pliant en bois de cèdre, une bouteille d'essence, de gros pinceaux à poils de sanglier et des tubes de peinture à l'huile, je passais autant de temps que possible dans les bois.

Emily Carr, Les maux de la croissance: autobiographie. Trad.: Michelle Tisseyre. Montréal, Éditions Pierre Tisseyre, 1994.

Le 27 janvier 1933:
Quand vous élaborez un tableau à partir de croquis, ceux-ci devraient véhiculer l'idée essentielle même s'ils n'incluent pas les détails. Il vous faut plus ou moins montrer ce qui vous amène à aborder ce sujet particulier. Ramenez chez vous ce petit croquis et amusez-vous avec, travaillant sur papier et avec un moyen peu coûteux pour ne pas éprouver de limites. Expérimentez gaiement, amusez-vous sans retenue avec votre idée, en la gardant fluide et en l'examinant de tous côtés, mais assurez-vous de conserver l'idée là, au cœur du travail. Quand vous atteindrez une impression de certitude, mettez de côté le croquis. Oubliez-le et concentrez tout votre être à l'élaboration de l'idée.

Emily Carr, Hundreds and Thousands: The Journals of An Artist. Toronto, Irwin Publishing, 1966, p. 33.