Section fjord Section histoire Section environnement Courriel Crédits Accueil
Section anglais
Groupe de phoques

Faune - Saguenay : Un fjord exceptionnel !

Musée virtuel du Canada
Environnement
Habitats
Faune
Contamination
Déluge
Parc Marin
Parc Saguenay
Tourisme
Carte géographique



Musée du Fjord

Poissons Mammifères marins Invertébrés

Les mammifères marins | Le béluga | Le phoque | Le petit rorqual | D'autres mammifères marins

Le béluga du Saint-Laurent : un éco-symbole

Béluga

Surnommé «  marsouin »  ou «  marsouin blanc », le béluga est une espèce de baleine qui nage généralement dans les eaux arctiques. Les bélugas du Saint-Laurent forment la population la plus méridionale et celle-ci est géographiquement isolée des autres populations du Nord (Pippard, 1985a; Sergeant et Hoek, 1988).

Pendant plus de 20 ans, soit de 1983 à 2003, la population de bélugas du Saint-Laurent était désignée «en danger de disparition», par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Au printemps 2004, le statut du béluga a été réévalué et changé pour «espèces menacée». Les spécialistes s’entendent pour dire que rien n’indique que la population est à la baisse. Les principales menaces à leur rétablissement sont la contamination et la dégradation de leur habitat. Le danger que vit le béluga du Saint-Laurent a fait le tour du monde et est devenu l'un des plus puissants éco-symboles face à la protection du Saint-Laurent. Cette sensibilisation mondiale a permis de lancer le Plan d’action Saint-Laurent pour améliorer la qualité du fleuve et créer le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. De plus, le béluga fait l’objet d’un plan de rétablissement qui indique les mesures à prendre pour permettre à cette population de se repeupler (Équipe de rétablissement, 1995).

Selon le dernier inventaire réalisé par Gosselin et al. (2000), la population du Saint-Laurent est évaluée à 952 ± 134 bélugas. Les auteurs de l’étude concluent que cette population est demeurée stable depuis 1998. Puisque la chasse au béluga a cessé depuis le début des années 1980, on devrait s’attendre à voir leur nombre augmenter (Robert Michaud, communication personnelle). En 1984, on les estimait à environ 5 000 individus (Reeves et Mitchell, 1984). L’effectif actuel représenterait donc un cinquième de la population totale précédant la période de chasse intensive au cours du siècle dernier.

Le béluga est la seule espèce de baleine qui vit dans le Saint-Laurent toute l’année. Les autres baleines y migrent seulement pour s'y alimenter. Le béluga fréquente le Saguenay en période estivale et l’embouchure à différentes périodes de l’année. Bien qu’il puisse remonter jusqu’à Saint-Fulgence en été, Michaud (1993) a identifié deux aires de fréquentation intensive de ce mammifère marin dans le Saguenay : le secteur en aval entre le cap de la Boule et l’embouchure ainsi qu'à baie Sainte-Marguerite. Toujours selon Michaud (1993), environ 5 % de la population totale des bélugas du Saint-Laurent habite le Saguenay soit, une cinquantaine d’individus. De plus, les photos du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) recueillies au cours des quinze dernières années, indiquent qu’environ un tiers de la population du Saint-Laurent fréquenterait le Saguenay durant la saison estivale (Robert Michaud, communication personnelle). Cette population de bélugas fréquentant le Saguenay est soit composée d’adultes seulement, ou d’adultes accompagnés de jeunes (Michaud, 1993).

Plusieurs chercheurs se sont questionnés sur les activités que font les bélugas dans le Saguenay, notamment à baie Sainte-Marguerite. L’alimentation, le repos et les activités sociales sont les principales activités du béluga (Chadenet, 1997). Il se nourrit d'invertébrés marins vivant au fond comme les néréis (vers), ainsi que de plusieurs espèces de poissons tels capelan, chaboisseau, poulamon, plie, etc. Comme le béluga occupe une position importante dans la chaîne alimentaire, il est susceptible d’accumuler certains contaminants chimiques pouvant nuire à sa santé (Équipe de rétablissement, 1995).

Dans le Saguenay, la baie Ste-Marguerite et l’embouchure du Saguenay sont deux habitats essentiels pour les bélugas. Ces deux endroits sont fréquentés par les jeunes et les adultes. Or, ce sont également d’importants secteurs de navigation. La circulation maritime intense peut constituer une source de dérangement pour les bélugas. Ces deux secteurs, d’une importance écologique capitale, devraient faire l’objet d’une surveillance particulière pour s’assurer que les bélugas continuent à les fréquenter.

© Copyright Musée du Fjord 2002.