Section fjord Section histoire Section environnement Courriel Crédits Accueil
Section anglais
Vue du fjord

Particularité - Saguenay : Un fjord exceptionnel !

Musée virtuel du Canada
Formation
Formation du fjord
Particularité
Carte géographique



Musée du Fjord

Graphique Graphique
Profil transversal du fjord du Saguenay
Coupe longitudinale du fjord du Saguenay
Paroi

Un fjord unique : le fjord du Saguenay est le seul fjord du Québec méridional. En effet, on a tendance à croire que tous les fjords se situent à de hautes latitudes ou qu’on ne les retrouve qu’en Scandinavie, qu’en Amérique du Sud, qu’en Nouvelle-Zélande, qu’en Islande ou qu’en Écosse.

La forme : un fjord est une vallée qui s’est formée après le passage d’un ou de plusieurs glaciers qui l'ont creusé en lui donnant la forme d'une auge glaciaire, une vallée en " U " aux parois rocheuses abruptes et imposantes.

Le contact avec la mer : les fjords communiquent avec la mer à l’une de leur extrémité et reçoivent un apport d'eau douce de l'autre, mélangeant les eaux marines aux eaux douces.

La présence d'un seuil rocheux à l'embouchure : les fjords comportent généralement un seuil rocheux à leur embouchure ou un verrou glaciaire transversal formé de roches plus résistantes et de débris de moraine que le glacier aurait entraînés. Le seuil rocheux du Saguenay s'avance jusqu'à 4 kilomètres devant l'embouchure et présente une fosse de 278 mètres un peu en amont de Tadoussac.

La stratification des eaux : les fjords se caractérisent par une très forte stratification des eaux. Il se produit en surface un changement rapide de la salinité, de la température et de la densité des eaux selon la profondeur. Ce phénomène crée une couche appelée " thermo-halocline " à la suite de la superposition de l’eau douce relativement chaude en provenance du bassin versant sur la masse d'eau salée et froide au-dessous.

La présence de vallées suspendues : il s'agit de vallées perpendiculaires à celle du fjord située à une altitude relativement élevée. Ces mêmes vallées contenaient une langue glaciaire jadis.

Ses dimensions : le fjord s’étale sur une centaine de kilomètres, ce qui le classe parmi les plus longs fjords du monde. Sa largeur varie de 1 à 3,5 kilomètres. Il occupe une profonde saillie dans le massif rocheux des Laurentides. Puis il est bordé de parois escarpées d'une hauteur moyenne de 150 mètres, atteignant à certains endroits plus de 400 mètres comme aux caps Trinité ( 411 m) et Éternité (457 m).

Sa bathymétrie : la principale caractéristique du fjord quant à son fond est ce qu'on appelle sa bathymétrie qui est hautement contrastée. On y trouve effectivement une succession de trois grands bassins profonds séparés par des remontées très accentuées. Entre Sainte-Rose-du-Nord et l'Anse-Saint-Jean, la profondeur du surcreusement atteint 272 mètres, soit environ 170 mètres de plus haut que le lit du Saint-Laurent sur chaque côté de l'île Rouge. Devant l'île Saint-Louis, le fond replonge à 180 mètres et remonte devant baie Sainte-Marguerite pour redescendre jusqu'à 278 mètres de profondeur avant d'en atteindre l'embouchure.

Les accumulations sédimentaires : Les résultats d'études récentes révèlent des données renversantes sur la profondeur réelle du fjord. En effet, elles nous apprennent que l'accumulation de sédiments sur le fond du Saguenay peut atteindre plus de 1 400 mètres à certains endroits, soit presque cinq fois plus que sa profondeur maximale actuelle. Ainsi, entre Saint-Fulgence et baie Sainte-Marguerite, on y observe une accumulation de 400 mètres dont certaines zones où l’on note une épaisseur de 600 à 800 mètres. Passé baie Sainte-Marguerite, on a détecté des couches de sédiments quaternaires d'une profondeur allant de 1 000 à 1 400 mètres à l'Anse-de-Roche. Cela signifierait que la profondeur réelle de la fosse (faille) de ce fjord dépasserait les 2 000 mètres, si l'on prend en considération le présent relief au-dessus du niveau de la mer.

Son principal affluent : le Saguenay est un affluent de la rive nord du Saint-Laurent. Il constitue le quatrième plus important bassin hydrographique du Québec et le deuxième plus important bassin versant du Saint-Laurent après celui de l’Outaouais. Sa longueur totale représente 160 kilomètres à partir de sa source dans les rivières de la Grande-Décharge et de la Petite-Décharge, les deux exutoires naturels du lac Saint-Jean.
Il rejoint l'estuaire du Saint-Laurent à près de 200 kilomètres au nord-est de Québec. Son bassin versant couvre 88 000 km2, son débit moyen annuel est de 1 300 m3/s et peut aller jusqu'à 3 000 m3 à la seconde.

Le Saguenay n'est pas un fjord sur toute sa longueur à cause de certaines particularités. La partie qui forme la rivière s'étend de la ville d'Alma jusqu'à Saint-Fulgence. Désormais, ce n’est plus qu’un long réservoir hydroélectrique qui prend sa source à même le lac Saint-Jean et dont la distance se délimite entre les décharges du lac Saint-Jean et le barrage Shipshaw.

C’est l’embouchure de la rivière Chicoutimi dont l’appellation montagnaise signifie " Jusqu’où l’eau est profonde ", qui a toujours marqué la fin de la voie navigable, aussi bien pour les canots d’écorce que pour les plus gros transporteurs ou les bateaux modernes de croisière.

Ses principaux tributaires : les principaux tributaires du fjord que sont les rivières Éternité, Saint-Jean et Sainte-Marguerite, occupent des vallées asymétriques, encaissées et fortement obliques au fjord. Leur forme résulte de l'érosion différente qui s’est exercée sur les deux côtés de cette vallée à la suite du mouvement transverse du " fleuve " de glace qui en a surcreusé le fjord.

La baie des Ha ! Ha ! : La baie des Ha ! Ha ! est l’une des constituantes incontournables du fjord. Dans sa partie amont, il se divise en deux pour donner naissance à la baie des Ha ! Ha !, direction nord-ouest et au bras Nord, direction nord-est. Le bras Nord conduit vers la rivière Saguenay et l'arrondissement Chicoutimi. D'une longueur de 20 kilomètres, la baie des Ha ! Ha ! conserve toutes les caractéristiques océanographiques d’un fjord aux eaux salées et froides (sauf pour sa mince couche de surface) et contribue à influencer les marées de l'estuaire du Saint-Laurent.

Blue Nose dans la baie des Ha! Ha!
Haut de page

© Copyright Musée du Fjord 2002.