La P.C.N.-O. dans le Nord

Forty Mile/Constantine

En 1895, le premier poste de la P.C.N.-O. a été établi au Yukon à Forty Mile et il portait le nom de Fort Constantine, en l’honneur de l’inspecteur Charles Constantine. Neuf édifices ont été construits avec une palissade autour du fort.

L’inspecteur Harper a visité le poste à Fort Cudahy [Fort Constantine] à l’été de 1898 et a recommandé, si le poste ne compte que 4 ou 5 hommes, que les édifices soient abandonnés et qu’un édifice soit transporté à Forty Mile, car c’est là où réside la majorité des gens. Seules six personnes vivent à Fort Cudahy. L’inspecteur Scarth souligne que la population de Forty Mile s’élève à 200 hommes blancs et 80 autochtones. (Rapport de la Police à cheval du Nord-Ouest, 1898. Ottawa : Imprimeur de la Reine. 1899:30, 75.)

En 1901, le détachement de Forty Mile a été déplacé de l’autre côté de la rivière Fortymile, car le magasin, les saloons et les colons se trouvent de ce côté. Le caporal Goodall était responsable du détachement et il a prélevé 599 $ en redevances. Le poste se composait d’un caporal, de quatre gendarmes, d’un attelage de chiens et de deux canots. (Rapport de la Police à cheval du Nord-Ouest, 1901. Document parlementaire, volume 11. Ottawa : Imprimeur de la Reine. 1902:9, 50, 53.)

En 1903, toute personne voyageant en aval dans une petite embarcation ou un radeau devait s’arrêter à Forty Mile pour une fouille. La P.C.N.-O. essayait d’arrêter les gens qui sortait de l’or du pays sans payer les frais douaniers. Si les gens passaient sans s’arrêter, un petit détachement sous une tente en aval interceptait le bateau et le fouillait. Le chef de police Wood pensait qu’il était facile pour les gens de débarquer avec l’or en amont de Forty Mile et de rejoindre le bateau après la fouille. Il n’y avait pas assez d’hommes pour remédier à la situation. Sur la recommandation de M. Congdon, la police a commencé à effectuer des fouilles physiques sur toute personne soupçonnée de cacher de la poudre sur elle. Kate Ryan a été embauchée à Whitehorse pour fouiller les voyageuses. (Jim Wallace, Forty Mile to Bonanza: The North-West Mounted Police in the Klondike Gold Rush.Calgary: Bunker to Bunker Publishing. 2000: 222.)

En 1906, le détachement de Forty Mile était le point d’entrée pour l’administration des douanes et c’était un endroit très important, car le détachement était en mesure de surveiller et de contrôler étroitement les gens qui entraient et qui quittaient le pays par les rivières inférieures. La police a continué à détecter les groupes essayant d’éviter le paiement de la taxe à l’importation sur la poudre d’or en descendant la rivière en petits bateaux. (Rapport annuel de la Royale Gendarmerie à cheval du Nord-Ouest. Document parlementaire no 28. 1906:34.)

En 1912, Forty Mile était le seul détachement où un membre de la force agissait comme registraire minier, agent forestier et agent des terres. Le détachement était ouvert toute l’année et se composait d’un sous-officier et d’un gendarme. (Rapport de la Police à cheval du Nord-Ouest, 1912. Document parlementaire no 28. Ottawa : Imprimeur de la Reine. 1912:238, 242.)

Le poste de Forty Mile a été fermé en 1929 quand Ottawa a décidé de limiter les avant-postes et d’utiliser les maîtres des postes comme préleveurs d’impôts. En 1935, la police était encore une fois à Forty Mile pour prélever les impôts et a quitté le village vers 1938. (Rob Ingram, Customs Offices: A Theme Study. Préparé pour la Direction du Patrimoine, 1990:4.)