La P.C.N.-O. dans le Nord

Fort Selkirk

Avant la construction de Fort Selkirk, la région a longtemps été un endroit de commerce pour les Tutchone du Nord et les Chilkat de la côte qui venaient à l’intérieur des terres pour faire du commerce. En 1848, Robert Campbell, négociant en fourrures de la Compagnie de la Baie d'Hudson, a construit un poste de traite à Selkirk. Les Chilkat étaient en colère et ont détruit le poste en 1852 et la Compagnie de la Baie d’Hudson s’est retirée. En 1889, Arthur Harper a ouvert un autre poste et les Tutchone ont commencé à passer du temps à Selkirk. L’Église anglicane a par la suite établi une mission en 1892.

Quelques années plus tard, en 1898, la Police à cheval du Nord-Ouest est arrivée au poste. La P.C.N.-O. surveillait la circulation sur le fleuve Yukon afin de garantir un passage sécuritaire pour les chercheurs d’or jusqu’à Dawson. Cette année-là, le gouvernement canadien a envoyé la Troupe de campagne du Canada (TCC) au Yukon. Cette troupe spéciale, composée de 200 officiers et d’hommes de divers régiments de l’Armée canadienne, a été envoyée pour aider la P.C.N.-O. à maintenir l’ordre durant la ruée vers l’or du Klondike et à affirmer la souveraineté du Canada face à la population minière largement américaine. Les soldats ont voyagé vers le Nord le long d’une route entièrement canadienne : en bateau sur la rivière Stikine, à pied sur le sentier Telegraph jusqu’au lac Teslin et puis en bateau sur la rivière Teslin et le fleuve Yukon – une expédition ardue. Cinq femmes se sont jointes à la TCC durant ce voyage, dont Faith Fenton, une journaliste de Toronto, et quatre infirmières de l'Ordre de Victoria du Canada.

La TCC a établi ses quartiers généraux à Fort Selkirk. Comme le village était situé en plein centre entre Whitehorse et Dawson, il a été brièvement considéré comme capitale potentielle pour le nouveau territoire du Yukon. Toutefois, au printemps suivant, tous les soldats avaient déménagé à Dawson ou avaient quitté le territoire. Ils ont laissé en souvenir un complexe abandonné d’édifices et des trous dans les falaises basaltiques provenant des exercices de tir à la cible.

Fort Selkirk est demeuré un petit détachement après cette période et a fermé en 1911. En 1932, le détachement a rouvert. G.I. Cameron est arrivé en 1935 et y est demeuré jusqu’à la fermeture pour de bon en 1949. M. Cameron et sa femme Martha ont élevé leur fille Ione à Fort Selkirk. G.I. était le gendarme et Martha était l’infirmière communautaire. M. Cameron a patrouillé le fleuve en aval et en amont, de Dawson aux environs de Whitehorse ainsi que la rivière Pelly, agissant à titre d’agent gouvernemental sur la majorité de la zone centrale du Yukon à cette période-là.

Des vidéoclips joints d’une entrevue avec Ione Christensen illustrent leur vie à Fort Selkirk.