Interview de Joe Irving

Vous avez besoin de Adobe Flash Player et de Javascript et vous devez les autoriser pour écouter ce clip

Boat Encampment

Quand je travaillais à Mica, Lou Lassard qui était le surveillant des travaux d'édification de la Dominion Bridge, est venu à Mica pour me voir et m'a demandé si je voulais aller à Boat Encampment et monter avec un plan de démontage du pont au coude là-bas. J'y suis donc allé et j'ai regardé partout, puis j'ai décrit la série d'opérations qu'il faudrait suivre pour démonter le pont, mais les bûcherons étaient en train de transporter les grumes depuis la rive est et ils voulaient qu'on laisse le pont. Par conséquent personne ne voulait entendre parler du démontage du pont. Et puis, ils se sont rendu compte qu'il fallait se dépêcher et sortir de là parce que l'eau montait. Et ce qu'ils ont fait, ils ont pris quelques camions de grumes, ils les ont mises dans la rivière et en ont fait un grand radeau. Mais j'ai l'impression que le travail n'était pas bien fait et quand l'eau a monté, ils ont coupé les amarres en desserrant les boulons d'ancrage et le pont est venu avec les grumes qui montaient avec l'eau mais c'était vraiment mal fait et il est parti au fond du lac, et c'est encore là qu'il se trouve.

Une voix qui porte

Bon, on était en train de tendre un des câbles à travers le lac et - quand on tend un câble au-dessus d'un lac, parce que, évidemment, il faut que le câble soit soutenu pour qu'il ne disparaisse pas dans le lac, on avait dix-sept pontons pour poser le câble dessus … C'était des pontons spéciaux qui avaient un crampon de serrage qu'on pouvait serrer pour tenir le câble en place, les pontons étaient répartis à travers le lac à des intervalles d'à peu près 500 pieds.

Le BC Forest Service nous avait loué cet équipement radio. Mais les radios n'ont pas marché et on n'a pu communiquer avec personne, et le temps passait et il fallait sortir l'équipe de l'eau avant la nuit. Je suis allé trouver l'ingénieur; il s'appelait Don Jamieson. Je suis donc allé vers Don et je lui ai dit: " Est-ce qu'on a une chance de nous en sortir?" Il a dit: "Jo, je ne peux rien te dire. Tu vas parler à ces gars-là." C'est ce que j'ai fait. Ils ont dit qu'ils ne savaient pas quand on pourrait retrouver la communication. Je suis donc reparti vers Don et je lui ai dit: "Ils ne savent pas mais il faut que je sorte ces hommes de l'eau." Il a dit: "Comment vas-tu faire?" J'ai dit: "Regarde!" Et je suis parti jusqu'au bord de la plage là, j'ai mis mes mains autour de ma bouche et j'ai braillé: "Revenez!" On pouvait voir tous les bateaux sur le lac tourner en rond et on devait s'arrêter de travailler pour ce jour. Et ils sont tous revenus parce qu'ils devaient attraper le traversier pour aller de l'autre côté. Les gars travaillaient sur la rive ouest. Johnny Kelly était responsable de cette équipe. Et l'un des gars a dit: "Qu'est-ce que c'était tout ce boucan?" Il a dit: "C'était Joe qui les appelait de l'autre côté". Mon Dieu! Quelle voix il a cet homme!" (rires).

Centrale de Nelson

C'est vraiment quelque chose. Nelson a sa propre centrale et ça a été une des premières centrales de l'Amérique du Nord. Nelson n'a jamais été une grande ville industrielle mais c'est une ville qui a toujours fait à sa façon et …La voie ferrée, pour commencer, a été une des réalisations importantes, parce qu'on n'avait pas de route. Et puis, au début, il y a eu des scieries et bien sûr, toujours l'énergie électrique. Ainsi, Nelson a connu des hauts et des bas, mais elle a toujours survécu.