Bâtisseurs

Alexander Carrie

Le nom officiel de la centrale hydroélectrique de Nelson aux chutes de Bonnington est centrale Alexander Carrie. Elle a été dédiée à l'architecte qui a conçu le bâtiment et tant d'autres au début du XXe siècle.

Alexander Carrie est né à Yorkville, en Ontario, le 14 novembre 1863. Dans sa jeunesse, il partit vers l'ouest jusqu'à Winnipeg afin d'étudier la construction et l'architecture, puis continua jusqu'à ce qui allait devenir Nelson, C.B., le 17 avril 1895. Il ne poussait qu'un peu d'herbe sous ses pieds lorsqu'il commença à travailler le 22 avril 1895.

Le 26 mars 1896, Mr Carrie épousa Elizabeth "Lizzie" Eliott à Donald, C.B. Ils s'installèrent à Nelson et y élevèrent leur famille. Mr. Carrie n'était pas simplement un pionnier, un homme d'affaires, un époux et un père, mais aussi un membre distingué et à part entière de la municipalité de Nelson. De nos jours, les descendants de la famille Carrie résident à Nelson, dans l'ouest canadien et aux Etats-Unis.

Architecte de talent, extrêmement prolifique, Mr. Carrie exerça la carrière d'architecte pendant plus de 52 ans à Nelson et dans les Kootenays. Il conçut et mena à bonne fin des centaines de bâtiments commerciaux ou résidentiels dans la région. L'architecte Sir Francis Rattenbury lui demanda d'être son commis de chantier pour ses projets de Nelson, poste de grande distinction.

Mr. Carrie termina son dernier bleu le 21 juillet 1947. Il mourut le 29 juillet de la même année, mettant fin à une des plus brillantes carrières architecturales que la région ait jamais connue. Ses bâtiments ont résisté au temps, hauts et fiers dans tous les Kootenays. Ce n'est pas un trait d'imagination que de le considérer comme l'architecte le plus prolifique de la région.


Lorne A. Campbell

En 1898, Sir Charles Ross nomma Lorne A. Campbell directeur général et ingénieur électricien de la West Kootenay Power and light. Il occupa ce poste pendant près de 50 ans, jusqu'à sa mort en 1947.

Sa première tâche, comme directeur général, fut de coordonner la construction de la centrale N° 1 et de la ligne de transmission vers Rossland. Il négocia également un contrat avec la Cominco qui allait devenir le client le plus important de WKP&L, puis son propriétaire en 1916.

Certaines anecdotes décrivent Campbell comme quelqu'un de difficile, mais la détermination et le dévouement dont il fit preuve à l'égard de son travail donnèrent à la WKP des fondations solides pendant presque 50 ans.


Sir Charles Ross

Charles Henry Augustus Frederick Lockhard Ross est né en 1872 au château de Balnagowan, Ross-shire, en Écosse. Il est devenu baron à l'âge de 11 ans, à la mort de son père. Il a fait ses études à Eaton et à Cambridge et a participé à la guerre des Boers, comme capitaine, de 1899 à 1900.

Il est célèbre dans la région des Kootenay pour cette vision innovatrice qu'il a eue de la rivière du même nom. Il a donné à des parties de la rivière des noms qui lui rappelaient certains lieux caractéristiques de son Écosse natale. Les chutes supérieures et inférieures de Bonnington et Corra Lynn sont désormais des noms de barrages, là où se trouvaient de magnifiques cascades avant le début de l'aménagement de la rivière.

Le nom de Sir Charles Ross est également connu dans le reste du Canada à cause du terrible fusil Ross dont se servirent les troupes canadiennes pendant la première guerre mondiale. Décrit par certains comme le fusil de chasse d'un gentleman, il ne convenait pas vraiment aux tranchées boueuses de la guerre.


William Adolf Baillie-Grohman

Vers les années 1880, William A. Baillie-Grohman, investisseur, chasseur et entrepreneur tenta d'assécher les terrains marécageux situés au sud du lac Kootenay pour en faire des terres cultivables. Son plan prévoyait de construire un canal entre le fleuve Columbia et la rivière Kootenay (en détournant le cours de la Kootenay vers le nord) et de creuser un lit peu profond à la décharge ouest du lac Kootenay près de Nelson.

Un banc de roche peu profond entravait le flux d'eau qui s'écoulait de la branche occidentale du lac Kootenay vers la rivière du même nom. À la fin des années 1880, tentant de réaliser son plan, Baillie-Grohman embaucha Newlin Hoover pour faire sauter le banc de roche et fit draguer 13.700 mètres cubes (15.000 yards cubes) de gravier pour libérer l'eau dans le passage.

Au cours des années 1930, on tenta une seconde fois, avec plus de succès, de drainer les plaines inondables de la Kootenay et d'augmenter le volume d'eau qui passait par le barrage Cora Linn; on dégagea du passage un volume supplémentaire de 228,600 mètres cubes (250,000 yards cubes) de rochers et de graviers.


John Houston

John Houston fut le maire-fondateur de Nelson, lança les deux premiers journaux de la ville et siégea, comme représentant de la région de Kootenay, à plusieurs sessions de la législature de Colombie-Britannique. Son comportement fougueux lui valut autant d'amis que d'ennemis.

Houston naquit en Ontario et vint à Nelson en 1890, de Donald, en Colombie-Britannique, où il s'occupait d'un journal qui s'appelait The Truth, (La Vérité), C'est lui qui lança le Miner à Nelson, qu'il vendit bientôt, puis établit son rival, The Tribune. Il éprouvait tout naturellement de la sympathie pour les mineurs et les ouvriers.

Houston appuya la constitution de Nelson et fut élu le premier maire de la ville en 1897. Au cours de ses quatre mandats, il instaura une marche à suivre pour l'appropriation publique des services en prenant fait et cause pour l'achat, par la ville, de la compagnie des eaux privée et de la compagnie hydroélectrique (dont il devint le directeur).

Après avoir perdu, en 1905, une bataille juridique très importante contre la West Kootenay Power, Houston quitta son épouse et partit loin de Nelson. Il se retrouva plus tard au Nevada et c'est de là qu'il donne sa démission de maire. En 1910, il lut son propre article nécrologique, rédigé trop hâtivement dans le The Vancouver Daily Province et écrivit au journal: "Ne corrigez rien, J'arrangerai tout ça" Houston mourut quelques jours plus tard d'une pneumonie et son enterrement eut lieu à Nelson. Ses obsèques furent les plus importants que Nelson ait jamais connues jusqu'à aujourd'hui.