LA TERRE

C'est son paysage qui définit le mieux le sud-est de la Colombie-Britannique. Ses montagnes élevées aux sommets couverts de neige, ses cours d'eau ont conditionné le déplacement et l'établissement des hommes. Les rivières et les ruisseaux qui érodent les chaînes de montagnes font partie de l'histoire des rapports des hommes avec la région. Le peuplement essentiellement déterminé par l'accès au développement industriel fait partie lui aussi de l'histoire de l'aménagement hydroélectrique de cette région. Sans sources d'énergie disponibles sur place ou relevant des municipalités, beaucoup des petites et même de plus grandes communautés qui existent aujourd'hui auraient disparu depuis longtemps.

Les rivières

La Kootenay

La neige tombée abondamment pendant l'hiver dans les montagnes fond et se précipite le long des parois abruptes des vallées, les cours d'eau commencent à gonfler et le paysage se met à changer. Quand les premiers explorateurs commencèrent à s'aventurer dans la région, ils suivirent le cours des rivières. Elles présentaient parfois de terribles obstacles comme les "Rapides de la mort" sur le Columbia ou les chutes de Bonnington, impossibles à franchir, sur la Kootenay et pouvaient se révéler perfides. L'explorateur David Thompson passa de nombreuses années à tenter de remonter et de cartographier les bras sinueux de la Kootenay et du Columbia. Les cours d'eau et les lacs ont servi de voies de transport mais ont également fourni un potentiel de développement durant toute l'histoire de la région.
Histoires des rivières



Les communautés

La fonderie et Trail vus d'avion

Comme la région connaissait un essor industriel, les gens ont commencé à la peupler de façon permanente. Les ressources permettaient aux communautés de s'agrandir; au début grâce à l'agriculture puis plus tard grâce à l'exploitation des mines avec des fonderies et des usines de traitement, mais d'autres disparurent car les usines se déplaçaient ou bien les ressources s'appauvrissaient ou s'éloignaient. D'autres communautés furent victimes du développement et du progrès; on les détruisait pour laisser la place à un aménagement plus important. La perte la plus grave se produisait lorsqu'on rasait et brûlait certains villages avant d'inonder la zone prévue pour occuper l'amont d'un grand barrage réservoir en vertu du Traité du fleuve Columbia. Chaque communauté a été bâtie sur une histoire riche en gains et pertes, soumise à l'influence exercée par la terre sur laquelle elle se trouvait.
Histoires des communautés