Centre d'interprétation du site archéologique Droulers-Tsiionhiakwatha
Musée virtuel du Canada

Culture matérielle

Présentation | Céramique | Objets en matières organiquesObjets lithiques

Céramique

Céramique

Le bord d'un vase en céramique  du sylvicole supérieur, décoré de motifs complexes faits d'empreintes linéaires obliques et de ponctuations.

Bord de vase décoré

L'apparition et la production de vases en céramique sont étroitement liées à des changements dans le mode de vie et dans les habitudes alimentaires des populations humaines. Chez les Iroquoiens du Saint-Laurent, la poterie représente le principal marqueur identitaire et ce sont les femmes qui détenaient ce savoir-faire. La tradition céramique des potières iroquoiennes puise ses origines chez de lointains ancêtres. La production de la poterie est donc le fruit d'une longue évolution car elle a fait son apparition dans le nord-est du continent nord-américain il y a plus de deux millénaires. La culture matérielle des Iroquoiens de Saint-Anicet est marquée par l'omniprésence d'objets en terre cuite regroupés en cinq sous-ensembles : la poterie domestique, les petits vases, les pipes, les perles et les jetons de jeu.

La poterie domestique servait à différentes tâches : la préparation et la cuisson de la soupe de maïs, le transport de l'eau et de certaines denrées alimentaires ainsi qu'à l'entreposage des réserves de nourriture. La poterie iroquoienne du Saint-Laurent se définit par des éléments technologique, morphologique, stylistique et fonctionnel qui ont évolués à travers le temps et l'espace. C'est par l'analyse de ces différents traits que les archéologues tentent de mieux comprendre la production céramique d'une maisonnée, d'un village et de l'ensemble d'une communauté iroquoienne.

Sur le plan technologique, la fabrication d'un vase repose sur des connaissances transmises de mères en filles. Après la sélection de l'argile, les potières y ajoutent un dégraissant avant de la pétrir pour la rendre parfaitement homogène. Ensuite, les potières modelaient l'argile déposée sur une pierre servant d'enclume en amincissant les parois des vases avec l'aide d'un battoir jusqu'à l'obtention de la forme désirée. Ce modelage des vases, par la méthode du battoir sur enclume, a remplacé la fabrication des vases avec la technique aux colombins, de longs boudins d'argile superposés les uns sur les autres puis lissés.

Alors que l'argile était encore malléable, les éléments du décor étaient appliqués sur les vases, selon des traditions stylistiques souvent considérées comme étant la signature de l'artisane au sein de sa communauté. Ensuite, une période de séchage précédait la cuisson contrôlée des vases soigneusement déposés sur des foyers aménagés à cette fin. Après la cuisson, un refroidissement graduel des vases était important afin de minimiser les risques de cassures.

Les différentes parties d’un vase iroquoien. Du haut vers le bas : la crestellation, le parement, le col, l'épaule, la panse et le cul du vase.

Différentes parties d'un vase iroquoien

De façon générale, la poterie domestique iroquoienne du Saint-Laurent présente deux grands types de vases : des vases avec ou sans parement. Alors que ces deux catégories de vases multifonctionnels pouvaient servir aux mêmes fonctions, c'est dans l'élaboration des motifs décoratifs qu'elles se distinguent. Alors que la décoration des vases sans parement est généralement peu élaborée, celle des vases avec parement présente souvent des motifs complexes, composés de lignes incisées parallèles et en chevrons. Les parties supérieure et inférieure du parement sont souvent délimitées par des lignes parallèles. Sur le plan morphologique, la dimension de ces vases est très variable et leur volume peut atteindre jusqu'à 15 litres pour de grands vases.

La production céramique des potières du site Droulers/Tsiionhiakwatha est typiquement iroquoienne et plus de 200 000 tessons y ont été mis au jour. Les vases avec parement dominent avec des motifs décoratifs complexes représentant des motifs géométriques, avec des incisions et des empreintes dentelées. Comparativement à la poterie d'autres sites iroquoiens du sud de l'Ontario ou de la vallée du Saint-Laurent, les ponctuations au roseau, les motifs en échelle ainsi que les crestellations sont peu représentés dans la collection de vases du site Droulers/Tsiionhiakwatha.

Les collections archéologiques de sites iroquoiens révèlent fréquemment la présence de vases de très petit format dont le diamètre est souvent inférieur à 10 cm. Sur le site Droulers/Tsiionhiakwatha, les petits vases sont fréquents et plusieurs sont même décorés de motifs moins élaborés que pour la poterie domestique. De forme et de style variés, certains de ces vases semblent être le résultat d'une production d'apprenties potières alors que d'autres ont vraisemblablement pu servir à d'autres fonctions plus spécifiques. Fait intéressant, le père récollet Gabriel Sagard relate, après son séjour chez les Hurons en 1623-1624, que durant leurs règles, les femmes huronnes « font leur manger en de petits pots à part ».

Pipe en céramique du Sylvicole supérieur avec foyer en trompette et au foyer ornementé.

Pipe en céramique

Chez les populations iroquoiennes, la présence des pipes demeure l'un des indices le plus évocateur du complexe tabagique. Ayant ces origines il y a plus de 3000 ans, ce complexe revêt une importance toute particulière chez les Iroquoiens du Saint-Laurent avec l'apparition des pipes coudées avec des fourneaux de forme variée (trompette, conique, vasiforme, cylindrique, etc.) régulièrement parés de décorations. Certains spécimens arborent même une effigie modelée en forme d'animal (oiseau, reptile et chien ou loup, etc.) ou de visage humain stylisé faisant face au fumeur. La variabilité morphologique et stylistique des pipes témoigne de l'importance des habitudes tabagiques chez les Iroquoiens du Saint-Laurent. Comparativement aux vases, le dégraissant utilisé dans la confection des pipes est plus fin et la paroi extérieure semble avoir été régulièrement traitée par lustrage.

Alors que les premiers chroniqueurs européens associent l'usage du tabac essentiellement aux hommes, il serait hasardeux de lier la présence des pipes exclusivement aux hommes. Ainsi, il serait légitime de supposer qu'au sein d'une société égalitaire, les femmes puissent s'être adonnées à fumer, surtout quand cette pratique devient une activité quotidienne comme nous le supposons pour les Iroquoiens du Saint-Laurent.

Avec plusieurs milliers de fragments représentant plus d'une centaine d'unités, l'imposante collections de pipes du site Droulers/Tsiionhiakwatha confirme l'ampleur du complexe tabagique chez les Iroquoiens de Saint-Anicet. L'assemblage de pipes du site est largement dominé par la forme en trompette décorée d'incisions, de ponctuations ou de la combinaison des deux techniques. Les autres formes de pipes représentées sur le site sont de forme cylindrique, avec parement, conique, vasiforme et à effigie (porc-épic, serpent, chien ou loup). Fait intéressant, l'ocre rouge a été fréquemment utilisée comme médium décoratif et son utilisation, précédant la cuisson de l'argile, était parfois abondante. En comparaison à d'autres assemblages contemporains, la rareté des effigies et la faible représentation des pipes décorées indiquent que les Iroquoiens de Saint-Anicet semblent moins éloquents que leurs cousins au chapitre de l'expression artistique sur les pipes. Même si la production pipière des Iroquoiens de Saint-Anicet reflète un certain conservatisme et une relative homogénéité au niveau de la forme et des styles, ces comportements pourraient traduire des différences régionales permettant de les distinguer des autres Iroquoiens du Saint-Laurent.

Jetons de jeu de céramique du Sylvicole supérieur fait à partir d'une petite boule d'argile aplatie et arrondie.

Jetons de jeu

Outre les vases et les pipes en céramique, un petit nombre de perles et de jetons de jeu en argile ont été mis au jour sur le site Droulers/Tsiionhiakwatha. Éléments de parure, les perles sont de forme circulaire, ovoïde ou cylindrique et leur présence est récurrente, mais souvent peu nombreuse, dans les assemblages iroquoiens de la vallée du Saint-Laurent. Les Iroquoiens s'adonnaient aussi à différents jeux dont plusieurs nécessitaient la confection de petits jetons. La façon la plus courante pour faire ces jetons était d'arrondir des tessons de poterie en leur donnant une forme de petit disque et en s'assurant que les deux faces étaient différentes.

Le façonnage et le montage des contenants en argile nécessitent de nombreux gestes produisant souvent des déchets ou des résidus d'argile susceptible de renseigner sur les techniques employées. Plus d'une centaine de déchets d'argile ou de rebuts de pâte ont été trouvés lors des fouilles du Droulers/Tsiionhiakwatha et cette présence témoigne de la fabrication sur place des vases par les potières du village.


Bord de vase en céramique du Sylvicole supérieur avec parement décoré de motifs complexes d'empreintes linéaires obliques et horizontales. Vase iroquoien (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Bord avec parement décoré de motifs complexes d'empreintes linéaires (obliques et horizontales), des motifs en échelle et trois ponctuations stylisant une figure humaine sous une crestellation arrondie. La base du parement est délimitée par des incisions.
Bord de vase en céramique du Sylvicole supérieur avec parement décoré de motifs complexes fait d'empreintes linéaires obliques. Vase iroquoien (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Bord avec parement décoré de motifs complexes (empreintes linéaires obliques) avec un encadrement supérieur et inférieur et des ponctuations. L'encadrement supérieur et inférieur est délimité par deux empreintes linéaires horizontales et de petites incisions.
Bord de vase en céramique du Sylvicole supérieur avec parement décoré de motifs complexes d'empreintes linéaires obliques et trois de ponctuations stylisant une figure humaine sous un parement arrondi. Vase iroquoien (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Bord avec parement décoré d'empreintes linéaires obliques et de trois ponctuations stylisant une figure humaine sous un parement arrondi. La base du parement est délimitée par deux empreintes linéaires horizontales et de petites incisions.
Bord de vase en céramique du Sylvicole supérieur avec parement décoré de motifs complexes composés d'empreintes dentelées obliques et horizontales Vase iroquoien (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Bord avec parement décoré de motifs complexes (empreintes dentelées obliques et horizontales) avec un encadrement supérieur et inférieur et avec une crestellation. Présence d'incisions à la base du parement et à la jonction de la lèvre.
Bord de vase en céramique du Sylvicole supérieur avec parement décoré de motifs complexes avec trois ponctuations au roseau. Vase iroquoien (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Bord avec parement décoré de motifs complexes (empreintes dentelées et linéaires obliques et horizontales) avec trois ponctuations au roseau stylisant une figure humaine bien délimitées sous une crestellation arrondie. L'encadrement supérieur est délimité avec une série de deux empreintes linéaires et d'incisions alors que l'encadrement inférieur est délimité par deux empreintes linéaires horizontales et de petites incisions obliques.
Bord de pipe trompette en céramique du Sylvicole supérieur, décoré de quatre séries horizontales de petites ponctuations. Pipe iroquoienne (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Bord de pipe trompette décorée de quatre séries horizontales de petites ponctuations.
Pipe trompette en céramique du Sylvicole supérieur ornée d'incisions horizontales. Pipe iroquoienne (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Pipe trompette ornée d'incisions horizontales superposées et terminées aux extrémités par de légers enfoncements rappelant des ponctuations. De longueur décroissante vers le bas, ce motif à barres parallèles est généralement à l'opposé du fumeur.
Reconstitution  d'un vase en céramique du Sylvicole supérieur avec un parement caréné décoré de motifs complexes. Vase iroquoien (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Reconstitution d'un vase complet à partir de tessons trouvés sur le site McDonald mais des tessons similaires ont été trouvés sur Droulers. Vase avec un parement caréné décoré de motifs complexes (incisions obliques et motifs en échelle). Le col est entièrement décoré d'incisions obliques (à gauche et à droite).
Reconstitution d'un petit vase de céramique décoré d'incisions sur le rebord et sur la lèvre. Vase iroquoien (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Petit vase décoré d'incisions sur le rebord et sur la lèvre. Reconstitution à partir de tessons trouvés sur le site McDonald similaires au site Droulers.
Jeton de jeu de céramique du Sylvicole supérieur fait à partir d'une petite boule d'argile aplatie et arrondie. Jeton de jeu (Sylvicole supérieur)
Matériau : argile
Description : Jeton de jeu fait à partir d'une petite boule d'argile aplatie et arrondie.