Centre d'interprétation du site archéologique Droulers-Tsiionhiakwatha
Musée virtuel du Canada

Murs extérieurs de deux des maisons-longues du Centre d'interprétation du site archéologique Droulers/Tsiionhiakwatha avec la palissade à l'arrière-plan.

Murs extérieurs de maisons-longues du Centre d'interprétation du
site archéologique Droulers/Tsiionhiakwatha

Les premiers indices d'une présence humaine sur le territoire québécois datent de la période du Paléoindien, soit entre 12 000 et 8 000 ans avant aujourd'hui (A.A). À cette époque, la calotte glaciaire recouvre entièrement le nord du Québec et le lac à Lampsilis, qui a succédé à la mer de Champlain, domine les basses terres du Saint-Laurent. Les chasseurs paléoindiens cèderont leur place aux populations de la période Archaïque entre 8 000 et 3 000 ans A.A. La transition d'un mode de vie nomade à une plus grande sédentarité surviendra avec une plus grande importance des activités liées à la pêche et avec l'apparition de la poterie en argile cuite à la période du Sylvicole, soit il y a environ 3 000 ans A.A. Les Iroquoiens de Saint-Anicet sont les premiers agriculteurs du Haut-Saint-Laurent et leur présence est attestée sur une quinzaine de sites dont trois villages majeurs : McDonald, Droulers/Tsiionhiakwatha et Mailhot-Curran.