La Terre qui plie, tasse et se compacte : la collision avec Yakutat repousse le Yukon vers le nord

La chaîne des monts St-Elias a été créée par la convergence d’un petit fragment de croûte (la microplaque de Yakutat) poussée par la tectonique contre d’autres terranes du sud de l’Alaska. Il y a au moins 10 millions d’années, ce fragment s’est détaché de la côte de la Colombie-Britannique ou de l’État de Washington et a été transporté vers le nord, le long de la marge continentale transformante des îles de la Reine-Charlotte. Depuis cinq millions d’années, il est resté bloqué au coin de la zone de subduction des îles Aléoutiennes parce que la roche qui le compose est moins dense que la roche volcanique du fond de l’océan, trop résistante pour être subduite (voir Parvis et al., 2004). Cette collision soulève et déforme de façon spectaculaire les monts St-Elias qui lui sont adjacents; sous l’effet du chevauchement, elle provoque également la déformation et la formation de failles plus de 600 kilomètres au nord-est – dans les monts Mackenzie, le long de la frontière entre le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest. Cet étonnant résultat est confirmé par la précision du suivi par le système de positionnement global (GPS) de bornes d’arpentage situées dans le sud du Yukon, et par l’orientation des premières secousses de séismes de petite envergure dans les montages Wernecke, Richardson et Mackenzie.
Image satellite oblique du nord-ouest de l'Amérique du Nord.
Mouvement tectonique relatif et zones de soulèvement
Photo : R. Hymdman, Commission géologique du Yukon.



De nouveaux relevés des repères de nivellement dans le substratum rocheux sont effectués à quelques années d’intervalle pour faire un suivi du mouvement graduel. Les premières secousses se produisent au nord et à l’est et sont subhorizontales, ce qui indique que le chevauchement se produit en direction de l’est et du nord. Les deux phénomènes démontrent que le sud du Yukon se déplace vers l’est-nord-est de 5 mm par an par rapport au Bouclier canadien. Cela suppose que sous le sud du Yukon, la croûte continentale est exceptionnellement mince (15 kilomètres plutôt que 50) et qu’elle glisse sur une couche plus faible. Bien que ces mouvements soient petits par rapport à la durée de vie des humains, ils modifient sans conteste la forme du nord-ouest de l’Amérique du Nord et provoquent le soulèvement constant de nos chaînes de montagnes les plus jeunes.