Qu’est-ce qu’un terrane?

Les géologues qui travaillent dans les montagnes de l’ouest de l’Amérique du Nord reconnaissent des groupes de roches qui ont une même origine; pour certaines, il est possible d’établir à quelle latitude leur formation a eu lieu. Les «terranes» sont les zones où les roches présentant des caractères et une histoire géologiques similaires ont été déplacées. Bon nombre de ces terranes sont séparés par des failles (dont la plupart ne sont plus actives). Le glissement latéral a déplacé certains terranes sur des dizaines et des centaines de kilomètres; d’autres failles indiquent le chevauchement d’un terrane sur un autre, ou la juxtaposition de types de roches indiquent que la croûte océanique interposée a été subduite à la convergence de deux terranes. La cartemontre où se trouvent les terranes actuellement reconnus dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique, le sud-ouest du Yukon et l’Alaska.
Environ sept groupes de roches appelés terranes se sont fixés (acrétés) au continent nord-américain préhistorique.
Environ sept groupes de roches appelés terranes se sont fixés (acrétés) au continent nord-américain préhistorique.
Modification d'une image fournie par la Commission géologique du Yukon.


Les terranes d’Alexander et de Wrangellie se trouvent à la base de la partie sud des mont St-Elias. Ils sont limités au sud-ouest par les terranes de Chugach et de Yakutat, qui sont composés de sédiments des fonds océaniques qui ont été poussés vers l’intérieur et se sont soulevés par la suite. Sous ces terranes se trouvent d’autres roches qui pourraient bien appartenir à d’autres terranes.

Le terrane d’Alexander contient les roches les plus anciennes de la partie sud des monts St-Elias. Il comprend des roches sédimentaires déformées qui renferment des fossiles semblables à ceux qu’on trouve aujourd’hui dans l’Arctique canadien et dans les monts Oural, de même que des roches volcaniques qui tirent probablement leur origine de la marge d’un continent au Cambrien (il y a environ 500 millions d’années). Séparé du continent d’origine par distension continentale ou par la formation de failles, ce fragment s’est retrouvé entouré de roches sédimentaires océaniques et d’îles volcaniques il y a environ 310 millions d’années. Ces roches plus jeunes portent aujourd’hui le nom de Wrangellie et sont largement exposées sur l’île de Vancouver et les îles de la Reine-Charlotte, mais aussi au nord du mont Logan. Les fossiles wrangelliens provenaient d’un océan tropical; sa latitude équatoriale peut être déterminée par l’orientation d’infimes cristaux de minéraux riches en fer, qui s’alignent comme une aiguille de boussole lors de la formation de la roche (paléomagnétisme). Avec le terrane d’Alexander, la Wrangellie s’est déplacée vers le nord et est entrée en collision avec l’Amérique du Nord, qui se déplaçait vers l’ouest, il y a environ 150 millions d’année (au Jurassique).

Le terrane de Chugach est exposé dans les montagnes au sud du mont Logan. Des roches volcaniques et des sédiments provenant du fond de l’océan, transportés par les rivières s’écoulant vers l’ouest de l’Amérique du Nord, ont été raclés de la plaque océanique subduite et soulevés par la faille Border Ranges et d’autres failles. Le terrane de Yakutat, également composé de sédiments alluviaux laissés sur place par les proto-montagnes St-Elias, forme la base des collines et des replats côtiers.