Des sentinelles dans la nuit - Les phares de l’Île-du-Prince-Édouard Musée virtuel du Canada
Navigation
               

Le phare de West Point

On dit du phare de West Point qu’il est le premier des phares de seconde génération à l’Île-du-Prince-Édouard. On l’appelle ainsi parce qu’il fut le premier phare à avoir été construit par le nouveau ministère de la Marine (appelé également ministère de la Marine et des Pêches) de l’époque. C’était aussi le premier des phares à tour carrée et le plus haut de l’Île qu’il dominait de ses 20,6 mètres (67 pieds et 8 pouces) depuis sa base jusqu’à la girouette. Construit pour la somme de 4559,59$ par l’entreprise Messers. Mugridge and Co. de Shediac, au Nouveau-Brunswick, le phare était constitué d’une tour carrée et effilée à ossature en bois, assise sur une fondation de roches. Il jouxtait une maison d’habitation d’un étage et demi, à toit à pignon, dotée d’un appentis. Deux gardiens seulement en ont assuré le gardiennage pendant 88 ans, soit jusqu’à ce qu’il ait été électrifié en 1963.

En 1983, la West Point Development Corporation, société constituée par des bénévoles de la région, a loué la tour de la Garde côtière canadienne et, le 1er juillet 1984, a commencé à exploiter la première auberge au Canada à être logée dans un phare. Le 21 mai 2002, le phare de West Point a été le premier phare de la province à être cédé à un organisme communautaire par le gouvernement fédéral.

     
Le phare de West Point. Carol Livingstone.
Le phare de West Point.
Vue panoramique de l’intérieur du (phare de West Point)
Visite virtuelle 2006 phare de West Point
Entrevue vidéo 2006 Carol Livingstone
 
© 2007 Association des musées communautaires de l’Île-du-Prince-Édouard Commentaires Générique Accueil English