Des sentinelles dans la nuit - Les phares de l'Île-du-Prince-Édouard Musée virtuel du Canada
Navigation
            Suivante  

L'histoire du phare de Wood Islands

Wood Islands (îles boisées), qui a déjà été appelé Port Woods (port boisé), a reçu son nom des colons parce qu’il n’y avait que du bois dans la région lorsqu’ils s’y sont établis. L’emplacement où était érigé le phare de Wood Islands s’appelait l’île Young. On pouvait y accéder par bateau, que le gardien devait fournir, ou par une longue route qui traversait des champs et la plage. La route actuelle a été construite avec le matériau dragué dans le port entre 1937 et 1940 lorsqu’on préparait le site pour accueillir les traversiers de Wood Islands.

Le phare a été construit sur un terrain de 60,8 sur 66,3 mètres (200 sur 218 pieds) acheté de Thomas McMahon et de sa femme le 1er juin 1975. Le phare a été établi afin de guider le trafic maritime et les bateaux de pêche qui sillonnaient le détroit de Northumberland entre la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard.

Dans les premières années de la colonisation, la livraison du courrier tous les quinze jours entre Wood Islands et Pictou, en Nouvelle-Écosse, était le seul lien de l’Île avec le continent pendant l’hiver. En 1775, le gouverneur Walter Patterson a instauré un service par bateau à glace jusqu’à Caribou, en Nouvelle-Écosse, une distance de 22,5 kilomètres (14 milles). Plus tard le service a été déplacé jusqu’à la traverse de 14,5 kilomètres (9 milles) entre Cape Tormentine, au Nouveau-Brunswick, et Cape Travers, à l’Île-du-Prince-Édouard.

Vue du port et de la route. 1998. Carol Livingstone.
 
Vue du port et de la route.
 
       
Diaporama sur le phare de Wood Islands.
       
Des bateaux à glace servaient au transport de la poste et des passagers. Vers 1800. Phare de Wood Islands.
 
Des bateaux à glace servaient au transport de la poste et des passagers. Vers 1800.
 
       
© 2007, Association des musées communautaires de l’Île-du-Prince-Édouard Commentaires Générique Accueil English