Des sentinelles dans la nuit - Les phares de l'Île-du-Prince-Édouard Musée virtuel du Canada
Navigation
            Suivant  

L'histoire du phare de Cape Bear

Le phare de Cape Bear a été construit en 1881 près de Beach Point sur la pointe sud-est de l’Île-du-Prince-Édouard. Il fait partie d’une dizaine de phares de « deuxième génération » qui ont été construits quelques années après que l’Île a joint la Confédération en 1873. Durant le milieu et la deuxième moitié des années 1800, des centaines de bateaux américains de pêche au maquereau sillonnaient les eaux de l’Île. À cette époque, le détroit de Northumberland et le golfe Saint-Laurent fourmillaient de bateaux. D’entreprenants constructeurs de navires avaient des chantiers navals tout le long de la côte et emplissaient les bateaux de bois d’œuvre à destination de l’Europe. Les produits agricoles étaient expédiés par bateau partout le long du littoral de l’Est jusqu’aux Bermudes, et les bateaux amenaient des colons à l’Île. Le gouvernement s’est rendu compte qu’il y avait un besoin urgent de construire plus de phares. Les tours carrées et effilées coûtaient moins cher à construire que celles qu’on construisait ailleurs en maçonnerie. On pouvait en construire en bois, moins coûteuses parce que le bois était abondant et facilement disponible, et on pouvait les faire construire rapidement par des hommes de la région qui avaient appris leur métier dans les chantiers navals.

Le phare de Cape Bear a été construit selon le plan type du ministère de la Marine et des Pêches. Il est presque identique à celui de Cap-Egmont construit en 1883 dans l’Ouest de l’Île-du-Prince-Édouard. Il a été construit par John Whalen. Sa hauteur est de 12,4 mètres (40,7 pieds) de la base au faîte. Il est construit sur un cap de 9,1 mètres (trente pieds), ce qui l’élève à 22,6 m (74 pieds) au-dessus de l’eau. L’alignement vertical des portes et des fenêtres le fait paraître plus haut qu’il est en réalité. Une attrayante corniche classique soutient le balcon de veille, qui est muni d’une balustrade en métal. Les planches cornières originales ont été enlevées en 1891.

Le phare de Cape Bear. Vers 1885. Garde côtière canadienne.
Le phare de Cape Bear. Vers 1885.
 
Le phare de Cap-Egmont est presque identique à celui de Cape Bear. Vers 1885. Garde côtière canadienne.
 
Le phare de Cap-Egmont est presque identique à celui de Cape Bear. Vers 1885.
 
     
 
© 2007, Association des musées communautaires de l’Île-du-Prince-Édouard Commentaires Générique Accueil English