Des sentinelles dans la nuit - Les phares de l’Île-du-Prince-Édouard Musée virtuel du Canada
Navigation
    Précédente
Aperçu de l’aspect technologique des phares - page 2
Suivante    


Les lampes alimentées à une seule source d’huile et munies d’un grand nombre de mèches produisaient un feu d’une plus grande intensité lumineuse. Vers la moitié des années 1600, on a commencé à utiliser des réflecteurs en métal poli. Les miroirs sphériques et paraboliques, avec leur intérieur incurvé ou ovoïde, concentraient et intensifiaient la faible flamme que produisait la mèche des lampes à huile et la projetait plus loin devant. Ce système de réflexion de la lumière a été appelée le système « catoptrique ». Un feu muni d’un réflecteur est en exposition au musée du phare de West Point.

En 1782, Francois Pierre Aimé Argand a développé un système de mèches concentriques, qui devint connu sous le nom de lampe à huile d’Argand. Il a également inventé une cheminée qui apportait une meilleure circulation d’air au-dessus de la mèche et protégeait la flamme des rafales de vent. Ces inventions ont contribué à augmenter la luminosité de la flamme.

Au début du XIXe siècle, Robert Stevenson a amélioré la lampe d’Argand avec un modèle qui facilitait le remplacement de la mèche et le polissage des réflecteurs. Cette version a été largement adoptée, soit avec une seule lampe ou avec une série de lampes comme c’était le cas au phare de Cape Bonavista à Terre-Neuve.

Les systèmes catoptriques simples utilisaient des réflecteurs à miroirs. Augustin Fresnel a inventé le système de lentille dioptrique qui utilise seulement la propriété réflective du verre pour produire l’équivalent d’une grosse lentille avec des échelons concentriques de petits prismes. Il aussi créé un système catadioptrique qui se sert à la fois de la réflexion et de la réfraction. La lentille de Fresnel ressemble à un œil-de-bœuf entouré d’un grand nombre d’échelons concentriques de verre. Barbier, Renard et Turenne en France et les frères Chance en Angleterre ont fabriqué la plupart des lentilles de Fresnel qui sont en service aujourd’hui. Les lentilles de Fresnel existent en plusieurs dimensions, depuis de très petites jusqu’aux énormes lentilles hyperradiales comme celle du phare de Cape Race, à Terre-Neuve.

Le musée du phare de Cape Bonavista a conservé son vieil appareillage de lampes-réflecteurs. 1989. Carol Livingstone.
 
Le musée du phare de Cape Bonavista a conservé son vieil appareillage de lampes-réflecteurs.
 
     
Un feu moderne a remplacé la lentille à réflecteurs de 4e ordre au phare d’East Point en l’an 2000. 2006. Carol Livingstone.
 
Un feu moderne a remplacé la lentille à réflecteurs de 4e ordre au phare d’East Point en l’an 2000.
 
     
© 2007, Association des musées communautaires de l’Île-du-Prince-Édouard Accueil Commentaires Générique English