Bienvenue à des plantes qui guérissent
Vrai ou faux? Chercheurs de remèdes Remèdes d'antan Plantes indigènes Lieux à visiter Répertoire de plantes
Musée virtuel du Canada


Accueil
Plan du site
Générique du site
English
Avertissement


Pas en forme:
Je n'ai pas d'appétit ni d'énergie…


Pas en forme | Études de cas au Canada | Jeu dégueu | Retour à Remèdes d'antan

Je n'ai pas d'appétit ni d'énergie
Expression anglaise signifiant
J'ai des frissons,
J'file un mauvair coton.
J'ai le bras cassé
Et les pieds gelés...
Bref, je suis malade, complétement malade...

Toniques-maison
Ils se mettaient au travail et faisaient tremper des branches d'épicéa, des branches propres, ils les lavaient, les faisaient tremper, puis extrayaient l'infusion, la liqueur, la mettaient en bouteilles et la buvaient. Elle donnait de l'appétit, et l'écorce du cornouiller nettoyait le sang.
   - Mme Hayes, née en 1921

Avant les années 1950, les gens ne consultaient pas leur médecin aussi souvent qu'aujourd'hui. Les Canadiens âgés se souviennent que leur mère ou leur grand-mère leur donnait des toniques, en particulier au printemps. « Elles pensaient qu'on tomberait malade moins vite. » À une certaine époque, les toniques faisaient partie des remèdes les plus communs pour toutes sortes de troubles, notamment la fatigue, la perte d'appétit, l'amaigrissement, la fièvre, le rhume et la toux. Les remèdes étaient souvent des tisanes de diverses plantes : pissenlit, cornouiller, genièvre, épicéa, sassafras et cerise sauvage.

Toniques en vente libre
Au début des années 1900, d'innombrables remèdes vendus au magasin général ou en pharmacie sont devenus beaucoup plus populaires que les toniques-maison. Un grand nombre d'entre eux étaient fabriqués au Canada (par des entreprises ou par les pharmacies pour la vente locale), mais une multitude d'autres étaient importés des États-Unis et d'Angleterre. 

Parmi les toniques d'usage général en vente libre, citons Herbine Bitters de Wilson, la salsepareille d'Ayer et l'extrait de salsepareille de Macs. Il y avait aussi un vaste marché pour les toniques « spéciaux », en particulier pour les affections des femmes. Le tonique Lydia Pinkham's Vegetable Compound était le plus connu, mais le Golden Discovery du docteur Pierce lui faisait une forte concurrence. 

Les toniques des médecins
Pendant la première moitié du vingtième siècle, les médecins ont remplacé les plantes médicinales par un nombre croissant de nouveaux médicaments fabriqués par l'industrie pharmaceutique en plein essor. L'insuline, les vitamines, les sulfamides et la pénicilline (dans les années 1940) ont connu une popularité instantanée.

Même les nombreux éléments actifs de plantes qui étaient populaires au dix-neuvième siècle perdaient lentement du terrain. Un tonique souvent prescrit par les médecins, le sirop Easton's, contenait du fer, de la quinine extraite du quinquina et de la strychnine extraite de graines de noix vomique. Il a été supplanté peu à peu par des médicaments qui ne contenaient que du fer. Pourquoi les « anciens » toniques ont-ils disparu? En grande partie à cause des vitamines, ces « nouveaux toniques » apparus dans les années 1930.

Retourner à la liste des problèmes


Ètagère de médecine  Herbine Bitters de WilsonPissenlitCerise sauvageL'extrait de salsepareille de MacsLa pénicillineB-Plex Wyeth Improved PotencyLydia Pinkham's Vegetable Compound

Cliquer sur chaque remède pour agrandir l'image.

© 2005, Coalition of Canadian Healthcare Museums and Archives | Contact Us