Bienvenue à des plantes qui guérissent
Vrai ou faux? Chercheurs de remèdes Remèdes d'antan Plantes indigènes Lieux à visiter Répertoire de plantes
Musée virtuel du Canada


Accueil
Plan du site
Générique du site
English
Avertissement


Arnica (plus particulièrement Arnica cordifolia, A. fulgens
et A. sororia)


Retour à Descriptions de plantes

(plus particulièrement Arnica cordifolia, A. fulgens et A. sororia)

Arnica
© Missouri Botanical Garden
 

Pas bête, le mouton!

Selon une légende européenne, des bergers ont constaté que les chèvres et les moutons blessés étaient attirés par l'arnica. Ils en auraient déduit que cette plante avait des propriétés médicinales.
 

Aire de distribution
En Amérique du Nord, l'arnica pousse surtout dans les montagnes Rocheuses, du Yukon jusqu'au nord du Mexique. On en trouve aussi des populations isolées dans l'est du Canada, au nord du lac Supérieur.

Histoire et usages traditionnels
Les Premières Nations préparaient des cataplasmes d'arnica pour soulager les douleurs musculaires et les ecchymoses. Les colons européens venus s'établir en Amérique du Nord connaissaient déjà la variété européenne de l'arnica —A. montana — et s'en servaient pour soulager les blessures mineures et traiter les plaies. Ils ont donc rapidement adopté les variétés nord-américaines.

Résultats récents et nouvelles possibilités
Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et anti-irritations, l'arnica est déjà utilisé pour soulager les douleurs légères. Des études sont en cours sur la capacité de cette plante à soulager les douleurs causées par l'arthrite. On trouve facilement au Canada et en Europe des pommades à base d'arnica.

Étant donné que l'arnica est une plante très toxique, on ne doit l'utiliser qu'en usage externe et ne pas en appliquer directement sur les plaies ouvertes. Au Canada, d'ailleurs, il est interdit de promouvoir l'usage interne des produits à base d'arnica.

Dans les jardins canadiens
On aperçoit parfois, dans les jardins, des plants d'A. fulgens et d'A. cordifolia, mais leur cousine originaire d'Europe, A. montana, est beaucoup plus répandue. En juillet et en août, l'arnica des montagnes produit de belles fleurs jaune d'or, au sommet d'une tige légèrement velue. Cette plante vivace, de 30 à 60 cm de haut, aime le soleil et les sols acides et bien drainés. On l'utilise souvent dans les jardins alpins, les rocailles et les jardins d'herbes et de plantes médicinales.

Culture commerciale et récolte
La majorité des produits à base d'arnica sont fabriqués avec A. montana. En raison d'une cueillette immodérée, cette plante est aujourd'hui menacée d'extinction dans son habitat naturel. On se tourne donc vers les autres espèces d'arnica et la culture commerciale de l'arnica des montagnes. Au Canada, on récolte des plants à l'état sauvage, tout en favorisant l'essor de la culture commerciale des différentes espèces d'arnica.

© 2005, Coalition of Canadian Healthcare Museums and Archives | Contactez-nous