Bienvenue à des plantes qui guérissent
Vrai ou faux? Chercheurs de remèdes Remèdes d'antan Plantes indigènes Lieux à visiter Répertoire de plantes
Musée virtuel du Canada


Accueil
Plan du site
Générique du site
English
Avertissement


Nerprun cascara (Rhamnus purshianus)


Retour à Descriptions de plantes

Nerprun cascara
© Missouri Botanical Garden
 
Dilaxin
© Museum of Health Care at Kingston
 

Une bénédiction?

Les premiers explorateurs espagnols étaient si impressionnés par les vertus du nerprun cascara (Rhamnus purshianus) qu'ils l'avaient baptisé
« cascara sagrada » ou « écorce   sainte ».
 

 

Aire de distribution
Le nerprun cascara est un buisson ou un arbuste natif de la côte du Pacifique qui pousse de la Colombie-Britannique jusqu'au Nord de la Californie ainsi que dans les régions des Rocheuses proches de la frontière entre le Canada et les É.-U.

Histoire et usages traditionnels
Les Premières Nations utilisaient l'écorce interne jaune de l'arbre comme remède contre la constipation. Les colons l'ont adopté dès le début des années 1800. Son usage s'est répandu dans le monde; au début des années 1900, c'était le laxatif le plus utilisé sur la planète. La demande a commencé à baisser au milieu des années 1900 au fur et à mesure que d'autres produits apparaissaient sur le marché.

Résultats récents et nouvelles possibilités
Le nerprun cascara est toujours un ingrédient de nombreux laxatifs en vente libre. Les substances chimiques qu'il contient stimulent les contractions musculaires dans le gros intestin, mais n'ont pas d'effet sur l'intestin grêle.

Le nerprun cascara est très peu étudié.

Dans les jardins canadiens
Le nerprun cascara est un petit arbre qui peut atteindre 15 mètres de hauteur. On peut le trouver dans des pépinières de plantes indigènes en Colombie-Britannique; il commence à être plus recherché comme arbre ornemental parce qu'il tolère les étés secs sans nécessiter de soins particuliers.

Culture commerciale et récolte
On récolte surtout l'écorce du nerprun cascara sauvage. Quelque cinq millions de tonnes d'écorce sèche sont récoltées tous les ans en Amérique du Nord, et une récolte excessive a réduit le nombre d'arbres. La récolte est maintenant réglementée en Colombie-Britannique. On s'intéresse davantage à la culture parce que les sources sauvages deviennent rares.

© 2005, Coalition of Canadian Healthcare Museums and Archives | Contactez-nous