Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada

Musée des sciences et de la technologie du Canada 800340

Depuis le début du XXe siècle, les médecins et le personnel infirmier suivent les signes vitaux des patients sous anesthésie. Même si les électrocardiographes (appareils qui enregistrent les impulsions électriques du coeur) existaient depuis un certain temps, ils ne sont devenus la norme dans les salles d'opération que dans les années 1960. Un électrocardiogramme (ECG) peut révéler de petites irrégularités dans les battements du coeur et ainsi avertir l'anesthésiste bien avant que le problème ne devienne sérieux.

Précédent
© MSTC & UHN 2002. Tous droits reservés.