Un village en étoile

Vous aimeriez vivre dans un village en étoile? Cela comporte en tout cas plusieurs avantages. On peut mieux se protéger contre l’ennemi. On se sent en sécurité. On développe rapidement un sentiment d’appartenance à la communauté. Pas étonnant que l’on ait cherché à créer d’autres étoiles ailleurs! Toutefois, seule celle du Trait-Carré persiste toujours.

À l’abri de l’ennemi

Le Trait-Carré est une véritable terre protectrice. Comme le village est centré sur lui-même, on peut mieux se défendre en cas d’attaque iroquoise. De plus, le village est moins exposé aux invasions, puisqu’il est situé à l’intérieur des terres. Heureusement, il n’a jamais subi d’attaque. Même qu’il a accueilli des réfugiés lors de l’invasion britannique en 1759-1760.

En toute sécurité

La disposition du Trait-Carré procure aussi un sentiment de sécurité à ses habitants. En cas d’incendie, de blessure ou de maladie, par exemple, on peut intervenir rapidement. De même, le bétail profite de l’aménagement du territoire. Les animaux en pâturage au centre du village sont moins accessibles aux prédateurs.

Des liens tissés serrés

La disposition en étoile favorise également la formation d’un noyau villageois. Établis près du chemin qui borde la commune, les habitants développent un esprit communautaire et un sentiment d’appartenance au Trait-Carré. Ici, on s’entraide, on se serre les coudes. De plus, les villageois accèdent facilement aux différents services et commerces concentrés autour du point central.

Au rythme du centre religieux

Particularité du Trait-Carré, toutes les activités villageoises sont regroupées autour d’un centre religieux. C’est à ce point central que les Jésuites ont fait construire une église, un presbytère et un cimetière. Comme la plupart des habitants sont regroupés autour de ce centre, ils peuvent facilement assister à la messe et recevoir les sacrements. Leur quotidien est réglé au son des cloches de l’église, qui annoncent le début et la fin des cérémonies religieuses ainsi que l’heure des prières. Au XIXe siècle, le centre abrite également une maison-école et un couvent pour jeunes filles.

Des tentatives d’étoiles

Devant l’immense succès de leur établissement, les Jésuites ont tenté d’implanter ailleurs des villages en étoile. En 1666 par exemple, au sud du Trait-Carré, les Jésuites forment la Petite-Auvergne. Ce village prend toutefois l’allure d’un « demi-Trait-Carré ». L’année suivante, l’intendant Jean Talon aménage à son tour un village en étoile nommé « Bourg-Royal » sur un territoire emprunté à la seigneurie des Jésuites. Toutefois, Bourg-Royal ne deviendra jamais un village important. Ailleurs en Amérique du Nord, on a aussi tenté d’implanter le modèle radian. Sans succès.

Seul le Trait-Carré a connu un développement considérable et a traversé le temps. Sans doute à cause de son centre religieux qui a regroupé la communauté autour d’un point central significatif : l’église.