Selon un type fréquent de mariage, la cérémonie officielle se déroulait bien souvent, surtout dans les régions urbaines, à la résidence du fiancé, en présence d’invités. Là, les deux époux consacraient leur union en buvant chacun trois fois dans trois coupes de saké différentes. Ce rituel propre au mariage shintô s’appelait le san-san kudo. La cérémonie était habituellement suivie de réceptions parfois très coûteuses, et les époux, les familles et les amis s’échangeaient divers présents (poisson, gâteaux de riz, saké, etc). Dans la plupart des mariages arrangés, l’épouse, une fois mariée, allait habiter chez les parents de son mari. Une coutume moderne voulait qu’elle apporte avec elle, en plus de ses effets personnels, un riche trousseau en guise de dot.
Vancouver Museum, Art Gallery of Greater Victoria, Musée des beaux-arts de Montréal,

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons