Encore dans certains mariages, la procession de la fiancée prenait une place importante parmi les rituels rattachés à cette célébration. Le jour de la cérémonie, au moment où la mariée quittait la maison de ses parents pour se rendre au domicile conjugal, elle défilait à travers les rues à bord d’un rickshaw ou d’une chaise à porteur (palanquin). Durant l’époque Edo, le défilé de la mariée en palanquin somptueusement décoré était surtout le privilège des femmes des classes guerrières supérieures et de la noblesse.
Vancouver Museum, Art Gallery of Greater Victoria, Musée des beaux-arts de Montréal,

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons