Albert Pryce Jones, de la maison de vente par correspondance Welsh Pryce Jones, a exploité une filiale canadienne à Calgary, de 1911 à 1916. L'établissement de cette filiale poussa la Compagnie de la Baie d'Hudson à construire un nouveau magasin dans le centre-ville de Calgary, et ce, même si la filiale cesse ses activités quand Albert Pryce Jones s'enrôle comme commandant du 113e bataillon des Lethbridge Highlanders, lors de la Première Guerre mondiale.

Le grand magasin Pryce Jones, appelé le « chéri de Calgary », ouvre ses portes le mardi 14 février 1911 dans un immeuble en briques rouges, à l'angle nord-ouest de la 12e Avenue et de la 1re Rue Sud-Ouest. Il est connu comme le « magasin métropolitain de la métropole de l'Ouest ultime ». La direction invite la clientèle à participer à la réussite de l'entreprise. « Nous avons une mission à accomplir à Calgary; avec votre aide, nous souhaitons devenir le magasin le plus populaire, plus populaire même que les grands magasins métropolitains de l'Est. L'extraordinaire optimisme sans cesse grandissant qu'engendrent les plaines infinies de l'Ouest contribuera à l'atteinte de notre objectif. Nous souhaitons obtenir votre collaboration; en retour, nous vous offrirons un excellent service, des prix raisonnables et les meilleurs produits au monde. »

Le grand magasin est la filiale canadienne de la prestigieuse maison de vente par correspondance établie à Newtown, au pays de Galles, vers 1851. Des rumeurs concernant les plans de l'entreprise à Calgary font surface en juin 1910, quand Albert Pryce Jones, venu du pays de Galles, s'installe au Braemar Lodge, achète un immeuble de la 1re Rue Sud-Ouest et fait appel à la firme d'architecture locale Hodgson and Bates pour dessiner les plans d'un magasin. Deux mois plus tard, l'entrepreneur local George H. Archibald and Company s'affaire à construire une structure de trois étages (en plus du sous-sol) en brique et en béton armé Le projet progresse rapidement et, en novembre, le journal local présente l'immeuble dont les travaux sont presque terminés.
Texte de Jennifer Cook Bobrovitz
Reprise de l'article publié dans le Calgary Real Estate News, le 11 février 2000, avec l'autorisation de l'auteure.

© Société du Musée canadien des civilisations

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons