Chez les artisans, le travail se fait d’abord entièrement à la main. Le bois est laissé à l’état brut, verni ou teinté. Les peintures sont faites aussi à la main. Des jouets, comme les quilles, sont rubanés, c’est-à-dire que l’on peint de petits filets de couleur sur les quilles. C’est un travail minutieux fait par des femmes dénommées « rubanneuses », qui utilisaient un petit tour à pédale. Cette technique était employée dans la région du Jura, grande productrice de jouets en bois.

Puis avec l’apparition de la robotative, la tournerie traditionnelle s’est transformée. Dans la technique traditionnelle du tournage, on fait tourner le morceau de bois pour le travailler. Avec la robotative, c’est la machine armée de différentes lames qui tourne à une grande vitesse. Elle va permettre de multiplier la production et de baisser le prix de revient des articles.

L’invention d’une machine à tremper, toujours utilisée aujourd’hui, permet de colorer les objets en les immergeant dans des laques.

Mais les techniques traditionnelles perdurent, puisque quelques personnes exercent encore le métier de rubanneuses.
Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Musée de la Vie Bourguignonne

© 1997, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons