Rudolf Koenig (1832-1901) fut l’un des personnages les plus colorés de la physique du XIXe siècle. Maître luthier, fabricant innovateur d’instruments scientifiques, chercheur prolifique et homme d’affaires plutôt prospère, Koenig permit à des gens du monde entier d’étudier la science de la musique grâce à ses dispositifs acoustiques. Pendant leur séjour à Paris, des scientifiques visitaient le studio de Koenig pour assister à ses célèbres « séances musicales ». L’un de ses meilleurs clients était James Loudon, de Toronto, fondateur du premier laboratoire de physique au Canada (1878).

Parmi ses instruments les plus populaires, mentionnons ses résonateurs pour le choix de fréquences données parmi les sons ambiants, des tuyaux à anche et des tuyaux d’orgue pour la production de sons, des capsules manométriques pour la visualisation de sons à l’aide de flammes, des diapasons pour l’accordage de précision, ainsi qu’un dispositif d’interférence sonore pour la comparaison des propriétés de deux ondes sonores.

En 1865, Koenig écrivait à l’un de ses clients : « En effet, si la majorité des savants reculaient devant les recherches en acoustique, de peur que leur oreille, peu exercée, ne rencontre des obstacles insurmontables, nous disposons maintenant de méthodes admirables qui permettent d’étudier les sons sans recourir à l’organe de l’audition. »
RCIP

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons