Même si les Japonais se montraient enthousiastes en ce qui concerne la construction d'édifices publics de style occidental, ils étaient en revanche peu intéressés à habiter dans des maisons de style occidental.  En général, l'influence occidentale, caractérisée par l'ajout d'un petit salon occidental à la maison japonaise traditionnelle, se retrouvait uniquement chez les familles bien nanties. Seulement quelques privilégiés choisirent de vivre dans des résidences construites entièrement en brique et en pierre.

Cependant, un très grand nombre d'édifices de style occidental servaient de commerces ou de bureaux gouvernementaux, c'est pourquoi la plupart des Japonais finirent par s'habituer aux deux styles architecturaux, et des éléments de l'architecture occidentale s'incorporèrent dans de plus en plus d'habitations.

Les fonctionnaires, les médecins, les avocats et les autres membres des professions libérales étaient plus portés à aménager leur maison à l'occidentale, appuyant ainsi le récent engouement de leur gouvernement pour l'Occident. Souvent, au moment du réaménagement des maisons laissées vacantes après le départ des samouraï partisans des Tokugawa, ils ajoutaient un premier étage de style européen ou des annexes, installaient des fenêtres en vitre et décoraient l'intérieur avec des chaises, des bureaux et d'autres objets décoratifs. Dès la fin des années 1880, un nombre croissant de maisons en briques et en pierres furent construites par des membres des classes fortunées.
Vancouver Museum, Art Gallery of Greater Victoria, Musée des beaux-arts de Montréal,

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons