Pendant le premier siècle de fouilles sur le site de Miguasha, les chercheurs avaient tendance à extraire les fossiles sans trop laisser d’indications sur leur source exacte dans la falaise. Mais de temps à autres, un collectionneur s’est donné la peine de noter quelques détails sur la provenance de ses trouvailles.

Au tournant du 20 ème siècle, le Britannique M. Jex reconnaissait huit strates principales qui représentaient probablement des zones riches en fossiles. Plus tard, en 1938, Graham-Smith divisait la formation en 18 zones lithologiques et biostratigraphiques distinctes. En 1939, Loris Shano Russell, du Royal Ontario Museum, numérotait cinq zones fossilifères sans continuité les unes avec les autres. En 1982, Hesse et Sawh, de l’Université McGill de Montréal, ont proposé de diviser l’ensemble de la Formation d’Escuminac en huit unités stratigraphiques correspondant à de grands cycles de sédimentation. Ces unités principales sont encore utilisées de nos jours.

Depuis 1989, la provenance de chaque fossile prélevé dans la falaise est assignée à l’un des 394 lits principaux maintenant répertoriés. Et en plus, sans égard à la stratigraphie, la section principale de la falaise a été divisée, de l’est vers l’ouest, en 42 secteurs de 50 mètres de long qui permettent le repérage rapide d’endroits précis. Comme un lit peut s’étendre sur une grande distance et qu’il peut montrer des variations latérales importantes, l’association d’un numéro de lit à un secteur géographique est maintenant utilisée de façon systématique pour localiser précisément la provenance exacte des spécimens et des données à caractère sédimentaire.
Parc national de Miguasha

© 2007, Parc national de Miguasha

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons