Comme toutes les forêts, la forêt tropicale peut être divisée verticalement en étages ou «strates». Du sol jusqu’au faîte des arbres, la quantité de lumière, la température et le taux d’humidité varient, de sorte que chacune des strates convient plus particulièrement à certains types de plantes. Par exemple, les orchidées, qui sont des plantes herbacées épiphytes (c’est-à-dire qui croissent sur des arbres), s’établissent dans les strates supérieures.

Pour trouver leur nourriture ou encore un abri, les animaux adoptent eux aussi la strate qui répond le mieux à leurs besoins, ce qui ne les empêche pas de visiter les autres, à l’occasion.

Parmi les différentes façons de déterminer les strates, voici une méthode simple à trois niveaux, applicable à la forêt tropicale du Biodôme de Montréal.
Comme toutes les forêts, la forêt tropicale peut être divisée verticalement en étages ou «strates». Du sol jusqu’au faîte des arbres, la quantité de lumière, la température et le taux d’humidité varient, de sorte que chacune des strates convient plus particulièrement à certains types de plantes. Par exemple, les orchidées, qui sont des plantes herbacées épiphytes (c’est-à-dire qui croissent sur des arbres), s’établissent dans les strates supérieures.

Pour trouver leur nourriture ou encore un abri, les animaux adoptent eux aussi la strate qui répond le mieux à leurs besoins, ce qui ne les empêche pas de visiter les autres, à l’occasion.

Parmi les différentes façons de déterminer les strates, voici une méthode simple à trois niveaux, applicable à la forêt tropicale du Biodôme de Montréal.

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés

La forêt tropicale du Biodôme

La strate arborescente: les arbres de taille moyenne et les grands arbres.

La strate arbustive: les arbustes et les arbrisseaux.

La strate herbacée: les plantes herbacées au sol.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Strate aborescente

En raison de contraintes d’espace (il y a notamment la verrière qui limite la hauteur disponible), la strate arborescente, au Biodôme, n‘est pas aussi développée qu’en milieu naturel.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Trogon à queue blanche

Le trogon à queue blanche est un bel oiseau qui se nourrit de petits fruits, d’insectes, de lézards et de graines. Il creuse parfois son nid dans une termitière qu’il trouve sur l’arbre.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Spatule rosée

Bien que se nourrissant dans le marais, la spatule rosée, au Biodôme, passe la plus grande partie de la journée au sommet des grands arbres pour se reposer.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Paresseux à deux doigts

Le paresseux à deux doigts se camoufle dans le feuillage des grands arbres. Il se nourrit de feuilles, de fruits et de petits animaux.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Iguane vert

Ce gros lézard grimpe très haut dans les arbres pour se nourrir de leur feuillage et de leurs fruits, et aussi pour profiter des chauds rayons du soleil.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Guit-guit émeraude

Le guit-guit émeraude est un très petit oiseau coloré de vert, de bleu et de noir. Grâce à son long bec pointu, il peut se délecter du nectar des fleurs; il se nourrit également de petits fruits et de quelques insectes.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Araçari vert

Membre de la famille des toucans, l’araçari vert se nourrit de petits fruits et il dérobe parfois des œufs dans les nids des autres oiseaux. Un simple trou dans un tronc d’arbre lui sert de nid où on le voit souvent se reposer en compagnie de quelques congénères.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Ara rouge

Ce grand perroquet trouve les fruits et les noix dont il se nourrit au faîte des arbres. Pour faire son nid, il choisit l’un de ces trous que les pics creusent dans les troncs d’arbres.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Calliste à coiffe d’or

Cet oiseau de la famille des tangaras se nourrit de petits fruits, de graines et d’insectes qu’il cueille sur le feuillage des arbres.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • apprendre à mieux connaître les écosystèmes des Amériques;
  • observer la diversité que chaque écosystème offre tant sur le plan de la flore, de la faune que du climat;
  • nommer les différents éléments qui structurent les différents écosystèmes, tels que la végétation, la faune, le sol, etc.;
  • expliquer les différentes causes et conséquences des actions humaines sur les écosystèmes (à partir de la 4e année);
  • formuler et justifier des pistes de solutions sur des sujets comme le
  • réchauffement de la planète afin de préserver nos écosystèmes et la biodiversité sur Terre (à partir de la 6e année).

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons