Comme toutes les forêts, la forêt tropicale peut être divisée verticalement en étages ou «strates». Du sol jusqu’au faîte des arbres, la quantité de lumière, la température et le taux d’humidité varient, de sorte que chacune des strates convient plus particulièrement à certains types de plantes. Par exemple, les orchidées, qui sont des plantes herbacées épiphytes (c’est-à-dire qui croissent sur des arbres), s’établissent dans les strates supérieures.

Pour trouver leur nourriture ou encore un abri, les animaux adoptent eux aussi la strate qui répond le mieux à leurs besoins, ce qui ne les empêche pas de visiter les autres, à l’occasion.

Parmi les différentes façons de déterminer les strates, voici une méthode simple à trois niveaux, applicable à la forêt tropicale du Biodôme de Montréal.
Comme toutes les forêts, la forêt tropicale peut être divisée verticalement en étages ou «strates». Du sol jusqu’au faîte des arbres, la quantité de lumière, la température et le taux d’humidité varient, de sorte que chacune des strates convient plus particulièrement à certains types de plantes. Par exemple, les orchidées, qui sont des plantes herbacées épiphytes (c’est-à-dire qui croissent sur des arbres), s’établissent dans les strates supérieures.

Pour trouver leur nourriture ou encore un abri, les animaux adoptent eux aussi la strate qui répond le mieux à leurs besoins, ce qui ne les empêche pas de visiter les autres, à l’occasion.

Parmi les différentes façons de déterminer les strates, voici une méthode simple à trois niveaux, applicable à la forêt tropicale du Biodôme de Montréal.

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés

La forêt tropicale du Biodôme

La strate arborescente: les arbres de taille moyenne et les grands arbres.

La strate arbustive: les arbustes et les arbrisseaux.

La strate herbacée: les plantes herbacées au sol.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


La strate arbustive

Au Biodôme, la strate arbustive n’est pas continue; elle est constituée de plusieurs petits regroupements d’arbustes prospérant dans les milieux où il y a le plus de lumière.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Basilic vert

Ce lézard passe le plus clair de son temps perché sur une branche au-dessus de l’eau à se chauffer au soleil. Pour se nourrir, il attrape des insectes et d’autres petits animaux. S’il se sent menacé, il se laisse tomber dans l’eau, puis se dresse sur ses pattes arrière pour fuir en courant.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Boa émeraude

De son perchoir dans un petit arbre, le boa émeraude est capable de détecter les animaux à sang chaud, même la nuit, grâce aux fossettes thermosensibles qui entourent sa bouche.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Glossophage de Pallas

Plusieurs chauves-souris élisent domicile dans la strate arbustive où elles peuvent se nourrir et se cacher sous les feuilles ou dans les troncs d’arbres. La glossophage de Pallas recherche les fleurs qui sont ouvertes la nuit pour en extraire du nectar et un peu de pollen.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Grenouille aux yeux rouges

Cette très petite grenouille aux yeux rouge vif exorbités se cache sous les feuilles des arbres pendant la journée. La nuit, elle se déplace lentement sur les feuilles et les branches à la recherche d’insectes et d’autres petits animaux.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Motmot houtouc

La queue du motmot adulte comprend deux plumes remarquablement allongées qui se terminent en forme de raquettes. L’oiseau ne les taille pas intentionnellement ! Les barbes situées près du bout des longues plumes sont fragiles et se détachent facilement du rachis lors du toilettage.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Tamarin doré

Les tamarins sont de petits singes qui occupent principalement les arbres de petite taille et les arbustes où ils trouvent des petits fruits, des insectes et des lézards.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Tangara du Brésil

Avec ses couleurs très vives, le tangara du Brésil ne passe pas inaperçu. Il se nourrit de fruits et parfois d’insectes.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Tangara à crête fauve

Le mâle et la femelle de cette espèce ont des livrées très différentes. Ils recherchent des fruits, des insectes et des graines, principalement dans les arbustes et les arbrisseaux. Le nid est construit dans un arbuste ou un petit palmier dans le sous-bois, près d’un cours d’eau.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • apprendre à mieux connaître les écosystèmes des Amériques;
  • observer la diversité que chaque écosystème offre tant sur le plan de la flore, de la faune que du climat;
  • nommer les différents éléments qui structurent les différents écosystèmes, tels que la végétation, la faune, le sol, etc.;
  • expliquer les différentes causes et conséquences des actions humaines sur les écosystèmes (à partir de la 4e année);
  • formuler et justifier des pistes de solutions sur des sujets comme le
  • réchauffement de la planète afin de préserver nos écosystèmes et la biodiversité sur Terre (à partir de la 6e année).

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons