De nombreux foyers et villages ruraux de l’Afrique subsaharienne sont très isolés, et les déplacements dans cette région sont souvent lents. Par conséquent, bien des gens ont de la difficulté à aller à un hôpital ou à une clinique lorsqu’ils ont besoin de soins médicaux. Il n’y a pas d’ambulance et des personnes sont mortes parce qu’elles ne pouvaient pas être soignées rapidement en cas d’urgence.

L’Afrique subsaharienne est la partie de l’Afrique située au sud du désert du Sahara (voir la carte à gauche). Dans cette vaste région, plus de 65 % des habitants vivent dans des fermes et des villages séparés par de grandes distances. Les autocars et autres formes de transport en commun sont rares, et moins de 1 % de la population possède une auto ou un camion. Mis à part la marche, le vélo est le principal moyen de transport.

Les gens utilisent aussi des brouettes, des ânes et des charrettes – à traction humaine ou animale – pour se dé Pour en lire plus
De nombreux foyers et villages ruraux de l’Afrique subsaharienne sont très isolés, et les déplacements dans cette région sont souvent lents. Par conséquent, bien des gens ont de la difficulté à aller à un hôpital ou à une clinique lorsqu’ils ont besoin de soins médicaux. Il n’y a pas d’ambulance et des personnes sont mortes parce qu’elles ne pouvaient pas être soignées rapidement en cas d’urgence.

L’Afrique subsaharienne est la partie de l’Afrique située au sud du désert du Sahara (voir la carte à gauche). Dans cette vaste région, plus de 65 % des habitants vivent dans des fermes et des villages séparés par de grandes distances. Les autocars et autres formes de transport en commun sont rares, et moins de 1 % de la population possède une auto ou un camion. Mis à part la marche, le vélo est le principal moyen de transport.

Les gens utilisent aussi des brouettes, des ânes et des charrettes – à traction humaine ou animale – pour se déplacer. En général, les habitants de l’Afrique rurale marchent et transportent eux-mêmes leurs charges. Si une personne est malade ou blessée et incapable de marcher, cela peut être très difficile voire impossible pour elle d’obtenir des soins.

L’ambulance à vélo est un projet humanitaire qui répond au problème de l’isolement à la campagne en cas d’urgence médicale. Elle combine un moyen de déplacement répandu en Afrique – le vélo – avec un moyen de transporter de manière sûre et confortable une personne malade ou blessée.

© 2005, RCIP. Tous droits réservés.

Un vélo qui sauve des vies

Dans l’Afrique subsaharienne rurale, les déplacements sont généralement lents et difficiles. Les gens doivent souvent transporter eux-mêmes leurs charges.

Niki Dun
Bruce Mau Design, Institute Without Boudaries

©2005 Niki Dun.


L'Afrique

Carte de l'Afrique

Bruce Mau Design et l’Institute without Boundarie.

© 2005 Bruce Mau Design et l’Institute without Boundarie.


L’ambulance à vélo est conçue pour le transport de patients vers un hôpital ou une clinique à partir de fermes ou de villages isolés. Elle se compose d’une civière amovible et d’un cadre de remorque assez légers pour être tirés par un vélo, ou même en cas de besoin par une personne à pied.

La civière se compose d’une toile à bâche (faite de fils plastiques tissés et utilisée pour la fabrication de tentes et d’autres abris temporaires) et d’un cadre de métal. La toile est maintenue en place par des morceaux de caoutchouc récupérés de vieilles chambres à air de vélo, qui agissent en même temps comme amortisseurs pour améliorer le confort du patient. La remorque est constituée d’un cadre en métal soudé, monté sur deux roues de vélo. Le tout est relié au vélo à l’aide d’une attache de remorque à boule provenant d’une vieille auto.

L’ambulance à vé Pour en lire plus
L’ambulance à vélo est conçue pour le transport de patients vers un hôpital ou une clinique à partir de fermes ou de villages isolés. Elle se compose d’une civière amovible et d’un cadre de remorque assez légers pour être tirés par un vélo, ou même en cas de besoin par une personne à pied.

La civière se compose d’une toile à bâche (faite de fils plastiques tissés et utilisée pour la fabrication de tentes et d’autres abris temporaires) et d’un cadre de métal. La toile est maintenue en place par des morceaux de caoutchouc récupérés de vieilles chambres à air de vélo, qui agissent en même temps comme amortisseurs pour améliorer le confort du patient. La remorque est constituée d’un cadre en métal soudé, monté sur deux roues de vélo. Le tout est relié au vélo à l’aide d’une attache de remorque à boule provenant d’une vieille auto.

L’ambulance à vélo est un exemple de solution adaptée au milieu parce qu’elle fait appel à un savoir-faire et à des techniques déjà présents dans la région où l’on compte l’utiliser. Dans ce cas-ci, la solution exploite le fait qu’il y a des vélos presque partout. Ils sont faciles à entretenir et constituent un moyen de transport abordable pour les populations pauvres et rurales du monde. Pour ces raisons, les vélos constituent une source idéale de pièces.

L’ambulance elle-même est conçue pour être facile à construire en suivant des schémas de principe qui illustrent comment procéder.

© 2005, RCIP. Tous droits réservés.

Schéma

L’ambulance à vélo est de conception relativement simple. On peut la construire à l’aide de matériaux facilement disponibles là où on l’utilise et en faisant appel aux compétences des commerçants locaux. Ce schéma de principe montre la remorque (partie inférieure) de l’ambulance et la civière amovible (partie supérieure).

Niki Dun

© 2005 Niki Dun.


Test

L’ambulance à vélo est conçue pour le transport de patients vers un hôpital ou une clinique à partir de fermes ou de villages isolés. La distance à parcourir peut être grande, même pour aller à l’hôpital ou la clinique la plus proche.

Niki Dun

© 2005 Niki Dun.


L’équipe qui a conçu l’ambulance à vélo était dirigée par Niki Dun, étudiante canadienne en conception industrielle, et comprenait des personnes et des partenaires nombreux provenant d’horizons divers.

Niki a mis au point l’ambulance à vélo comme projet de fin d’études à l’Emily Carr Institute of Art and Design, situé à Vancouver, au Canada. Ce projet a donné à Niki l’occasion de travailler avec une équipe diversifiée et internationale de producteurs et d’utilisateurs qui poursuivent les essais sur le terrain de son concept.

Au Malawi, pays de l’Afrique de l’Est, Niki a travaillé avec l’organisation non gouvernementale (ONG) britannique Transaid et l’Association des garagistes et des soudeurs de Salima. Avec l’aide de ces deux groupes, elle a testé et modifié l’ambulance à vélo pour qu’elle réponde bien aux besoins des personnes qu’elle vise à aider.

Comme elle était formé Pour en lire plus
L’équipe qui a conçu l’ambulance à vélo était dirigée par Niki Dun, étudiante canadienne en conception industrielle, et comprenait des personnes et des partenaires nombreux provenant d’horizons divers.

Niki a mis au point l’ambulance à vélo comme projet de fin d’études à l’Emily Carr Institute of Art and Design, situé à Vancouver, au Canada. Ce projet a donné à Niki l’occasion de travailler avec une équipe diversifiée et internationale de producteurs et d’utilisateurs qui poursuivent les essais sur le terrain de son concept.

Au Malawi, pays de l’Afrique de l’Est, Niki a travaillé avec l’organisation non gouvernementale (ONG) britannique Transaid et l’Association des garagistes et des soudeurs de Salima. Avec l’aide de ces deux groupes, elle a testé et modifié l’ambulance à vélo pour qu’elle réponde bien aux besoins des personnes qu’elle vise à aider.

Comme elle était formée de personnes et de groupes d’horizons aussi divers, l’équipe de conception a eu au départ quelques difficultés. En particulier, les membres de l’équipe avaient du mal à communiquer les uns avec les autres et à se comprendre. Ils sont toutefois parvenus à surmonter leurs différences et ont travaillé ensemble à résoudre les problèmes complexes qui se posaient. Au bout du compte, ils ont réussi à mettre au point un concept utilisable et durable.

« Une collaboration ouverte est particulièrement bienvenue dans un contexte d’aide au développement. Si les ressources et les compétences sont partagées au-delà des frontières culturelles, économiques et physiques, les problèmes de conception peuvent être résolus d’une manière effective et plus efficace, avec de meilleures possibilités de transfert de compétences aux pays en développement. Pour nous, concepteurs, c’est un défi d’adopter une mentalité de collaboration ouverte, loin de la course aux brevets à tout prix qui, dans l’hémisphère Nord, envahit la conception orientée vers la consommation. »
– La conceptrice, Niki Dun

© 2005, RCIP. Tous droits réservés.

Malawi

Dans le district de Salima, au Malawi, Niki Dun a travaillé avec l’ONG britannique Transaid et l’Association des garagistes et des soudeurs de Salima afin de modifier et d’améliorer la conception de l’ambulance.

Niki Dun

© 2005 Niki Dun.


soudeurs

L’expérience de Niki en conception industrielle et les compétences des commerçants locaux ont permis de créer un processus fructueux de collaboration pour la construction et l’essai de l’ambulance à vélo.

Niki Dun

©2005 Niki Dun


Dans sa recherche pour le projet d’ambulance à vélo, Niki Dun est allée au-delà des besoins et des valeurs de l’Amérique du Nord afin d’avoir une perspective mondiale. Elle a découvert que plus de la moitié de la population de l’Afrique subsaharienne vit dans des régions rurales, où les hôpitaux, les cliniques et autres infrastructures médicales sont trop loin pour être accessibles à pied.

Elle s’est aussi rendu compte que ce sont des femmes enceintes qui auraient le plus besoin de l’ambulance à vélo. Il faut aussi comprendre que, dans l’Afrique subsaharienne, le vélo est un symbole de statut social et que son propriétaire est le plus souvent un homme. Par conséquent, l’ambulance à vélo serait le plus souvent conduite par un homme.

Autrefois, la solution au problème du transport médical dans l’Afrique subsaharienne passait par la constitution de « groupes de brancardiers ». Un groupe de personnes transportait le patient de sa demeure à Pour en lire plus
Dans sa recherche pour le projet d’ambulance à vélo, Niki Dun est allée au-delà des besoins et des valeurs de l’Amérique du Nord afin d’avoir une perspective mondiale. Elle a découvert que plus de la moitié de la population de l’Afrique subsaharienne vit dans des régions rurales, où les hôpitaux, les cliniques et autres infrastructures médicales sont trop loin pour être accessibles à pied.

Elle s’est aussi rendu compte que ce sont des femmes enceintes qui auraient le plus besoin de l’ambulance à vélo. Il faut aussi comprendre que, dans l’Afrique subsaharienne, le vélo est un symbole de statut social et que son propriétaire est le plus souvent un homme. Par conséquent, l’ambulance à vélo serait le plus souvent conduite par un homme.

Autrefois, la solution au problème du transport médical dans l’Afrique subsaharienne passait par la constitution de « groupes de brancardiers ». Un groupe de personnes transportait le patient de sa demeure à un endroit où des soins médicaux étaient disponibles. Si la distance à parcourir était grande, cela représentait un déplacement de longue durée pour le patient et un voyage épuisant pour les brancardiers.

L’ambulance à vélo vise à accélérer et à faciliter le transport de patients à partir d’une ferme ou d’un village vers un hôpital ou une clinique, sur une distance qui peut parfois atteindre 50 km.

© 2005, RCIP. Tous droits réservés.

L’ambulance à vélo

L’ambulance à vélo a été construite et mise à l’essai dans la région où elle devait être utilisée. Cela a permis à l’équipe de conception d’obtenir beaucoup d’information et de commentaires qui ont contribué à améliorer le concept.

Niki Dun

©2005 Niki Dun


Salima, Malawi

Le fait pour les concepteurs de mettre l’accent sur les personnes que le concept vise à aider procure de nombreux avantages. En plus de rendre le concept plus effectif, cela permet aux concepteurs de tirer parti de l’expérience acquise et d’améliorer leur travail.

Niki Dun

©2005 Niki Dun


Au cours du processus de conception, Niki Dun s’est dit que pour que son idée d’ambulance à vélo soit utile dans la réalité, elle devait être testée dans des conditions réelles. Elle est donc partie de son institut, à Vancouver, au Canada, pour aller à l’autre bout du monde, au Malawi, en Afrique de l’Est.

Pour réaliser son projet, Niki s’est beaucoup servie d’Internet. Elle a participé à des forums de discussion et communiqué par courriel avec l’organisation non gouvernementale (ONG) britannique Transaid. Les membres de Transaid étaient si intrigués par son idée qu’ils ont offert à Niki des fonds et leur aide pour mettre sur pied et mener un projet pilote – un test dans des conditions réelles de son ambulance à vélo dans le district de Salima, au Malawi.

C’était une belle occasion, mais aussi un grand défi. Pour Niki, c’était un test intellectuel et culturel car elle devait autant que possible s’adapter à une menta Pour en lire plus
Au cours du processus de conception, Niki Dun s’est dit que pour que son idée d’ambulance à vélo soit utile dans la réalité, elle devait être testée dans des conditions réelles. Elle est donc partie de son institut, à Vancouver, au Canada, pour aller à l’autre bout du monde, au Malawi, en Afrique de l’Est.

Pour réaliser son projet, Niki s’est beaucoup servie d’Internet. Elle a participé à des forums de discussion et communiqué par courriel avec l’organisation non gouvernementale (ONG) britannique Transaid. Les membres de Transaid étaient si intrigués par son idée qu’ils ont offert à Niki des fonds et leur aide pour mettre sur pied et mener un projet pilote – un test dans des conditions réelles de son ambulance à vélo dans le district de Salima, au Malawi.

C’était une belle occasion, mais aussi un grand défi. Pour Niki, c’était un test intellectuel et culturel car elle devait autant que possible s’adapter à une mentalité et à un mode de vie très différents de ce qu’elle connaissait au Canada. Par exemple, au Malawi, il est rare que des femmes travaillent comme conceptrices ou ingénieures. Par conséquent, les hommes de là-bas n’étaient pas habitués à travailler avec une femme.

Les essais de l’ambulance à vélo au Malawi ont amené quelques modifications importantes à la dynamique de groupe autant qu’à la conception de l’objet.

« Nous avons amené au Malawi un prototype que nous avions fabriqué au Canada. Nous avons fait des essais, qui nous ont obligés à faire quelques changements. Nous nous sommes rendu compte que les routes étaient plus cahoteuses que prévu, et qu’il fallait donc augmenter la garde au sol de l’ambulance. Nous avons découvert que le repose-tête n’était pas fixé assez solidement. Ce fut réellement utile de s’en apercevoir. Il n’y a pas eu de conséquence grave mais cela a montré au groupe que je ne savais pas tout. »

– La conceptrice, Niki Dun

© 2005, RCIP. Tous droits réservés.

Le processus de conception

Cliquez ici pour voir le processus de conception suivi par Niki Dun.

Réseau canadien d’information sur le patrimoine
Bruce Mau Design, Institute Without Boudaries

© 2005, RCIP. Tous droits réservés.


Aujourd’hui, Niki Dun travaille à la mise sur pied d’un organisme appelé Design for Development. Cet organisme vise à montrer que la conception industrielle permet de créer des solutions à long terme, appropriées et pratiques, pour répondre aux besoins de pays en développement. Il contribue également à promouvoir le recours à de telles solutions.

L’ambulance à vélo répond à des objectifs à la fois économiques et humanitaires. Elle procure du travail à des habitants du pays et fait appel à des matériaux facilement disponibles là où on l’utilise. Elle répond aussi à un besoin social en améliorant l’accès aux soins médicaux. En 2004, l’organisation non gouvernementale (ONG) britannique Transaid a produit un rapport sur le succès du projet d’ambulance à vélo. Lorsque le personnel de Transaid a visité la région où le concept avait tout d’abord été testé, il s’est rendu comp Pour en lire plus
Aujourd’hui, Niki Dun travaille à la mise sur pied d’un organisme appelé Design for Development. Cet organisme vise à montrer que la conception industrielle permet de créer des solutions à long terme, appropriées et pratiques, pour répondre aux besoins de pays en développement. Il contribue également à promouvoir le recours à de telles solutions.

L’ambulance à vélo répond à des objectifs à la fois économiques et humanitaires. Elle procure du travail à des habitants du pays et fait appel à des matériaux facilement disponibles là où on l’utilise. Elle répond aussi à un besoin social en améliorant l’accès aux soins médicaux. En 2004, l’organisation non gouvernementale (ONG) britannique Transaid a produit un rapport sur le succès du projet d’ambulance à vélo. Lorsque le personnel de Transaid a visité la région où le concept avait tout d’abord été testé, il s’est rendu compte que les ambulances étaient très utilisées et bien gérées par les villages. Au moment de la visite, le plus long trajet effectué par une ambulance à vélo était de plus de 50 km.

Des schémas de principe de l’ambulance à vélo seront bientôt disponibles en ligne. Ils permettront à d’autres groupes et communautés de profiter de ce concept innovateur et économique, et d’améliorer l’accès de leur population aux soins médicaux.

« Je crois que plusieurs problèmes pratiques auxquels des populations des pays en développement font face peuvent être très bien résolus à l’aide du processus de conception, car les concepteurs sont des gens qui résolvent des problèmes. L’un des objectifs de Design for Development est de faire le lien entre des concepteurs et des populations qui ont demandé de l’aide ou des organismes qui cherchent à résoudre des problèmes de développement à partir de la base. »

– La conceptrice, Niki Dun

© 2005, RCIP. Tous droits réservés.

Remorque utilitaire pour vélo

Comme sous-produit du projet d’ambulance à vélo, Niki Dun a conçu une remorque utilitaire pour vélo et en a supervisé la production. Ce concept visait à remédier à l’instabilité des charges et aux dangers du transport au Malawi. Cette remorque permet de transporter de grosses charges en toute sécurité.

Niki Dun

©2005 Niki Dun


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va comprendre :
• les effets de la mondialisation sur la qualité de vie.
• les conséquences d’un accès insuffisant à des transports adéquats.
• la façon dont les personnes issues de milieux différents réussissent à collaborer.
• que les meilleures idées sont axées sur les personnes démunies.
• que les compétences et les technologies déjà en place, dans un endroit où une idée doit être exploitée, peuvent mener à des solutions économiques et pratiques.
• comment l’initiative Design for Development crée des solutions pratiques à long terme.
• l’importance d’employer la population locale et d’utiliser les ressources accessibles sur place.
• qu’un bon nombre des problèmes pratiques auxquels font face les communautés des pays en développement peuvent être réglés grâce à un processus de conception bien réfléchi.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons