Harold Johns

Harold Johns, par Irma Coucill

Irma Coucill
Collection permanente du Temple de la renommée médicale canadienne
vers
© RCIP 2001


Harold Johns s’imposa comme scientifique accompli à l’aube de l’ère nucléaire en menant des recherches en Saskatchewan sur de nouvelles sources de radiations. Ses recherches portèrent entre autres sur l’élaboration d’un traitement du cancer au cobalt 60, qui faisait appel à du cobalt radioactif comme source de rayons gamma - plus puissants que les rayons X.

Pendant toute sa carrière scientifique, Harold Johns s’intéressa aux applications médicales de la physique. Né en 1915 à Chengdu, en Chine, M. Johns a obtenu un baccalauréat à l’Université McMaster en 1936, ainsi qu’une maîtrise (1937) et un doctorat (1939) en physique à l’Université de Toronto.

En 1949, Harold Johns innova dans le domaine du traitement du cancer avec un bêtatron, qui produisait des rayons X de très haute énergie capables de mieux pénétrer des tumeurs profondes. Avec cet appareil, il inaugura l’ère de la radiothérapie de haute énergie. Parallèlement &ag Pour en lire plus
Harold Johns s’imposa comme scientifique accompli à l’aube de l’ère nucléaire en menant des recherches en Saskatchewan sur de nouvelles sources de radiations. Ses recherches portèrent entre autres sur l’élaboration d’un traitement du cancer au cobalt 60, qui faisait appel à du cobalt radioactif comme source de rayons gamma - plus puissants que les rayons X.

Pendant toute sa carrière scientifique, Harold Johns s’intéressa aux applications médicales de la physique. Né en 1915 à Chengdu, en Chine, M. Johns a obtenu un baccalauréat à l’Université McMaster en 1936, ainsi qu’une maîtrise (1937) et un doctorat (1939) en physique à l’Université de Toronto.

En 1949, Harold Johns innova dans le domaine du traitement du cancer avec un bêtatron, qui produisait des rayons X de très haute énergie capables de mieux pénétrer des tumeurs profondes. Avec cet appareil, il inaugura l’ère de la radiothérapie de haute énergie. Parallèlement à cela, il mit au point des méthodes de calcul des doses de radiations appropriées pour les patients.

© RCIP 2001

Inspiré par la suggestion selon laquelle le cobalt 60 pourrait être une meilleure source de radiations pour le traitement du cancer, Johns demanda un échantillon de cobalt 60 au Conseil national de recherches du Canada à Chalk River. Avec l’un des trois échantillons produits à Chalk River en 1951, Harold Johns conçut un dispositif capable de dispenser les radiations en toute sécurité. Après avoir été testé et étalonné avec soin pendant trois mois, l’appareil d’Harold Johns servit pour la première fois au traitement d’un patient le 8 novembre 1951.

Son ouvrage intitulé The Physics of Radiology [Physique de la radiologie], dont la première édition remonte à plus d’un demi-siècle, est utilisé encore aujourd’hui par des spécialistes des radiations partout dans le monde, et le cobalt 60 est encore largement employé à des fins thérapeutiques. Il constitue une source fiable et économique d’énergie de rayonnement dans la bataille contre le canc Pour en lire plus
Inspiré par la suggestion selon laquelle le cobalt 60 pourrait être une meilleure source de radiations pour le traitement du cancer, Johns demanda un échantillon de cobalt 60 au Conseil national de recherches du Canada à Chalk River. Avec l’un des trois échantillons produits à Chalk River en 1951, Harold Johns conçut un dispositif capable de dispenser les radiations en toute sécurité. Après avoir été testé et étalonné avec soin pendant trois mois, l’appareil d’Harold Johns servit pour la première fois au traitement d’un patient le 8 novembre 1951.

Son ouvrage intitulé The Physics of Radiology [Physique de la radiologie], dont la première édition remonte à plus d’un demi-siècle, est utilisé encore aujourd’hui par des spécialistes des radiations partout dans le monde, et le cobalt 60 est encore largement employé à des fins thérapeutiques. Il constitue une source fiable et économique d’énergie de rayonnement dans la bataille contre le cancer.

© RCIP 2001

Theratron

Modèle commercial de l´appareil de radiothérapie au cobalt 60 conçu par Harold Johns.

Énergie atomique du Canada ltée, Ottawa (Ontario), Canada
Musée des sciences et de la technologie du Canada
vers 1957
© RCIP 2001


cobalt 60

Voici un vidéoclip décrivant la mise au point et l'utilisation du cobalt-60 pour le traitement contre le cancer.

« Le Dr Johns, secondé par une étudiante diplômée, Silvia (Fidora?), a appliqué les règles de la physique de base avec une rigueur laborieuse pour mettre au point le cobalt-60. Cette percée technologique majeure pourrait désormais permettre de traiter des tumeurs bien enfouies et difficiles d’accès. »

Offert par le Temple de la renommée médicale canadienne

© RCIP 2001


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant :

  • identifiera et appréciera la manière dont l’histoire et la culture façonnent les sciences et la technologie d’une société;
  • décrira les progrès scientifiques et technologiques passés et présents, puis présentera et appréciera leurs effets sur les individus et les sociétés;
  • décrira la manière dont les Canadiens ont participé aux sciences et à la technologie à l’échelle mondiale.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons