Musée Redpath, Université McGill

Gauche : Intérieur du Musée Redpath, Université McGill, Montréal, QC, 1893 (?)

Droite : Musée Redpath, Université McGill, Montréal, QC. D'après Notman (VIEW-2604). Photo prise le 28 octobre 1999, 9 h 45

Gauche : William Notman, Droite : Andrzej Maciejewski

© 2002, Musée McCord d'histoire canadienne. Tous droits réservés.


Date/heure : 28 octobre 1999, 9 h 45

Les détails des garde-corps et les murs m'ont servi de points d'alignement. Quelques-uns des nombreux détails de la photo de Notman ont disparu, car des néons remplacent aujourd'hui la lumière naturelle. La grande tache de lumière qui apparaît sur l'image originale a également disparu, victime d'un nouveau bâtiment en hauteur construit à l'ouest du musée. Toutefois, je suis certain d'avoir pris cette image au même moment de l'année et de la journée. Au total, les transformations intérieures, et surtout la lumière artificielle, ont effet réducteur sur le lieu – même le dinosaure semble plus petit !
Date/heure : 28 octobre 1999, 9 h 45

Les détails des garde-corps et les murs m'ont servi de points d'alignement. Quelques-uns des nombreux détails de la photo de Notman ont disparu, car des néons remplacent aujourd'hui la lumière naturelle. La grande tache de lumière qui apparaît sur l'image originale a également disparu, victime d'un nouveau bâtiment en hauteur construit à l'ouest du musée. Toutefois, je suis certain d'avoir pris cette image au même moment de l'année et de la journée. Au total, les transformations intérieures, et surtout la lumière artificielle, ont effet réducteur sur le lieu – même le dinosaure semble plus petit !

© Musée McCord d'histoire canadienne

Carte

Cette carte de Montréal représente les endroits où les photographies de Notman et de Maciejewski ont été prises.

Musée McCord d'histoire canadienne

© 2002, Musée McCord d'histoire canadienne. Tous droits réservés.


Construit sur le campus de l’Université McGill en 1882 grâce à une donation importante de Peter Redpath, président de la compagnie Redpath Sugar, le Musée Redpath accueillait une importante collection de spécimens de sciences naturelles, dont le noyau initial avait été constitué par le directeur de l’Université, Sir William Dawson, un géologue et le plus important savant canadien du XIXe siècle. Outre les salles où étaient exposées les diverses collections et l’impressionnant squelette du mégathérium, le musée comptait des espaces de rangement, des laboratoires et un vaste auditorium.

Les gens de l’époque victorienne étaient passionnés de sciences naturelles. Qu’il s’agisse de botanique, d’ornithologie, de conchyliologie (étude des coquillages), de zoologie ou d’archéologie, de spécimens recueillis au Canada ou dans des pays lointains, hommes et femmes, amateurs et scientifiques étaient des collectionneurs invétérés. Ils éta Pour en lire plus
Construit sur le campus de l’Université McGill en 1882 grâce à une donation importante de Peter Redpath, président de la compagnie Redpath Sugar, le Musée Redpath accueillait une importante collection de spécimens de sciences naturelles, dont le noyau initial avait été constitué par le directeur de l’Université, Sir William Dawson, un géologue et le plus important savant canadien du XIXe siècle. Outre les salles où étaient exposées les diverses collections et l’impressionnant squelette du mégathérium, le musée comptait des espaces de rangement, des laboratoires et un vaste auditorium.

Les gens de l’époque victorienne étaient passionnés de sciences naturelles. Qu’il s’agisse de botanique, d’ornithologie, de conchyliologie (étude des coquillages), de zoologie ou d’archéologie, de spécimens recueillis au Canada ou dans des pays lointains, hommes et femmes, amateurs et scientifiques étaient des collectionneurs invétérés. Ils étaient aussi convaincus de l’importance scientifique et pédagogique des musées. C’est ainsi que le Musée Redpath servait de support à l’enseignement et à la recherche universitaire. Mais des associations privées et plusieurs institutions d’enseignement plus modestes se dotèrent également de salles d’exposition pour leurs membres ou leurs étudiants.
Documents imprimés

* Duchesne, Raymond. 1990. « L'ordre des choses : Cabinets et musées d'histoire naturelle au Québec (1824-1900) ». Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 44, no 1 (Summer), p. 3-30.
* Rumilly, Robert. 1949. Le frère Marie-Victorin et son temps. Montreal : Frères des écoles chrétiennes.
* Sandham, Alfred. 1870. Ville-Marie, or, Montreal Past and Present. Montreal: G. Bishop.

Document en ligne

• City of Longueuil Website. [On Line]. http://ville.longueuil.qc.ca/vieux-longueuil.htm (Pages accessed in June 2002)

© 2002, Musée McCord d'histoire canadienne. Tous droits réservés.

Exposition d'animaux empaillés

Les musées scolaires se développent au Québec surtout entre 1860 et 1890, alors que l'enseignement des sciences devient plus important. Certaines institutions, comme le Mont-Saint-Louis, consacrent des ressources importantes à leur collection et acquièrent des spécimens plus exotiques, tels les fauves visibles sur cette photo.

Anonyme
Musée McCord d'histoire canadienne
vers 1930
Gélatine argentique
20 x 25 cm
MP-0000.1863.5
© McCord Museum


Sarcophages égyptiens

La Natural History Society, fondée en 1827, réunit des Montréalais amateurs d'histoire naturelle. Les locaux de la société comptent un amphithéâtre, une bibliothèque et un musée. Selon des contemporains, la principale attraction du musée est la Collection Ferrier d'antiquités égyptiennes, dont la pièce de résistance est sans doute la caisse de momies.

Anonyme
Musée McCord d'histoire canadienne - Don de Mr. Stanley G. Triggs
vers 1900
Plaque sèche à la gélatine
8 x 10 cm
MP-0000.25.236
© Musée McCord d'histoire canadienne


Exposer sa science!

Les spécimens exposés au Musée Redpath sont des objets d'études pour les chercheurs qui œuvrent en sciences naturelles, un domaine en pleine ébullition. Des instruments tels que le presse-herbier du botaniste, le marteau géologique ou le microscope sont des témoins du travail de ces savants. Au plan international, bien que controversées, les théories sur l'évolution de Darwin s'inscrivent parmi les découvertes majeures de son époque. William Dawson, de l'Université McGill, est l'un des leaders du mouvement qui s'y oppose. Instigateur de l'un des premiers projets de fouilles archéologiques au pays, ce dernier fait sa marque en géologie et en paléobotanique.
Exposer sa science!

Les spécimens exposés au Musée Redpath sont des objets d'études pour les chercheurs qui œuvrent en sciences naturelles, un domaine en pleine ébullition. Des instruments tels que le presse-herbier du botaniste, le marteau géologique ou le microscope sont des témoins du travail de ces savants. Au plan international, bien que controversées, les théories sur l'évolution de Darwin s'inscrivent parmi les découvertes majeures de son époque. William Dawson, de l'Université McGill, est l'un des leaders du mouvement qui s'y oppose. Instigateur de l'un des premiers projets de fouilles archéologiques au pays, ce dernier fait sa marque en géologie et en paléobotanique.

© 2009, RCIP-CHIN. Tous droits réservés.

Presse pour herbier

Cette presse a été utilisée au XIXe siècle par la famille McCord pour faire sécher des plantes destinées à un herbier. Scientifique amateur accompli, John Samuel McCord (1801-1865) est aussi un jardinier enthousiaste. L'utilisation de cet objet traduit ses deux passions.

Inconnu
vers 1840-1860
Acajou
53 x 40,7 x 24,5 cm
M996X.2.691
© Musée McCord d'histoire canadienne


Les spécimens de plantes à fruits, de fougères et de grandes algues sont généralement mis à sécher entre des feuillets de gros papier buvard ou de feutre dont la pression fait sécher les plantes aplaties. La plupart des spécimens prennent environ une semaine à sécher si les buvards sont régulièrement changés. L'un des moyens d'accélérer cette opération consiste à intercaler des aérateurs en carton ondulé entre les buvards.

Un herbier est une collection de plantes séchées à plat, conservée et montée de façon à illustrer le mieux possible les caractéristiques des plantes. Outil d'enseignement efficace ou passe-temps absorbant, l'herbier est surtout très important comme collection de référence facilitant l'identification botanique et comme somme de renseignements sur la recherche botanique.
Les spécimens de plantes à fruits, de fougères et de grandes algues sont généralement mis à sécher entre des feuillets de gros papier buvard ou de feutre dont la pression fait sécher les plantes aplaties. La plupart des spécimens prennent environ une semaine à sécher si les buvards sont régulièrement changés. L'un des moyens d'accélérer cette opération consiste à intercaler des aérateurs en carton ondulé entre les buvards.

Un herbier est une collection de plantes séchées à plat, conservée et montée de façon à illustrer le mieux possible les caractéristiques des plantes. Outil d'enseignement efficace ou passe-temps absorbant, l'herbier est surtout très important comme collection de référence facilitant l'identification botanique et comme somme de renseignements sur la recherche botanique.

© 2002, Musée McCord d'histoire canadienne. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • nommer les changements qui sont survenus au sein de la société canadienne en deux décennies (territoire, population, économie, etc.);
  • décrire en détails les changements qu’il ou elle est en mesure d’observer;
  • expliquer et émettre des hypothèses quant aux raisons qui pourraient justifier ces changements;
  • faire des liens entre les différences et les similitudes des deux époques.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons