Construction de l'Observatoire fédéral

Construction de l´Observatoire fédéral, à Ottawa (vers 1904). Ces images sont tirées de photos d´archives de la collection de l´Observatoire.

RCIP
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, Musée des sciences et de la technologie du Canada, Musée de la civilisation, Musée Stewart, Temple de la renommée médicale canadienne, Museum of Health Care at Kingston, University Health Network Artifact Collection, University of Toronto Museum of Scientific Instruments, University of Toronto Museum Studies Program, Suzanne Board, Dr. Randall C. Brooks, Sylvie Toupin, Ana-Laura Baz, Jean-François Gauvin, Betsy Little, Paola Poletto, Dr. James Low, David Kasserra, Kathryn Rumbold, David Pantalony, Dr. Thierry Ruddel, Kim Svendsen

© 2008, CHIN. Tous droits réservés.


L’Observatoire fédéral a été mis sur pied en partie pour fournir l’heure avec le plus de précision possible. L’heure à un méridien origine est essentielle pour déterminer la longitude. Tout comme Greenwich était devenu le méridien origine du monde, l’Observatoire fédéral à Ottawa devint en 1905 le méridien origine du Canada. Tous les levés géodésiques effectués au Canada se rapportaient à l’Observatoire.

Pour déterminer l’heure, il fallait un télescope pour mesurer le moment de passage au méridien (l’axe nord-sud du ciel) d’une étoile. Plusieurs télescopes, dont l’un des plus petits est illustré, ont été utilisés à cette fin à l’Observatoire fédéral. Cependant, les responsabilités du nouvel observatoire allaient au-delà de la détermination de l’heure. Le gouvernement avait alloué la somme de 375 000 $ à ses installations, qui devaient comprendre un t& Pour en lire plus
L’Observatoire fédéral a été mis sur pied en partie pour fournir l’heure avec le plus de précision possible. L’heure à un méridien origine est essentielle pour déterminer la longitude. Tout comme Greenwich était devenu le méridien origine du monde, l’Observatoire fédéral à Ottawa devint en 1905 le méridien origine du Canada. Tous les levés géodésiques effectués au Canada se rapportaient à l’Observatoire.

Pour déterminer l’heure, il fallait un télescope pour mesurer le moment de passage au méridien (l’axe nord-sud du ciel) d’une étoile. Plusieurs télescopes, dont l’un des plus petits est illustré, ont été utilisés à cette fin à l’Observatoire fédéral. Cependant, les responsabilités du nouvel observatoire allaient au-delà de la détermination de l’heure. Le gouvernement avait alloué la somme de 375 000 $ à ses installations, qui devaient comprendre un télescope à réfraction (ou réfracteur) de 15 pouces (plus de 38 cm) destiné non pas à la détermination de l’heure, mais à des recherches en astrophysique.

Les surfaces des deux éléments qui composent l’objectif de 15 pouces avaient une précision d’un millionième de pouce (un quart de millième de millimètre). L’objectif d’origine a été remplacé en 1958 par un objectif à trois éléments, qui est encore le plus grand de ce type à avoir été fabriqué.

À l’origine, ce télescope était logé dans un dôme au toit de cuivre à la Ferme expérimentale centrale à Ottawa. Les astronomes avaient à leur disposition une variété d’instruments, dont un spectrographe à prisme, des appareils photographiques et un micromètre filaire pour mesurer la position des étoiles.

Le bâtiment et le dôme subsistent toujours à la Ferme expérimentale centrale mais, après la fermeture de l’Observatoire fédéral en 1970, le télescope a été déménagé au Musée des sciences et de la technologie du Canada. Il demeure le plus grand réfracteur jamais construit au Canada.

© 2001, CHIN. Tous droits réservés.

Télescope de mesure du moment de passage au méridien

Télescope optique utilisé à l´Observatoire fédéral pour mesurer le moment de passage au méridien. Il était conçu pour basculer de 180 degrés, afin de minimiser l´effet des erreurs d´alignement de la base. Servait à mesurer le moment de passage d´étoiles au méridien, afin de régler les horloges étalons du Canada. Musée des sciences et de la technologie du Canada

Troughton & Simms, Londres, Angleterre
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, Musée des sciences et de la technologie du Canada, Musée de la civilisation, Musée Stewart, Temple de la renommée médicale canadienne, Museum of Health Care at Kingston, University Health Network Artifact Collection, University of Toronto Museum of Scientific Instruments, University of Toronto Museum Studies Program, Suzanne Board, Dr. Randall C. Brooks, Sylvie Toupin, Ana-Laura Baz, Jean-François Gauvin, Betsy Little, Paola Poletto, Dr. James Low, David Kasserra, Kathryn Rumbold, David Pantalony, Dr. Thierry Ruddel, Kim Svendsen
1900 - 1920
700217
© 2008, Musée des sciences et de la technologie du Canada. Tous droits réservés.


Télescope à réfraction

Télescope à réfraction de 15 pouces, vers 1930. Noter l´escalier de l´observateur. Servait à étudier des objets astronomiques avec un grossissement modérément élevé. Musée des sciences et de la technologie du Canada

Warner & Swasey Ltd., Cleveland (Ohio)
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, Musée des sciences et de la technologie du Canada, Musée de la civilisation, Musée Stewart, Temple de la renommée médicale canadienne, Museum of Health Care at Kingston, University Health Network Artifact Collection, University of Toronto Museum of Scientific Instruments, University of Toronto Museum Studies Program, Suzanne Board, Dr. Randall C. Brooks, Sylvie Toupin, Ana-Laura Baz, Jean-François Gauvin, Betsy Little, Paola Poletto, Dr. James Low, David Kasserra, Kathryn Rumbold, David Pantalony, Dr. Thierry Ruddel, Kim Svendsen
1903 - 1905
740488
© 2008, Musée des sciences et de la technologie du Canada. Tous droits réservés.


Objectif achromatique de télescope

Produit une image agrandie d´objets astronomiques. Objectif d´origine à deux éléments du télescope de 15 pouces, fabriqué par John Brashear, l´un des meilleurs opticiens au monde en ce qui concerne les télescopes à réfraction. Ce genre d´objectif est conçu pour corriger les aberrations chromatiques des images d´étoile -- sans une telle correction, les images présenteraient des bords colorés. Musée des sciences et de la technologie du Canada

John A. Brashear Co. Ltd., Pittsburgh (Pennsylvanie)
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, Musée des sciences et de la technologie du Canada, Musée de la civilisation, Musée Stewart, Temple de la renommée médicale canadienne, Museum of Health Care at Kingston, University Health Network Artifact Collection, University of Toronto Museum of Scientific Instruments, University of Toronto Museum Studies Program, Suzanne Board, Dr. Randall C. Brooks, Sylvie Toupin, Ana-Laura Baz, Jean-François Gauvin, Betsy Little, Paola Poletto, Dr. James Low, David Kasserra, Kathryn Rumbold, David Pantalony, Dr. Thierry Ruddel, Kim Svendsen
1904 - 1905
751087
© 2008, Musée des sciences et de la technologie du Canada. Tous droits réservés.


Micromètre filaire

Micromètre filaire du télescope de 15 pouces. Il servait à mesurer le diamètre de planètes ainsi que la distance et l´écart angulaire entre des étoiles doubles, ce qui permettait d´en déterminer l´orbite au bout de plusieurs années d´observation. Des fils fins réglés à l´aide d´une vis à grande précision permettent de mesurer précisément un diamètre, une position ou un écart angulaire. Musée des sciences et de la technologie du Canada

Warner & Swasey Ltd., Cleveland (Ohio)
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, Musée des sciences et de la technologie du Canada, Musée de la civilisation, Musée Stewart, Temple de la renommée médicale canadienne, Museum of Health Care at Kingston, University Health Network Artifact Collection, University of Toronto Museum of Scientific Instruments, University of Toronto Museum Studies Program, Suzanne Board, Dr. Randall C. Brooks, Sylvie Toupin, Ana-Laura Baz, Jean-François Gauvin, Betsy Little, Paola Poletto, Dr. James Low, David Kasserra, Kathryn Rumbold, David Pantalony, Dr. Thierry Ruddel, Kim Svendsen
vers 1905
700212.2
© 2008, Musée des sciences et de la technologie du Canada. Tous droits réservés.


En même temps que l’installation du télescope de 15 pouces, l’Observatoire fédéral fit l’acquisition d’un grand cœlostat, un appareil spécialement conçu pour l’observation du Soleil, qu’il installa à la Ferme expérimentale centrale. De 1930 à 1936 environ, l’astronome Ralph DeLury prit une série de photographies du Soleil. On fit sur ces photos des mesures afin de déterminer la vitesse à laquelle les taches traversent le disque solaire. On s’aperçut qu’une rotation complète du Soleil était plus rapide de plusieurs jours à l’équateur qu’aux pôles.

Dans le processus d’analyse des images, DeLury devait appliquer un correctif pour tenir compte de l’effet d’écrasement, selon lequel les taches qui apparaissent ou disparaissent sur les bords du Soleil semblent se déplacer plus lentement. Il s’agit d’un effet géométrique qui peut être calculé. Pour accélérer le processus (n’oubliez pas que c&rsq Pour en lire plus
En même temps que l’installation du télescope de 15 pouces, l’Observatoire fédéral fit l’acquisition d’un grand cœlostat, un appareil spécialement conçu pour l’observation du Soleil, qu’il installa à la Ferme expérimentale centrale. De 1930 à 1936 environ, l’astronome Ralph DeLury prit une série de photographies du Soleil. On fit sur ces photos des mesures afin de déterminer la vitesse à laquelle les taches traversent le disque solaire. On s’aperçut qu’une rotation complète du Soleil était plus rapide de plusieurs jours à l’équateur qu’aux pôles.

Dans le processus d’analyse des images, DeLury devait appliquer un correctif pour tenir compte de l’effet d’écrasement, selon lequel les taches qui apparaissent ou disparaissent sur les bords du Soleil semblent se déplacer plus lentement. Il s’agit d’un effet géométrique qui peut être calculé. Pour accélérer le processus (n’oubliez pas que c’était bien avant l’avènement des ordinateurs) DeLury a demandé aux ateliers de l’Observatoire de fabriquer un calculateur analogique. Ce calculateur consistait en un globe d’acier poli sur lequel étaient gravées des lignes représentant des latitudes et des longitudes. En se servant des négatifs des photographies, DeLury projetait tout simplement les images du Soleil sur le globe pour y lire la latitude et la longitude de chacune des taches solaires qu’il étudiait.

© 2001, CHIN. Tous droits réservés.

Abri du cœlostat

Servait à photographier le Soleil. Ce cœlostat fut d´abord érigé au Labrador (photo du bas) pour l´éclipse totale de Soleil de 1905, mais il ne put servir à cette occasion à cause des nuages. Il fut ensuite monté dans son propre abri à Ottawa (photo du haut) et utilisé pour suivre l´activité solaire de 1905 jusque vers 1965. Musée des sciences et de la technologie du Canada

Warner & Swasey, optique par John Brashear
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, Musée des sciences et de la technologie du Canada, Musée de la civilisation, Musée Stewart, Temple de la renommée médicale canadienne, Museum of Health Care at Kingston, University Health Network Artifact Collection, University of Toronto Museum of Scientific Instruments, University of Toronto Museum Studies Program, Suzanne Board, Dr. Randall C. Brooks, Sylvie Toupin, Ana-Laura Baz, Jean-François Gauvin, Betsy Little, Paola Poletto, Dr. James Low, David Kasserra, Kathryn Rumbold, David Pantalony, Dr. Thierry Ruddel, Kim Svendsen
1904 - 1905
Ottawa, Ontario, CANADA
Terre-Neuve-et-Labrador (excluant la presqu'île Avalon), CANADA
660402
© 2008, Musée des sciences et de la technologie du Canada. Tous droits réservés.


Globe

Servait à mesurer la latitude et la longitude de taches à la surface du Soleil. Le globe de DeLury servait à faire des mesures directes de la position de taches solaires par la projection d´images sur le globe. C´était 35 ans avant l´avènement des calculateurs programmables ! Les quatre images du Soleil ont été prises sur une période de plusieurs jours en août 1930. Noter le déplacement de droite à gauche de la tache solaire causé par la rotation du Soleil. Musée des sciences et de la technologie du Canada

l´Observatoire fédéral, Ottawa
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, Musée des sciences et de la technologie du Canada, Musée de la civilisation, Musée Stewart, Temple de la renommée médicale canadienne, Museum of Health Care at Kingston, University Health Network Artifact Collection, University of Toronto Museum of Scientific Instruments, University of Toronto Museum Studies Program, Suzanne Board, Dr. Randall C. Brooks, Sylvie Toupin, Ana-Laura Baz, Jean-François Gauvin, Betsy Little, Paola Poletto, Dr. James Low, David Kasserra, Kathryn Rumbold, David Pantalony, Dr. Thierry Ruddel, Kim Svendsen
vers 1936
950947, 940228
© 2008, Musée des sciences et de la technologie du Canada. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • identifier et apprécier la manière dont l’histoire et la culture façonnent les sciences et la technologie d’une société;
  • décrire les progrès scientifiques et technologiques, passés et présents, et évaluer leurs répercussions sur les individus et les sociétés;
  • évaluer la contribution des Canadiens à l’astronomie, à l’échelle mondiale.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons