Dr. Gisela Steinle

Gisela Steinle, Ph. D.

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Federal Ministry for Education and Research (BMBF) and Deutsche Telekom, Ananas Productions, Schule ans netz, Alexander Von Humboldt Schule, Musée canadien des civilisations, Carl-Friedrich Gauß Schule, Confederation High School, Deutsachherren-Gymnasium, Musée d’histoire allemande, Gymnasium Isernhagen, Horton High School/Acadia University, Integrierte Gesamtschule Bonne-Beuel,

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Vice-directrice de la Alexander von Humboldt Schule, Baie d’Urfé (Montréal) 51 ans Née à Ulm en 1947 (Ulm est une ville située sur les bords du Danube, entre Stuttgart et Munich) Arrivée à Montréal (Canada) en 1971 Après avoir terminé un premier cycle à Munich et obtenu un diplôme de maîtrise à l’université de Aachen, Mme Steinle a fait des études doctorales à l’Université McGill, à Montréal
  • Vice-directrice de la Alexander von Humboldt Schule, Baie d’Urfé (Montréal)
  • 51 ans
  • Née à Ulm en 1947 (Ulm est une ville située sur les bords du Danube, entre Stuttgart et Munich)
  • Arrivée à Montréal (Canada) en 1971
  • Après avoir terminé un premier cycle à Munich et obtenu un diplôme de maîtrise à l’université de Aachen, Mme Steinle a fait des études doctorales à l’Université McGill, à Montréal

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Dr. Gisela Steinle

Je m'appelle Gisela Steinle. Je suis la directrice adjointe de l’école allemande de Montréal.

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Federal Ministry for Education and Research (BMBF) and Deutsche Telekom, Ananas Productions, Schule ans netz, Alexander Von Humboldt Schule, Musée canadien des civilisations, Carl-Friedrich Gauß Schule, Confederation High School, Deutsachherren-Gymnasium, Musée d’histoire allemande, Gymnasium Isernhagen, Horton High School/Acadia University, Integrierte Gesamtschule Bonne-Beuel,

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Pourquoi êtes vous venu(e) au Canada? Êtes-vous venu(e) directement au Canada?

Lorsque je suis arrivée au Canada, en septembre 1971, j’avais en poche une bourse de quatre ans de l’Université McGill. C’était dans le cadre d’un programme d’échanges culturels entre le Canada et l’Allemagne et je suis arrivée directement ici par avion.
Pourquoi êtes vous venu(e) au Canada? Êtes-vous venu(e) directement au Canada?

Lorsque je suis arrivée au Canada, en septembre 1971, j’avais en poche une bourse de quatre ans de l’Université McGill. C’était dans le cadre d’un programme d’échanges culturels entre le Canada et l’Allemagne et je suis arrivée directement ici par avion.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Qu’attendiez-vous de votre nouvelle vie au Canada? Vos espoirs se sont-ils réalisés?

J’espérais faire mon doctorat et voir des possibilités intéressantes et nouvelles s’offrir à moi. J’étudiais alors en littérature allemande médiévale. Mon séjour au Canada n’était pas censé être permanent. Je devais y obtenir mon diplôme, puis rentrer dans mon pays. Mais je dois dire que mes désirs et souhaits se sont réalisés.
Qu’attendiez-vous de votre nouvelle vie au Canada? Vos espoirs se sont-ils réalisés?

J’espérais faire mon doctorat et voir des possibilités intéressantes et nouvelles s’offrir à moi. J’étudiais alors en littérature allemande médiévale. Mon séjour au Canada n’était pas censé être permanent. Je devais y obtenir mon diplôme, puis rentrer dans mon pays. Mais je dois dire que mes désirs et souhaits se sont réalisés.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelle a été la réaction de votre famille lorsque vous avez décidé de venir au Canada?

Les sentiments des miens étaient partagés. Ma mère était triste de me voir partir tandis que mon père m’encourageait à le faire.
Quelle a été la réaction de votre famille lorsque vous avez décidé de venir au Canada?

Les sentiments des miens étaient partagés. Ma mère était triste de me voir partir tandis que mon père m’encourageait à le faire.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Connaissiez-vous déjà des gens ici au Canada? Avez-vous fait la connaissance de gens pendant votre voyage d’immigration au Canada? Dans l’affirmative, avez-vous toujours des contacts avec eux?

Je ne connaissais personne ici au Canada. Dans l’avion qui m’a amenée au Canada, j’ai fait la connaissance d’une étudiante de l’Université Carleton (Ottawa) et je suis restée en contact avec elle pendant un certain temps; elle s’appelait Maude.
Connaissiez-vous déjà des gens ici au Canada? Avez-vous fait la connaissance de gens pendant votre voyage d’immigration au Canada? Dans l’affirmative, avez-vous toujours des contacts avec eux?

Je ne connaissais personne ici au Canada. Dans l’avion qui m’a amenée au Canada, j’ai fait la connaissance d’une étudiante de l’Université Carleton (Ottawa) et je suis restée en contact avec elle pendant un certain temps; elle s’appelait Maude.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelle est la première chose qui vous ait marquée au Canada?

À peine deux semaines après mon arrivée, celle-ci m’avait invitée à lui rendre visite à Ottawa. J’avais pris l’autocar. C’était l’automne et le spectacle des feuilles multicolores tout le long de la rivière des Outaouais m’avait fascinée. Un passager, avec qui j’avais fait la conversation pendant le trajet, m’avait posé une question sur l’histoire des guerres allemandes et je m’étais d’abord sentie visée, mais j’ai rapidement compris que le but de la question n’était nullement de m’embarrasser.
Quelle est la première chose qui vous ait marquée au Canada?

À peine deux semaines après mon arrivée, celle-ci m’avait invitée à lui rendre visite à Ottawa. J’avais pris l’autocar. C’était l’automne et le spectacle des feuilles multicolores tout le long de la rivière des Outaouais m’avait fascinée. Un passager, avec qui j’avais fait la conversation pendant le trajet, m’avait posé une question sur l’histoire des guerres allemandes et je m’étais d’abord sentie visée, mais j’ai rapidement compris que le but de la question n’était nullement de m’embarrasser.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Avez-vous eu l’impression qu’on vous respectait lorsque vous êtes arrivé(e) ici?

La question du respect ou de manque de respect est une question qui ne se posait pas. C’étaient les années 1970, ces années de liberté caractérisées par le « mouvement hippie.» En outre, je m'étais guère plus âgée que mes élèves à McGill, si bien qu’ils m’ont acceptée.
Avez-vous eu l’impression qu’on vous respectait lorsque vous êtes arrivé(e) ici?

La question du respect ou de manque de respect est une question qui ne se posait pas. C’étaient les années 1970, ces années de liberté caractérisées par le « mouvement hippie.» En outre, je m'étais guère plus âgée que mes élèves à McGill, si bien qu’ils m’ont acceptée.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelles sont les différences entre le Canada et l’Allemagne que vous avez le plus remarquées lorsque vous êtes arrivé(e) ici? Étaient-ce des différences culturelles ou d’un autre type? Ces différences existent-elles toujours?

Selon mes observations, le Canada était un pays beaucoup plus libre que l’Allemagne.
Quelles sont les différences entre le Canada et l’Allemagne que vous avez le plus remarquées lorsque vous êtes arrivé(e) ici? Étaient-ce des différences culturelles ou d’un autre type? Ces différences existent-elles toujours?

Selon mes observations, le Canada était un pays beaucoup plus libre que l’Allemagne.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Est-ce qu’il y avait des familles allemandes dans votre voisinage? Avez-vous adhéré à des clubs ou à des associations de germanophones?

Au départ, les seuls Allemands que je connaissais au Canada étaient ceux que je côtoyais à McGill au département d’études allemandes. Je suis plus tard devenue membre de l’Association des enseignants d’expression germanique, puis de la Société allemande de Montréal, dont j’occupe aujourd’hui un des postes au conseil d’administration.
Est-ce qu’il y avait des familles allemandes dans votre voisinage? Avez-vous adhéré à des clubs ou à des associations de germanophones?

Au départ, les seuls Allemands que je connaissais au Canada étaient ceux que je côtoyais à McGill au département d’études allemandes. Je suis plus tard devenue membre de l’Association des enseignants d’expression germanique, puis de la Société allemande de Montréal, dont j’occupe aujourd’hui un des postes au conseil d’administration.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Avez-vous trouvé difficile pour l’immigrant / l’immigrante que vous étiez de trouver du travail dans un nouveau pays?

Il n’était pas difficile de trouver du travail dans ce pays en tant qu’immigrant. J’ai pour ma part débuté à McGill où j’ai enseigné pendant dix ans après avoir terminé mon doctorat. En 1981, on m’a offert un poste d’enseignante de cinquième et de sixième années à la Alexander von Humboldt. L’année suivante, je suis devenue vice-directrice de cette école.
Avez-vous trouvé difficile pour l’immigrant / l’immigrante que vous étiez de trouver du travail dans un nouveau pays?

Il n’était pas difficile de trouver du travail dans ce pays en tant qu’immigrant. J’ai pour ma part débuté à McGill où j’ai enseigné pendant dix ans après avoir terminé mon doctorat. En 1981, on m’a offert un poste d’enseignante de cinquième et de sixième années à la Alexander von Humboldt. L’année suivante, je suis devenue vice-directrice de cette école.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Que faisiez-vous en Allemagne avant d’émigrer? Comment avez-vous concilié cela avec votre nouvelle situation au Canada?

Je me suis impliquée dans l’éducation au Canada comme je l’avais fait en Allemagne. La seule différence tient aux niveaux d’enseignement différents que j’ai successivement traversés.
Que faisiez-vous en Allemagne avant d’émigrer? Comment avez-vous concilié cela avec votre nouvelle situation au Canada?

Je me suis impliquée dans l’éducation au Canada comme je l’avais fait en Allemagne. La seule différence tient aux niveaux d’enseignement différents que j’ai successivement traversés.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • décrire le contexte de l’immigration allemande au Canada au cours du XXe siècle;
  • constater que l’immigration affecte la vie d’individus issus d’horizons très variés;
  • comprendre quelques-unes des expériences qu’ont vécues les immigrants allemands au Canada, tant en Allemagne qu’au Canada;
  • expliquer pourquoi des individus émigrent au Canada;
  • comprendre ce que ressentent des nouveaux immigrants au Canada.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons