Irmtraud Gributs

Irmtraud Gributs

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Federal Ministry for Education and Research (BMBF) and Deutsche Telekom, Ananas Productions, Schule ans netz, Alexander Von Humboldt Schule, Musée canadien des civilisations, Carl-Friedrich Gauß Schule, Confederation High School, Deutsachherren-Gymnasium, Musée d’histoire allemande, Gymnasium Isernhagen, Horton High School/Acadia University, Integrierte Gesamtschule Bonne-Beuel,

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Acheteuse pour la compagnie aérienne allemande Lufthansa à Montréal 57 ans Née à Hanovre en 1941 Arrivée à Montréal (Canada) en 1967
  • Acheteuse pour la compagnie aérienne allemande Lufthansa à Montréal
  • 57 ans
  • Née à Hanovre en 1941
  • Arrivée à Montréal (Canada) en 1967

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Irmtraud Gributs

Gutentag! Ich bin Irmtraud Gributs. Goodday, my name is Irmtraud Gributs. Bonjour, je suis Irmtraud Gributs.

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Federal Ministry for Education and Research (BMBF) and Deutsche Telekom, Ananas Productions, Schule ans netz, Alexander Von Humboldt Schule, Musée canadien des civilisations, Carl-Friedrich Gauß Schule, Confederation High School, Deutsachherren-Gymnasium, Musée d’histoire allemande, Gymnasium Isernhagen, Horton High School/Acadia University, Integrierte Gesamtschule Bonne-Beuel,

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Pourquoi êtes-vous venu(e) au Canada? Êtes-vous venu(e) directement au Canada?

Je suis arrivée à Montréal (Canada) en 1967. C’était l’année de l’exposition universelle. J’ai, à ce moment-là, fait la connaissance d’un jeune homme et nous nous sommes mariés. Je suis venue directement de Hanovre au Canada.
Pourquoi êtes-vous venu(e) au Canada? Êtes-vous venu(e) directement au Canada?

Je suis arrivée à Montréal (Canada) en 1967. C’était l’année de l’exposition universelle. J’ai, à ce moment-là, fait la connaissance d’un jeune homme et nous nous sommes mariés. Je suis venue directement de Hanovre au Canada.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Qu’attendiez-vous de votre nouvelle vie au Canada? Vos espoirs se sont-ils réalisés?

J’espérais pouvoir poursuivre ma carrière au Canada et trouver une vie intéressante dans ce nouveau pays qui m’avait tant attirée.
Qu’attendiez-vous de votre nouvelle vie au Canada? Vos espoirs se sont-ils réalisés?

J’espérais pouvoir poursuivre ma carrière au Canada et trouver une vie intéressante dans ce nouveau pays qui m’avait tant attirée.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelle a été la réaction de votre famille lorsque vous avez décidé de venir au Canada?

J’étais la seule de ma famille à immigrer au Canada. Cependant, celle-ci a très bien réagi à mon départ pour le Canada. Je continue d’avoir une relation étroite avec ma famille restée en Allemagne. Comme je travaille à la Lufthansa, cela me permet de revoir ma famille relativement souvent, notamment lors des escales à Hanovre.
Quelle a été la réaction de votre famille lorsque vous avez décidé de venir au Canada?

J’étais la seule de ma famille à immigrer au Canada. Cependant, celle-ci a très bien réagi à mon départ pour le Canada. Je continue d’avoir une relation étroite avec ma famille restée en Allemagne. Comme je travaille à la Lufthansa, cela me permet de revoir ma famille relativement souvent, notamment lors des escales à Hanovre.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Connaissiez-vous déjà des gens ici au Canada? Avez-vous fait la connaissance de gens pendant votre voyage d’immigration au Canada? Dans l’affirmative, avez-vous toujours des contacts avec eux?

Au début, je ne connaissais personne au Canada, hormis mon mari. Je n’ai commencé à me faire de nouvelles connaissances que lorsque je suis arrivée à Montréal, en 1967.
Connaissiez-vous déjà des gens ici au Canada? Avez-vous fait la connaissance de gens pendant votre voyage d’immigration au Canada? Dans l’affirmative, avez-vous toujours des contacts avec eux?

Au début, je ne connaissais personne au Canada, hormis mon mari. Je n’ai commencé à me faire de nouvelles connaissances que lorsque je suis arrivée à Montréal, en 1967.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelle est la première chose qui vous ait marquée au Canada?

Expo 67 a été ma première expérience mémorable au Canada. Je n’avais encore jamais vu autant d’expositions provenant de pays aussi divers. Le Canada était également un pays où je voyais des gens d’origines et de cultures diverses vivre les uns à côté des autres dans l’harmonie. J’aimais cette diversité culturelle que je retrouvais tout autant au travail que dans la société elle-même.
Quelle est la première chose qui vous ait marquée au Canada?

Expo 67 a été ma première expérience mémorable au Canada. Je n’avais encore jamais vu autant d’expositions provenant de pays aussi divers. Le Canada était également un pays où je voyais des gens d’origines et de cultures diverses vivre les uns à côté des autres dans l’harmonie. J’aimais cette diversité culturelle que je retrouvais tout autant au travail que dans la société elle-même.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Avez-vous eu l’impression qu’on vous respectait lorsque vous êtes arrivé(e) ici?

Je n’avais pas de difficulté à me faire respecter. Les gens étaient souvent très amicaux et étaient toujours intéressés par mes origines de nouvelle immigrante. On me demandait souvent d’où je venais, quelle langue je parlais, ce que je faisais, et on s’essayait parfois à utiliser avec moi les quelques mots d’allemand qu’on avait appris. Je ne me sentais pas comme une immigrante du tout!
Avez-vous eu l’impression qu’on vous respectait lorsque vous êtes arrivé(e) ici?

Je n’avais pas de difficulté à me faire respecter. Les gens étaient souvent très amicaux et étaient toujours intéressés par mes origines de nouvelle immigrante. On me demandait souvent d’où je venais, quelle langue je parlais, ce que je faisais, et on s’essayait parfois à utiliser avec moi les quelques mots d’allemand qu’on avait appris. Je ne me sentais pas comme une immigrante du tout!

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelles sont les différences entre le Canada et l’Allemagne que vous avez le plus remarquées lorsque vous êtes arrivé(e) ici? Étaient-ce des différences culturelles ou d’un autre type? Ces différences existent-elles toujours?

En 1967, j’ai assisté à des créations d’opéras et d’œuvres symphoniques au Canada et j’ai constaté avec plaisir qu’on avait ici une manière originale de faire ces choses. La population canadienne est très cosmopolite et cultive la bonne entente. La société canadienne m’avait donné alors une image très multiculturelle.
Quelles sont les différences entre le Canada et l’Allemagne que vous avez le plus remarquées lorsque vous êtes arrivé(e) ici? Étaient-ce des différences culturelles ou d’un autre type? Ces différences existent-elles toujours?

En 1967, j’ai assisté à des créations d’opéras et d’œuvres symphoniques au Canada et j’ai constaté avec plaisir qu’on avait ici une manière originale de faire ces choses. La population canadienne est très cosmopolite et cultive la bonne entente. La société canadienne m’avait donné alors une image très multiculturelle.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Est-ce qu’il y avait des familles allemandes dans votre voisinage? Avez-vous adhéré à des clubs ou à des associations de germanophones?

Au début, je ne connaissais personne dans mon quartier, mais, en me renseignant, j’ai fini par découvrir non seulement des commerces et des associations allemandes, mais même des églises! Des églises allemandes à Montréal, il y en avait deux. Je me suis mise à fréquenter tous ces endroits et, avec le temps, de véritables amitiés se sont nouées.
Est-ce qu’il y avait des familles allemandes dans votre voisinage? Avez-vous adhéré à des clubs ou à des associations de germanophones?

Au début, je ne connaissais personne dans mon quartier, mais, en me renseignant, j’ai fini par découvrir non seulement des commerces et des associations allemandes, mais même des églises! Des églises allemandes à Montréal, il y en avait deux. Je me suis mise à fréquenter tous ces endroits et, avec le temps, de véritables amitiés se sont nouées.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Avez-vous trouvé difficile pour l’immigrant / l’immigrante que vous étiez de trouver du travail dans un nouveau pays?

Mon premier travail au Canada a été un travail de secrétaire chez Bell Canada. J’étais contente de travailler d’abord dans une entreprise canadienne et non pas tout de suite dans une entreprise allemande. Un tel milieu de travail devait me permettre de me faire une idée de la manière dont les Canadiens vivaient et travaillaient ainsi que de la façon dont ils pensaient et agissaient. Cela m’a permis de m’adapter beaucoup mieux au milieu ambiant. Il n’était pas difficile de trouver un boulot au Canada même si je n’avais pas d’expérience, encore que les employeurs m’aient souvent demandé si j’en avais. Mes supérieurs m’ont souvent demandé comment on faisait les choses en Allemagne et dans quelle mesure cela était différent de ce que l’on faisait ici. Il n’y avait guère de différence entre les deux pays quant aux activités qu’on y accomplissait, si bien que j’ai pu poursuivre au Canada la c Pour en lire plus
Avez-vous trouvé difficile pour l’immigrant / l’immigrante que vous étiez de trouver du travail dans un nouveau pays?

Mon premier travail au Canada a été un travail de secrétaire chez Bell Canada. J’étais contente de travailler d’abord dans une entreprise canadienne et non pas tout de suite dans une entreprise allemande. Un tel milieu de travail devait me permettre de me faire une idée de la manière dont les Canadiens vivaient et travaillaient ainsi que de la façon dont ils pensaient et agissaient. Cela m’a permis de m’adapter beaucoup mieux au milieu ambiant. Il n’était pas difficile de trouver un boulot au Canada même si je n’avais pas d’expérience, encore que les employeurs m’aient souvent demandé si j’en avais. Mes supérieurs m’ont souvent demandé comment on faisait les choses en Allemagne et dans quelle mesure cela était différent de ce que l’on faisait ici. Il n’y avait guère de différence entre les deux pays quant aux activités qu’on y accomplissait, si bien que j’ai pu poursuivre au Canada la carrière que j’avais déjà commencée.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Que faisiez-vous en Allemagne avant d’émigrer? Comment avez-vous concilié cela avec votre nouvelle situation au Canada?

Il n’y avait guère de différence entre les deux pays quant aux activités qu’on y accomplissait, si bien que j’ai pu poursuivre au Canada la carrière que j’avais déjà commencée.

Que faisiez-vous en Allemagne avant d’émigrer? Comment avez-vous concilié cela avec votre nouvelle situation au Canada?

Il n’y avait guère de différence entre les deux pays quant aux activités qu’on y accomplissait, si bien que j’ai pu poursuivre au Canada la carrière que j’avais déjà commencée.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • décrire le contexte de l’émigration allemande au Canada au cours du XXe siècle;
  • constater que l’immigration affecte la vie d’individus issus d’horizons très variés;
  • comprendre quelques-unes des expériences qu’ont vécues les immigrants allemands au Canada, tant en Allemagne qu’au Canada;
  • expliquer pourquoi des individus émigrent au Canada;
  • comprendre ce que ressentent des nouveaux immigrants au Canada.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons