Le service de vente par correspondance d'Army & Navy a fonctionné de 1925 à 1986. Il s'agit donc de l'un des catalogues de grand magasin canadien qui a duré le plus longtemps. Army & Navy, le « premier magasin de rabais au Canada », adopte une approche unique de vente au détail bas de gamme qui se concentre sur la vente à faible coût : liquidations de faillite, achats au comptant et soldes de marchandises. Bien que le catalogue ne soit plus publié, l'entreprise compte encore six grands magasins en Colombie-Britannique et en Alberta.

Samuel Joseph Cohen, né à San Francisco, en 1897, ouvre son premier magasin Army & Navy à Vancouver, rue West Hastings, en 1919; il y vend des articles en liquidation et des surplus de l'armée et de la marine de la Première Guerre mondiale. Pendant de nombreuses années, l'entreprise achète son inventaire dans les magasins fermés, en faillite ou détruits - par un incendie ou une inondation. La philosophie d'Army & Navy se résume à acheter des stocks aux plus bas prix possibles, à permettre aux clients de profiter de ces économies et à acheter ou à vendre en grande quantité au comptant.
Cohen inaugure un deuxi Pour en lire plus
Le service de vente par correspondance d'Army & Navy a fonctionné de 1925 à 1986. Il s'agit donc de l'un des catalogues de grand magasin canadien qui a duré le plus longtemps. Army & Navy, le « premier magasin de rabais au Canada », adopte une approche unique de vente au détail bas de gamme qui se concentre sur la vente à faible coût : liquidations de faillite, achats au comptant et soldes de marchandises. Bien que le catalogue ne soit plus publié, l'entreprise compte encore six grands magasins en Colombie-Britannique et en Alberta.

Samuel Joseph Cohen, né à San Francisco, en 1897, ouvre son premier magasin Army & Navy à Vancouver, rue West Hastings, en 1919; il y vend des articles en liquidation et des surplus de l'armée et de la marine de la Première Guerre mondiale. Pendant de nombreuses années, l'entreprise achète son inventaire dans les magasins fermés, en faillite ou détruits - par un incendie ou une inondation. La philosophie d'Army & Navy se résume à acheter des stocks aux plus bas prix possibles, à permettre aux clients de profiter de ces économies et à acheter ou à vendre en grande quantité au comptant.
Cohen inaugure un deuxième magasin à Regina en 1920, dans l'immeuble situé au 1800 de la rue Scarth, et le bureau central de la vente par correspondance en 1925. Le premier magasin Army & Navy d'Edmonton ouvre ses portes en 1928, au nord de l'avenue Jasper et à l'ouest de la 101e rue. Les frères de Samuel Joseph Cohen, Joseph, de Vancouver, et Harry, d'Edmonton, se joignent à l'entreprise.

Le catalogue d'Army & Navy étend la portée des grands magasins jusqu'au cœur des communautés rurales des Prairies. À la fin des années 1920, la publicité du magasin de Regina, parue dans The Farm Movement, invite les lecteurs à consulter le nouveau catalogue : « Vous en aurez pour votre argent et plus - ou vous serez remboursés », clame-t-elle. Elle soutient aussi que le service de vente par correspondance est « capable de traiter les commandes en moins de 12 heures ».

Les catalogues d'Army & Navy comptent entre 40 et 80 pages et sont relativement modestes si on les compare à ceux d'Eaton et de Simpson, mais ils débordent de rabais. Army & Navy ne vend pas de gammes complètes de produits. Les catalogues offrent principalement des vêtements, des outils, de l'équipement de chasse et de pêche, quelques jouets et des articles ménagers. L'inventaire varie considérablement d'un catalogue à l'autre, en fonction des marchandises achetées par l'entreprise. Les dimensions des pages du catalogue sont assez petites (20,3 cm sur 25,4 cm) et la couleur y est peu présente, ce qui permet d'en réduire les coûts de production. Army & Navy joint des bons de réduction aux commandes que les clients peuvent échanger lors d'un prochain achat. Il est aussi possible de se procurer des chèques-cadeaux applicables au règlement d'achats par correspondance. Les articles qui ne sont pas vendus par correspondance sont parfois liquidés dans le magasin même.

© Société du Musée canadien des civilisations

Couverture couleur de catalogue des aibaines du 50e anniversaire d'Army & Navy

Page de couverture du catalogue des aubaines du 50e anniversaire d’Army & Navy, 1919 – 1969

Collection privée. Utilisation autorisée par Army and Navy, Vancouver

© Collection privée. Utilisation autorisée par Army and Navy, Vancouver


Photo noir et blanc de Samuel Cohen

Samuel Cohen.

Army & Navy Archives. Utilisation autorisée par Army and Navy,Vancouver

© Army & Navy Archives. Utilisation autorisée par Army and Navy,Vancouver


Photo couleur d'un masque à gaz en usage durant la Première Guerre mondiale

Masque à gaz en usage durant la Première Guerre mondiale, premier article des surplus vendus par Army & Navy

Army & Navy Archives. Utilisation autorisée par Army and Navy, Vancouver

© Army & Navy Archives. Utilisation autorisée par Army and Navy,Vancouver


La Dépression des années 1930 donne l'occasion à Army & Navy d'acheter les stocks de fabricants et de grands magasins en faillite et de les vendre ensuite dans ses établissements et par l'intermédiaire de son catalogue. Le magasin de Moose Jaw, en Saskatchewan, ouvre en 1933. La compagnie commence à appeler son catalogue le « livre des rabais d'une nation ». On peut lire, dans l'édition printemps-été 1936, cette déclaration : « Nous sommes très heureux de savoir que les bas prix de nos articles aideront, dans une certaine mesure, les milliers de personnes qui doivent, plus que jamais, tirer le maximum de chaque dollar dépensé cet automne et cet hiver. Nous sommes la première et la seule maison de vente par correspondance à offrir à ses clients une qualité et des prix avantageux grâce à l'achat de centaines d'inventaires provenant de faillites, d'articles saisis et de surplus d'usine … »

Samuel Joseph Cohen est sensible à la situation des agriculteurs des Prairies et sait qu'il faut leur offrir des biens pratiques et bon marché. Le 30 avril 1997, le Leader-Post cite ce propos de Cec Keiser, gestionnaire du magasin de Regina, qui prend s Pour en lire plus
La Dépression des années 1930 donne l'occasion à Army & Navy d'acheter les stocks de fabricants et de grands magasins en faillite et de les vendre ensuite dans ses établissements et par l'intermédiaire de son catalogue. Le magasin de Moose Jaw, en Saskatchewan, ouvre en 1933. La compagnie commence à appeler son catalogue le « livre des rabais d'une nation ». On peut lire, dans l'édition printemps-été 1936, cette déclaration : « Nous sommes très heureux de savoir que les bas prix de nos articles aideront, dans une certaine mesure, les milliers de personnes qui doivent, plus que jamais, tirer le maximum de chaque dollar dépensé cet automne et cet hiver. Nous sommes la première et la seule maison de vente par correspondance à offrir à ses clients une qualité et des prix avantageux grâce à l'achat de centaines d'inventaires provenant de faillites, d'articles saisis et de surplus d'usine … »

Samuel Joseph Cohen est sensible à la situation des agriculteurs des Prairies et sait qu'il faut leur offrir des biens pratiques et bon marché. Le 30 avril 1997, le Leader-Post cite ce propos de Cec Keiser, gestionnaire du magasin de Regina, qui prend sa retraite : « Sammy se préoccupait toujours des gens pauvres, et beaucoup de nos clients des années 1930 faisaient partie de familles d'agriculteurs ou vivaient de l'aide sociale. »

Le catalogue automne-hiver 1937-1938, publié à l'occasion du quinzième anniversaire de la firme, affiche le message suivant : « En raison des mauvaises récoltes obtenues dans une bonne partie du territoire desservi par notre service de vente par correspondance, nous avons réduit les prix de presque tous les articles du catalogue afin de vendre le vaste stock de nouvelles marchandises d'automne et d'hiver, sans égard aux prix annoncés ailleurs. » Keiser fait remarquer qu'une part considérable des recettes quotidiennes des années 1930 provenait des chèques d'aide du gouvernement. Il raconte qu'il n'était pas inhabituel de voir une famille d'agriculteurs dépenser la totalité de son chèque d'aide au magasin. « Souvent, nous amenions des familles dans un restaurant voisin afin de leur payer un repas avant leur retour à la maison en soirée. Il s'agissait presque d'une réalité quotidienne. »

Dans le catalogue automne-hiver 1938-1939, qui fait la promotion d'un solde de liquidation des fabricants, on lit la remarque suivante : « La récession industrielle qui a commencé il y a plus d'un an et qui a fait chuter les prix a entraîné l'accumulation des stocks des fabricants. Ces derniers ont décidé de tout liquider; il faut vendre les articles et obtenir de l'argent comptant… »

© Société du Musée canadien des civilisations

La Seconde Guerre mondiale et ses effets

Le magasin de New Westminster, en Colombie-Britannique, ouvre ses portes en 1939 et permet à Army & Navy de devenir l'une des plus importantes chaînes de grands magasins de l'Ouest canadien. L'entreprise possède des magasins à Regina, à Moose Jaw, à Edmonton (deux), à Vancouver et à New Westminster. Chaque établissement s'occupe de ses propres achats. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Army & Navy devient le premier magasin de l'Ouest canadien à inaugurer un rayon de chaussures libre-service. Les soldes de chaussures de l'entreprise deviennent très populaires; beaucoup de gens font d'ailleurs la file autour de l'immeuble pour en profiter. Après la guerre, le magasin offre de nouveau des articles de surplus militaire.

En 1950, l'entreprise distribue plus de 400 000 catalogues à travers le pays. Dans les années 1960, afin de réduire les coûts d'impression, elle publie un catalogue annuel, appelé le « livre des rabais annuels du pays », plutôt que deux éditions saisonnières. Des pages de catalogue supplémentaires sont régulièrement ajoutées pour promouvoir des s Pour en lire plus
La Seconde Guerre mondiale et ses effets

Le magasin de New Westminster, en Colombie-Britannique, ouvre ses portes en 1939 et permet à Army & Navy de devenir l'une des plus importantes chaînes de grands magasins de l'Ouest canadien. L'entreprise possède des magasins à Regina, à Moose Jaw, à Edmonton (deux), à Vancouver et à New Westminster. Chaque établissement s'occupe de ses propres achats. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Army & Navy devient le premier magasin de l'Ouest canadien à inaugurer un rayon de chaussures libre-service. Les soldes de chaussures de l'entreprise deviennent très populaires; beaucoup de gens font d'ailleurs la file autour de l'immeuble pour en profiter. Après la guerre, le magasin offre de nouveau des articles de surplus militaire.

En 1950, l'entreprise distribue plus de 400 000 catalogues à travers le pays. Dans les années 1960, afin de réduire les coûts d'impression, elle publie un catalogue annuel, appelé le « livre des rabais annuels du pays », plutôt que deux éditions saisonnières. Des pages de catalogue supplémentaires sont régulièrement ajoutées pour promouvoir des soldes particuliers.

L’expansion des grands magasins

Au décès de Samuel Joseph Cohen, en décembre 1966, Garth Kennedy et Jack Cohen deviennent respectivement président et vice-président de l'entreprise. Débute alors une période de développement. Le magasin de la rive nord d'Edmonton, à l'angle de la 97e Rue et de la 103e Avenue depuis 1955, est considérablement rénové et agrandi. Le deuxième étage, consacré auparavant à l'entreposage, devient, à l'automne 1968, un espace de vente. À ce moment, l'entreprise compte 500 employés à Edmonton.

En 1969, Army & Navy double la superficie de son magasin de Regina qui en est à son cinquième emplacement. En 1973, le « premier magasin de rabais au Canada » inaugure un commerce dans l'ancien magasin Eaton de Saskatoon, à l'angle de la 21e Rue et de la 3e Avenue. En 1978, le magasin de New Westminster déménage au 502 de la rue Columbia. En 1980, Army & Navy, encouragé par la croissance rapide de Calgary, ouvre le huitième magasin de la chaîne, au 1107 de la 33e Rue Nord-Est. Ce magasin de Calgary constitue un nouveau départ à plusieurs égards. Il s'agit du premier immeuble construit, et non rénové, par l'entreprise. Le magasin n'est plus installé au centre-ville, mais plutôt dans un nouvel endroit : un centre commercial. Sa clientèle se compose d'ouvriers.

Les consommateurs venus de tous azimuts à la recherche de rabais intéressants sont comblés au magasin Army & Navy, particulièrement lors des soldes de chaussures à 6,95 $. Les clients, qui appartiennent à la classe moyenne, désireux de camoufler le fait qu'ils font leurs achats dans un magasin de rabais, inventent des noms comme « Antoine », « la boutique Army & Navy » et, à Regina, « le petit commerce de la 11e Rue » pour désigner l'établissement.

© Société du Musée canadien des civilisations

Photo noir et blanc d'un file d'attente hors d'Army & Navy

File d’attente pour le célèbre solde de chaussures d’Army & Navy

ABC Photo Centre. Utilisation autorisée par Army and Navy, Vancouver

© ABC Photo Centre. Utilisation autorisée par Army and Navy, Vancouver


Couverture couleur de catalogue d'Army & Navy

Page de couverture du catalogue d'Army & Navy, printemps 1978.

Army & Navy Archives. Utilisation autorisée par Army and Navy, Vancouver

© Army & Navy Archives. Utilisation autorisée par Army and Navy,Vancouver


Le « catalogue de rabais » d'Army & Navy est publié à partir de Regina jusqu'en 1985. Selon le Leader-Post, l'entreprise décide d'en arrêter la publication en raison de la diminution de la population rurale (le tirage avait chuté à 100 000 exemplaires) et de la mobilité accrue de cette clientèle, plutôt sédentaire et isolée pendant les premières années de diffusion du catalogue. De plus, le service postal est devenu moins populaire et les coûts de son utilisation ont augmenté. Le directeur général Garth Kennedy meurt en 1998 et la gestion de l'entreprise est confiée à Jacqui Cohen, petite-fille du fondateur. Le siège social de Regina déménage à Vancouver. Le magasin de Moose Jaw ferme ses portes en 2000, ainsi que les deux autres succursales en Saskatchewan. La vente par correspondance disparaît même si les affaires des grands magasins demeurent florissantes. Army & Navy inaugure deux nouveaux magasins : l'un à Langley, en Colombie-Britannique, en 2001; l'autre au centre commercial Londonderry, à Edmonton, en novembre 2003.
Le « catalogue de rabais » d'Army & Navy est publié à partir de Regina jusqu'en 1985. Selon le Leader-Post, l'entreprise décide d'en arrêter la publication en raison de la diminution de la population rurale (le tirage avait chuté à 100 000 exemplaires) et de la mobilité accrue de cette clientèle, plutôt sédentaire et isolée pendant les premières années de diffusion du catalogue. De plus, le service postal est devenu moins populaire et les coûts de son utilisation ont augmenté. Le directeur général Garth Kennedy meurt en 1998 et la gestion de l'entreprise est confiée à Jacqui Cohen, petite-fille du fondateur. Le siège social de Regina déménage à Vancouver. Le magasin de Moose Jaw ferme ses portes en 2000, ainsi que les deux autres succursales en Saskatchewan. La vente par correspondance disparaît même si les affaires des grands magasins demeurent florissantes. Army & Navy inaugure deux nouveaux magasins : l'un à Langley, en Colombie-Britannique, en 2001; l'autre au centre commercial Londonderry, à Edmonton, en novembre 2003.

© Société du Musée canadien des civilisations

Couverture couleur de catalogue des aubaines d'Army & Navy, automne-hiver

Catalogue des aubaines d'Army & Navy, automne-hiver 1985-1986.

Army & Navy Archives. Utilisation autorisée par Army and Navy, Vancouver

© Army & Navy Archives. Utilisation autorisée par Army and Navy, Vancouver


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • observer et énumérer les caractéristiques du mode de vie au début du 20e siècle;
  • comparer l’évolution de la société canadienne et québécoise durant quelques décennies;
  • expliquer les ressemblances et les différences entre la société d’autrefois et celle d’aujourd’hui;
  • discuter des événements marquants de l’époque (crise économique, Guerres mondiales, syndicalisation, mouvement féministe) et de l’impact qu’ils ont eu sur la société canadienne et québécoise.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons