Le Colibri roux mâle mesure environ 8,5 cm de long et pèse près de 3 grammes. Il a un bec droit, mince et noir. Il a la face, le dos, les flancs, le croupion, la queue, l’abdomen et les sous-caudales de couleur rousse.

Il porte une calotte verte lustrée au sommet de sa tête. Son dos est parfois tacheté de vert et ses ailes sont sombres. La petite tache blanche à l’extrémité de l’oil et la gorge écarlate contrastent avec ses yeux noirs et sa poitrine blanche. Les extrémités des plumes de sa queue fourchue sont foncées. Ils sont beaucoup plus vocaux que les femelles.
Le Colibri roux mâle mesure environ 8,5 cm de long et pèse près de 3 grammes. Il a un bec droit, mince et noir. Il a la face, le dos, les flancs, le croupion, la queue, l’abdomen et les sous-caudales de couleur rousse.

Il porte une calotte verte lustrée au sommet de sa tête. Son dos est parfois tacheté de vert et ses ailes sont sombres. La petite tache blanche à l’extrémité de l’oil et la gorge écarlate contrastent avec ses yeux noirs et sa poitrine blanche. Les extrémités des plumes de sa queue fourchue sont foncées. Ils sont beaucoup plus vocaux que les femelles.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri roux (mâle)

Colibri roux (Selasphorus rufus), mâle

Crédit : Chuck Rogers

© Chuck Rogers


La femelle est légèrement plus grande que le mâle et légèrement plus terne. Elle mesure environ 9 cm et pèse près de 4 grammes. Son plumage est vert bronzé sur le dos, le dessus de la tête et le dessus des ailes. Des zones brun rougeâtre enjolivent les flancs et la queue. De petites marques rouges et vertes sont parfois visibles sur la gorge. Le juvénile mâle ressemble à la femelle adulte, avec plus de roux sur le croupion et le bas du dos.
La femelle est légèrement plus grande que le mâle et légèrement plus terne. Elle mesure environ 9 cm et pèse près de 4 grammes. Son plumage est vert bronzé sur le dos, le dessus de la tête et le dessus des ailes. Des zones brun rougeâtre enjolivent les flancs et la queue. De petites marques rouges et vertes sont parfois visibles sur la gorge. Le juvénile mâle ressemble à la femelle adulte, avec plus de roux sur le croupion et le bas du dos.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri roux (femelle)

Colibri roux (Selasphorus rufus), femelle

Crédit : Chuck Rogers

© Chuck Rogers


La femelle Colibri roux construit le nid à travers les plantes retombantes, dans les buissons et même dans les arbres de dimensions importantes. Le nid ressemble à une coupe couverte. La femelle a généralement une couvée par année, mais parfois deux. Les deux oeufs sont incubés pendant environ 16 jours. Le colibri roux niche parfois en colonie. On a trouvé jusqu’à une vingtaine de nids dans un même secteur.
La femelle Colibri roux construit le nid à travers les plantes retombantes, dans les buissons et même dans les arbres de dimensions importantes. Le nid ressemble à une coupe couverte. La femelle a généralement une couvée par année, mais parfois deux. Les deux oeufs sont incubés pendant environ 16 jours. Le colibri roux niche parfois en colonie. On a trouvé jusqu’à une vingtaine de nids dans un même secteur.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri roux

Colibri roux (Selasphorus rufus)

Crédit : Jeff Fennell

© Jeff Fennell


Le Colibri roux vit là où il y a des fleurs, dans les forêts, les zones buissonneuses et les prairies, en altitude. Il se nourrit principalement de nectar de fleurs, de sève et d’insectes. On le voit aussi régulièrement aux abreuvoirs. Il est très territorial.
Le Colibri roux vit là où il y a des fleurs, dans les forêts, les zones buissonneuses et les prairies, en altitude. Il se nourrit principalement de nectar de fleurs, de sève et d’insectes. On le voit aussi régulièrement aux abreuvoirs. Il est très territorial.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri roux

Colibri roux (Selasphorus rufus)

Crédit : Frank Leung

© Frank Leung


Le Colibri roux est l'espèce qui niche le plus au nord. Il fréquente les terrains découverts, les praires en altitude, les bords de forêt et les zones buissonneuses de l'Amérique du Nord occidentale, entre l'Alaska méridional et la Californie. Ils nichent en Colombie-Britannique, jusque dans les îles de la Reine-Charlotte, la frontière de l'Alaska et le Sud-Ouest de l'Alberta. Bon nombre de Colibri roux migrent par les montagnes rocheuses et les basses terres voisines. Le Colibri roux s'aventure parfois jusqu'au Sud-Ouest du Yukon et de la Saskatchewan. Vers le mois d'octobre, ils migrent vers le Mexique. Il voyage ainsi pendant plus de 4000 km, ce qui est un exploit sans pareil compte tenu de sa grosseur.
Le Colibri roux est l'espèce qui niche le plus au nord. Il fréquente les terrains découverts, les praires en altitude, les bords de forêt et les zones buissonneuses de l'Amérique du Nord occidentale, entre l'Alaska méridional et la Californie. Ils nichent en Colombie-Britannique, jusque dans les îles de la Reine-Charlotte, la frontière de l'Alaska et le Sud-Ouest de l'Alberta. Bon nombre de Colibri roux migrent par les montagnes rocheuses et les basses terres voisines. Le Colibri roux s'aventure parfois jusqu'au Sud-Ouest du Yukon et de la Saskatchewan. Vers le mois d'octobre, ils migrent vers le Mexique. Il voyage ainsi pendant plus de 4000 km, ce qui est un exploit sans pareil compte tenu de sa grosseur.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Répartition du colibri roux

Légende :

Rouge - Aire de nidification

Jaune - Passage migratoire

Bleu - Aire d'hivernage

Violet - Aire de résidence permanente

Les données proviennent de Natureserve en collaboration avec Robert Ridgely, James Zook,
The Nature Conservancy - Migratory Bird Program, Conservation International - CABS, World Wildlife Fund - US, and Environment Canada - WILDSPACE.

© Natureserve


Un dérèglement migratoire conduit certains colibris roux à migrer vers l’est plutôt que vers le sud. Généralement, les individus qui migraient à l’est par erreur mourraient. Maintenant, plusieurs survivent et leur tendance d’émigrer à l’est est transmise à leur progéniture. Cette tendance serait le résultat de la survie accrue grâce à la présence d’abreuvoirs. Si la nourriture et les abris sont accessibles, les colibris roux sont étonnamment robustes; ils sont capables de tolérer les températures de près de -20° C.
Un dérèglement migratoire conduit certains colibris roux à migrer vers l’est plutôt que vers le sud. Généralement, les individus qui migraient à l’est par erreur mourraient. Maintenant, plusieurs survivent et leur tendance d’émigrer à l’est est transmise à leur progéniture. Cette tendance serait le résultat de la survie accrue grâce à la présence d’abreuvoirs. Si la nourriture et les abris sont accessibles, les colibris roux sont étonnamment robustes; ils sont capables de tolérer les températures de près de -20° C.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri roux en Estrie, Québec

Colibri roux (Selasphorus rufus) en Estrie, Québec

Crédit : Serge Beaudette

© Serge Beaudette


La parade nuptiale du Colibri roux mâle est très spectaculaire. Il effectue une série de piqués en émettant un genre de bégaiement. Les piqués finissent toujours au même endroit, près de la femelle, mais commencent à des endroits différents. Les plongeons sont rapides, mais les remontées sont lentes. La femelle déploie les extrémités blanches des plumes de sa queue pour signifier qu'elle accepte les avances.
La parade nuptiale du Colibri roux mâle est très spectaculaire. Il effectue une série de piqués en émettant un genre de bégaiement. Les piqués finissent toujours au même endroit, près de la femelle, mais commencent à des endroits différents. Les plongeons sont rapides, mais les remontées sont lentes. La femelle déploie les extrémités blanches des plumes de sa queue pour signifier qu'elle accepte les avances.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri roux

Colibri roux (Selasphorus rufus)

Crédit : Frank Leung

© Frank Leung


Le Colibri roux aime se baigner. Comme tous les oiseaux, il possède une glande à la base de la queue qui sécrète une huile qui lui sert à nettoyer et à imperméabiliser ses plumes. On peut aussi le voir, comme ici, les plumes gonflées, prendre un bain de soleil.
Le Colibri roux aime se baigner. Comme tous les oiseaux, il possède une glande à la base de la queue qui sécrète une huile qui lui sert à nettoyer et à imperméabiliser ses plumes. On peut aussi le voir, comme ici, les plumes gonflées, prendre un bain de soleil.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri roux

Colibri roux (Selasphorus rufus)

Crédit : Serge Beaudette

© Serge Beaudette


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • résumer l’information concernant le Colibri roux (nid, habitat, répartition, taille approximative).

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons