Heiner Kammann

Heiner Kammann

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Federal Ministry for Education and Research (BMBF) and Deutsche Telekom, Ananas Productions, Schule ans netz, Alexander Von Humboldt Schule, Musée canadien des civilisations, Carl-Friedrich Gauß Schule, Confederation High School, Deutsachherren-Gymnasium, Musée d’histoire allemande, Gymnasium Isernhagen, Horton High School/Acadia University, Integrierte Gesamtschule Bonne-Beuel,

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Président et propriétaire majoritaire de WECO Fabricant de connecteurs pour dispositifs de contrôle électronique de la température 46 ans Né à Kempen (Bas-Rhin) en 1952 Arrivé à Montréal (Canada) en 1976
  • Président et propriétaire majoritaire de WECO
  • Fabricant de connecteurs pour dispositifs de contrôle électronique de la température
  • 46 ans
  • Né à Kempen (Bas-Rhin) en 1952
  • Arrivé à Montréal (Canada) en 1976

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Heiner Kammann

"Mein name ist Heiner Kammann. Ich bin sechsundvierzig jahren. Ich komme aus Deutchland. My name is Heiner Kamman. I am forty-six years old. I was born in Kempen, which is the lower lying area close to Düsseldorf."

 Mein name ist Heiner Kammann. Ich bin sechsundvierzig jahren. Ich komme aus Deutchland. Je m'appelle Heiner Kamman. J’ai 46 ans. Je suis né à Kempen, qui se trouve dans les régions basses, à proximité de Düsseldorf.

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Federal Ministry for Education and Research (BMBF) and Deutsche Telekom, Ananas Productions, Schule ans netz, Alexander Von Humboldt Schule, Musée canadien des civilisations, Carl-Friedrich Gauß Schule, Confederation High School, Deutsachherren-Gymnasium, Musée d’histoire allemande, Gymnasium Isernhagen, Horton High School/Acadia University, Integrierte Gesamtschule Bonne-Beuel,

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Pourquoi êtes-vous venu(e) au Canada? Êtes-vous venu(e) directement au Canada?

Je suis venu au Canada pour diverses raisons. Par dessus tout, la relative instabilité du climat politique qui régnait en Europe à ce moment-là m’était insupportable. C’était avant la fin de la guerre froide. Imaginez un peu un jeune Allemand qui se rend à Berlin et qui, voyant « le mur », réalise que la sécurité est menacée dans son pays! J’ai alors pensé que si les tanks russes pouvaient être à Berlin en trois jours, combien de temps aurais-je, moi, pour fuir vers la Hollande, plus vers la sécurité? Je me souviens encore des dommages de la Seconde Guerre mondiale que, dans les années 1950, les gens de ma localité s’efforçaient de réparer. Cela, je crois, m’a très fortement donné l’envie de partir. Le Canada était un endroit beaucoup plus invitant en termes de situation politique et y venir avait toujours été mon rêve! En somme, nous avons quitté un régime politique agité pour en retrouver un plus stable. Ma femme, ma fille aînée (qui n’avait que dix mois) et moi-mê Pour en lire plus
Pourquoi êtes-vous venu(e) au Canada? Êtes-vous venu(e) directement au Canada?

Je suis venu au Canada pour diverses raisons. Par dessus tout, la relative instabilité du climat politique qui régnait en Europe à ce moment-là m’était insupportable. C’était avant la fin de la guerre froide. Imaginez un peu un jeune Allemand qui se rend à Berlin et qui, voyant « le mur », réalise que la sécurité est menacée dans son pays! J’ai alors pensé que si les tanks russes pouvaient être à Berlin en trois jours, combien de temps aurais-je, moi, pour fuir vers la Hollande, plus vers la sécurité? Je me souviens encore des dommages de la Seconde Guerre mondiale que, dans les années 1950, les gens de ma localité s’efforçaient de réparer. Cela, je crois, m’a très fortement donné l’envie de partir. Le Canada était un endroit beaucoup plus invitant en termes de situation politique et y venir avait toujours été mon rêve! En somme, nous avons quitté un régime politique agité pour en retrouver un plus stable. Ma femme, ma fille aînée (qui n’avait que dix mois) et moi-même nous sommes donc embarqués sur un bateau d’immigrants typique qui, au départ de Rotterdam, devait nous amener jusqu’à Montréal, après avoir fait escale à Londres et avoir remonté le Saint-Laurent.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Qu’attendiez-vous de votre nouvelle vie au Canada? Vos espoirs se sont-ils réalisés?

Je nourrissais beaucoup d’espoirs et de rêves pour ma nouvelle vie au Canada. Je voulais vivre à un endroit où le climat politique serait stable, avoir la possibilité de voyager dans tout le pays, m’établir sur une ferme et l’exploiter et, ce faisant, retrouver un genre de vie qui m’était familier. Oui, j’ai réalisé mes rêves! Comme je ne suis pas vraiment un citadin, je vis dans le West-End de Montréal où je possède une ferme dans un joli coin près d’un lac et où, le week-end, je m’emploie à élever des animaux, cultiver du maïs et vivre essentiellement la vie du « gentleman farmer ». Je n’ai toutefois pas arrêté de rêver. Si vous le faites, vous n’avez plus de buts dans la vie et vous commencez à vous demander à quoi tout cela rime?
Qu’attendiez-vous de votre nouvelle vie au Canada? Vos espoirs se sont-ils réalisés?

Je nourrissais beaucoup d’espoirs et de rêves pour ma nouvelle vie au Canada. Je voulais vivre à un endroit où le climat politique serait stable, avoir la possibilité de voyager dans tout le pays, m’établir sur une ferme et l’exploiter et, ce faisant, retrouver un genre de vie qui m’était familier. Oui, j’ai réalisé mes rêves! Comme je ne suis pas vraiment un citadin, je vis dans le West-End de Montréal où je possède une ferme dans un joli coin près d’un lac et où, le week-end, je m’emploie à élever des animaux, cultiver du maïs et vivre essentiellement la vie du « gentleman farmer ». Je n’ai toutefois pas arrêté de rêver. Si vous le faites, vous n’avez plus de buts dans la vie et vous commencez à vous demander à quoi tout cela rime?

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelle a été la réaction de votre famille lorsque vous avez décidé de venir au Canada?

Ma femme était venue à Montréal avant que nous immigrions au Canada, mais ayant dû rentrer en Allemagne, elle avait gardé l’espoir de revenir. Mes parents et les autres membres de ma famille souhaitaient initialement que je me joigne à l’entreprise familiale. Lorsque j’ai décidé d’émigrer au Canada, ils n’étaient pas très heureux de ma décision. Toutefois, mon désir de quitter l’Allemagne était plus fort que mes liens familiaux avec ce pays. Aujourd’hui, nous avons un point d’attache fort avec l’Allemagne et y allons souvent, à moins que nous (la famille) ne nous rencontrions tous ensemble à un endroit donné. Je crois que, maintenant que j’ai fait ma place au Canada, la douleur n’est plus aussi vive pour mes parents que lorsque j’étais sur le point de les quitter pour venir ici.
Quelle a été la réaction de votre famille lorsque vous avez décidé de venir au Canada?

Ma femme était venue à Montréal avant que nous immigrions au Canada, mais ayant dû rentrer en Allemagne, elle avait gardé l’espoir de revenir. Mes parents et les autres membres de ma famille souhaitaient initialement que je me joigne à l’entreprise familiale. Lorsque j’ai décidé d’émigrer au Canada, ils n’étaient pas très heureux de ma décision. Toutefois, mon désir de quitter l’Allemagne était plus fort que mes liens familiaux avec ce pays. Aujourd’hui, nous avons un point d’attache fort avec l’Allemagne et y allons souvent, à moins que nous (la famille) ne nous rencontrions tous ensemble à un endroit donné. Je crois que, maintenant que j’ai fait ma place au Canada, la douleur n’est plus aussi vive pour mes parents que lorsque j’étais sur le point de les quitter pour venir ici.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Connaissiez-vous déjà des gens ici au Canada? Avez-vous fait la connaissance de gens pendant votre voyage d’immigration au Canada? Dans l’affirmative, avez-vous toujours des contacts avec eux?

À l’exception d’une tante de ma femme, nous ne connaissions personne lorsque nous sommes arrivés au Canada. Pour autant que je sache, nous sommes les seuls Kammann dans le bottin téléphonique de Montréal. Jusqu’en 1982, on pouvait encore venir d’Allemagne au Canada en bateau. C’est comme cela que nous sommes arrivés. Sur le bateau, nous avons fait la connaissance de jeunes femmes mennonites rentrant d’Allemagne, de gens qui, comme nous, immigraient au Canada et de gens qui venaient simplement visiter le Canada. Nous avons, hélas, aujourd’hui perdu contact avec tous ces gens.
Connaissiez-vous déjà des gens ici au Canada? Avez-vous fait la connaissance de gens pendant votre voyage d’immigration au Canada? Dans l’affirmative, avez-vous toujours des contacts avec eux?

À l’exception d’une tante de ma femme, nous ne connaissions personne lorsque nous sommes arrivés au Canada. Pour autant que je sache, nous sommes les seuls Kammann dans le bottin téléphonique de Montréal. Jusqu’en 1982, on pouvait encore venir d’Allemagne au Canada en bateau. C’est comme cela que nous sommes arrivés. Sur le bateau, nous avons fait la connaissance de jeunes femmes mennonites rentrant d’Allemagne, de gens qui, comme nous, immigraient au Canada et de gens qui venaient simplement visiter le Canada. Nous avons, hélas, aujourd’hui perdu contact avec tous ces gens.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelle est la première chose qui vous ait marquée au Canada?

Nous étions au Quai Iberville, dans le port de Montréal, et je me souviens de la réflexion que je m’étais alors faite en regardant la ville qui s’étendait devant nous : « Je débarque à Montréal dont je ne connais ni les rues, ni les gens, ni les mœurs, ni la culture, et pourtant, je n’ai pas peur! »
Quelle est la première chose qui vous ait marquée au Canada?

Nous étions au Quai Iberville, dans le port de Montréal, et je me souviens de la réflexion que je m’étais alors faite en regardant la ville qui s’étendait devant nous : « Je débarque à Montréal dont je ne connais ni les rues, ni les gens, ni les mœurs, ni la culture, et pourtant, je n’ai pas peur! »

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Avez-vous eu l’impression qu’on vous respectait lorsque vous êtes arrivé(e) ici?

Le Canada était une société très tolérante. On me respectait. Lorsque vous venez au Canada, vous devenez Canadien, mais vous n’oubliez pas pour autant votre histoire et votre culture. Vos enfants non plus.
Avez-vous eu l’impression qu’on vous respectait lorsque vous êtes arrivé(e) ici?

Le Canada était une société très tolérante. On me respectait. Lorsque vous venez au Canada, vous devenez Canadien, mais vous n’oubliez pas pour autant votre histoire et votre culture. Vos enfants non plus.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelles sont les différences entre le Canada et l’Allemagne que vous avez le plus remarquées lorsque vous êtes arrivé(e) ici? Étaient-ce des différences culturelles ou d’un autre type? Ces différences existent-elles toujours?

Le Canada et l’Allemagne étaient des pays très différents. Lorsqu’on immigre au Canada, on apporte avec soi les traditions, les traits sociaux et l’héritage historique du pays d’où l’on vient. Le Canada était, au moment où je suis venu, beaucoup plus calme sur le plan politique que l’Allemagne. La politique déteignait beaucoup moins sur la vie de tous les jours ici qu’en Allemagne. Ce ne sont pas non plus les mêmes sports qui intéressaient les gens : en Allemagne, c’était le soccer tandis que les Canadiens se passionnaient pour le hockey. Même le chocolat était différent pour ceux qui en sont friands. Les différences étaient nombreuses, mais cela ne voulait pas dire qu’un endroit était meilleur que l’autre. Toutes ces différences qui sautent aux yeux lorsque l’on débarque s’estompent au fur et Pour en lire plus
Quelles sont les différences entre le Canada et l’Allemagne que vous avez le plus remarquées lorsque vous êtes arrivé(e) ici? Étaient-ce des différences culturelles ou d’un autre type? Ces différences existent-elles toujours?

Le Canada et l’Allemagne étaient des pays très différents. Lorsqu’on immigre au Canada, on apporte avec soi les traditions, les traits sociaux et l’héritage historique du pays d’où l’on vient. Le Canada était, au moment où je suis venu, beaucoup plus calme sur le plan politique que l’Allemagne. La politique déteignait beaucoup moins sur la vie de tous les jours ici qu’en Allemagne. Ce ne sont pas non plus les mêmes sports qui intéressaient les gens : en Allemagne, c’était le soccer tandis que les Canadiens se passionnaient pour le hockey. Même le chocolat était différent pour ceux qui en sont friands. Les différences étaient nombreuses, mais cela ne voulait pas dire qu’un endroit était meilleur que l’autre. Toutes ces différences qui sautent aux yeux lorsque l’on débarque s’estompent au fur et à mesure que le temps passe et qu’on s’habitue à vivre au Canada.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Est-ce qu’il y avait des familles allemandes dans votre voisinage? Avez-vous adhéré à des clubs ou à des associations de germanophones?

D’autres familles allemandes vivaient et vivent toujours dans le quartier où nous nous sommes établis, près de l’école Alexander von Humboldt, à Baie d’Urfé. D’autres familles germanophones, dont les enfants sont d’âge scolaire, ont fait comme nous. Certaines venaient d’Autriche ou de Suisse ou encore, comme nous, d’Allemagne. Lorsque je suis arrivé au pays, j’ai eu envie de me rapprocher des associations et des églises fréquentées par des germanophones, mais, lorsque je me suis senti plus intégré au Canada, je me suis davantage fondu dans la vie associative générale, sauf pour le milieu scolaire allemand, que mes enfants continuent de fréquenter.
Est-ce qu’il y avait des familles allemandes dans votre voisinage? Avez-vous adhéré à des clubs ou à des associations de germanophones?

D’autres familles allemandes vivaient et vivent toujours dans le quartier où nous nous sommes établis, près de l’école Alexander von Humboldt, à Baie d’Urfé. D’autres familles germanophones, dont les enfants sont d’âge scolaire, ont fait comme nous. Certaines venaient d’Autriche ou de Suisse ou encore, comme nous, d’Allemagne. Lorsque je suis arrivé au pays, j’ai eu envie de me rapprocher des associations et des églises fréquentées par des germanophones, mais, lorsque je me suis senti plus intégré au Canada, je me suis davantage fondu dans la vie associative générale, sauf pour le milieu scolaire allemand, que mes enfants continuent de fréquenter.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Avez-vous trouvé difficile pour l’immigrant / l’immigrante que vous étiez de trouver du travail dans un nouveau pays?

J’ai apporté mon travail avec moi d’Allemagne. J’ai commencé par installer mon entreprise dans mon sous-sol, puis, comme j’avais besoin de plus d’espace, j’ai déménagé dans mon garage. Ce n’est que dans un troisième temps que j’ai emménagé dans les locaux qui sont les miens aujourd’hui.
Avez-vous trouvé difficile pour l’immigrant / l’immigrante que vous étiez de trouver du travail dans un nouveau pays?

J’ai apporté mon travail avec moi d’Allemagne. J’ai commencé par installer mon entreprise dans mon sous-sol, puis, comme j’avais besoin de plus d’espace, j’ai déménagé dans mon garage. Ce n’est que dans un troisième temps que j’ai emménagé dans les locaux qui sont les miens aujourd’hui.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Que faisiez-vous en Allemagne avant d’émigrer? Comment avez-vous concilié cela avec votre nouvelle situation au Canada?

Lorsque je vivais en Allemagne, je pouvais voyager, mais mes déplacements en Europe étaient restreints à cause de l’existence de la guerre froide. Maintenant que je suis Canada, je peux aller où je veux.
Que faisiez-vous en Allemagne avant d’émigrer? Comment avez-vous concilié cela avec votre nouvelle situation au Canada?

Lorsque je vivais en Allemagne, je pouvais voyager, mais mes déplacements en Europe étaient restreints à cause de l’existence de la guerre froide. Maintenant que je suis Canada, je peux aller où je veux.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • décrire le contexte de l’immigration allemande au Canada au cours du XXe siècle;
  • constater que l’immigration affecte la vie d’individus issus d’horizons très variés;
  • comprendre quelques-unes des expériences qu’ont vécues les immigrants allemands au Canada, tant en Allemagne qu’au Canada;
  • expliquer pourquoi des individus émigrent au Canada;
  • comprendre ce que ressentent des nouveaux immigrants au Canada.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons