L'hélice à pas variable de Wallace Turnbull permit aux pilotes de contrôler l'augmentation et la perte d'altitude.

Le 7 février 1922, Wallace Rupert Turnbull fait breveté son hélice à pas variable. Perçu comme une des plus grandes inventions de l’histoire de l’aviation, ce mécanisme permet de modifier le pas de pale en fonction des conditions de vol et du poids de l’aéronef. Lorsque Wallace Rupert Turnbull est intronisé, à titre posthume, au Panthéon de l’aviation du Canada en 1977, sa citation se lit comme suit : « La corroboration, de façon inlassable, de ses thèses aéronautiques à des problèmes uniques à l’aviation et plus particulièrement son invention d’une hélice à pas variable ont été très utiles pour l’aviation canadienne. »

Musée national de l'aviation, l'Association des ingénieurs du Nouveau-Brunswick
Musée du Nouveau-Brunswick, Saint John, N-B.
vers 1922
Saint John, Nouveau-Brunswick, CANADA
© 2008, Musée du Nouveau-Brunswick, Saint John, N-B. Tous droits réservés.


Planet Space, dont le siège social est à Chicago, fait partie de la nouvelle industrie émergente de commercialisation de l’espace. Faisant équipe avec des intervenants clés dans le développement d’accélérateurs à poudre et d’astronefs (tels Lockheed Martin Space Systems Company), Planet Space développe un vaste spectre de services spatiaux à des fins commerciales, dont les services de fret et d’équipage à la station spatiale internationale, un voyage point à point, le tourisme spatial, et des missions de livraison d’orbite des satellites et de vitesse d’évasion.

Le capitaine D.J. Bellinger et le capitaine Marvin Edward ‘Ted’ Gow font partie des astronautes de Canadian Arrow, la filiale canadienne de Planet Space. De 2000 à 2002, le capitaine David Ballinger est instructeur tactique (Aviation) au 403e escadron d’entraînement opérationnel – Hélicoptère à la BFC Gagetown. Il enseigne la conduite de la guerre aérienne aux chefs pilotes militaires canadiens et &eacu Pour en lire plus

Planet Space, dont le siège social est à Chicago, fait partie de la nouvelle industrie émergente de commercialisation de l’espace. Faisant équipe avec des intervenants clés dans le développement d’accélérateurs à poudre et d’astronefs (tels Lockheed Martin Space Systems Company), Planet Space développe un vaste spectre de services spatiaux à des fins commerciales, dont les services de fret et d’équipage à la station spatiale internationale, un voyage point à point, le tourisme spatial, et des missions de livraison d’orbite des satellites et de vitesse d’évasion.

Le capitaine D.J. Bellinger et le capitaine Marvin Edward ‘Ted’ Gow font partie des astronautes de Canadian Arrow, la filiale canadienne de Planet Space. De 2000 à 2002, le capitaine David Ballinger est instructeur tactique (Aviation) au 403e escadron d’entraînement opérationnel – Hélicoptère à la BFC Gagetown. Il enseigne la conduite de la guerre aérienne aux chefs pilotes militaires canadiens et étrangers. Le capitaine Ted Gow est pilote instructeur du CH 146 Griffon et aussi membre du 403e escadron d’entraînement opérationnel – Hélicoptère à la BFC Gagetown, où il est stationné durant l’été 2004.

Au début des années 70, le Prince Charles, héritier de la Couronne, suit une formation de pilote d’hélicoptère à la BFC Gagetown. Les résidents locaux disent qu’ils savent lorsque le Prince Charles pilote un hélicoptère en raison des nombreux autres hélicoptères qui le suivent de près, une mesure de précaution en cas de problème avec l’avion du Prince.


© 2008, Canadian Arrow/Planet Space. Tous droits réservés.

L'atelier de Turnbull - Musée du Nouveau-Brunswick.

L'atelier de Turnbull était un outil de travail. Ilse servait d'appareils commandés par courroie et alimentés par des moteurs électriques pour créer les pièces en métal et en bois dont il avait besoin pour la fabrication de ses modèles experimentaux.

Musée du Nouveau-Brunswick, Saint John, N-B.
1870 - 1954
Rothesay, Nouveau-Brunswick, CANADA
© 2008, Musée du Nouveau-Brunswick, Saint John, N-B. Tous droits réservés.


Wallace Rupert Turnbull (1870-1954) est mieux connu à titre d’inventeur de la première hélice à pales orientables qui révolutionna I’aviation en permettant une meilleure commande de vol, particulièrement au décollage et à I’atterrissage, et une efficacité accrue du moteur et de la consommation d’essence. Ses découvertes relatives à la stabilité des aéronefs, ainsi que ses recherches sur Ie comportement de I’hélice et la science de I’ aérodynamique, sont moins bien connues.

L’une ou "autre de ces réalisations aurait assure à Turnbull une place permanente dans I’histoire de I’aviation. Toutefois, à I’extérieur de sa localité de Rothesay (N.-B.) ou de sa localité voisine de Saint John, son nom n’est pas vraiment connu, sauf par de nombreux historiens de I’aviation du monde entier. Turnbull ne fut ni I’un des premiers aviateurs ni un pilote d’essai ni un héros de la guerre. En fait, il n’a jamais pilote un avion de sa vie. Pour en lire plus

Wallace Rupert Turnbull (1870-1954) est mieux connu à titre d’inventeur de la première hélice à pales orientables qui révolutionna I’aviation en permettant une meilleure commande de vol, particulièrement au décollage et à I’atterrissage, et une efficacité accrue du moteur et de la consommation d’essence. Ses découvertes relatives à la stabilité des aéronefs, ainsi que ses recherches sur Ie comportement de I’hélice et la science de I’ aérodynamique, sont moins bien connues.

L’une ou "autre de ces réalisations aurait assure à Turnbull une place permanente dans I’histoire de I’aviation. Toutefois, à I’extérieur de sa localité de Rothesay (N.-B.) ou de sa localité voisine de Saint John, son nom n’est pas vraiment connu, sauf par de nombreux historiens de I’aviation du monde entier. Turnbull ne fut ni I’un des premiers aviateurs ni un pilote d’essai ni un héros de la guerre. En fait, il n’a jamais pilote un avion de sa vie.

II était un scientifique de la recherche pure et appliquée qui mena d’innombrables expériences, rédigea de nombreuses publications et mena plusieurs tentatives en vue de fabriquer une hélice à pales orientables dont Ie rendement soit satisfaisant. Lorsque ce dernier objectif fut accompli au cours de vols d’essai au camp Borden en Ontario en 1927, Ie gouvernement du Canada décida de ne pas participer à sa mise en marche. Turnbull ne se laissa pas démonter et signa une entente avec la société américaine Curtiss Wright Corporation en vue d’assurer sa fabrication commerciale.

II apporta plus tard des améliorations à son hélice dont Ie dernier brevet d’invention fut approuve en 1932. En 1940, Ie gouvernement américain commanda un grand nombre d’avion de chasse de la Curtiss Wright Corporation, avions équipes de I’hélice à commande électrique de Turnbull et pour lesquels ce dernier reçu des redevances. Bien que I ‘intérêt du gain financier n’ait jamais été la principale motivation de Turnbull, ces redevances furent une récompense appréciée. L’esprit d’entrepreneuriat de Turnbull était davantage motivée par I’altruisme, par Ie désir d’améliorer la performance des avions, plus particulièrement des avions commerciaux.

L’ampleur de ses réalisations est d’autant plus notable lorsque I’on tient compte des ressources dont il disposait. II travaillait seul, consultant sa bibliothèque personnelle et entretenant des relations avec d’autres pionniers de I’aviation en maintenant une correspondance et en leur rendant visite pour discuter et échanger. Le matériel d’expérimentation, y compris Ie premier tunnel aérodynamique au Canada bâtit en 1905-06, était fabrique et mis à I’essai dans une série d’ateliers sur sa propriété. Turnbull ne travaillait pas dans un milieu universitaire avec des assistants de recherche et des appareils de la plus récente technologie.

II était plutôt un homme de science et un inventeur, comme Ie furent Thomas Edison et Alexander Graham Bell, qui réalisa de grandes choses par son ingéniosité, son éthique du travail et sa persévérance.


© 2008, Musée du Nouveau-Brunswick, Saint John, N-B.. Tous droits réservés.

Alexander Graham Bell, plus connu en tant qu'inventeur du téléphone, joua un rôle important en construisant la Silver Dart.

Le 23 février 1909, le Silver Dart effectue plusieurs vols au dessus des glaces du lac Bras d’Or, étant notamment le premier aérodyne de l’Empire britannique. Il est construit par la Aerial Experiment Association, qui compte, parmi ses membres, Alexander Graham Bell et J.A.D. McCurdy. L’Association consulte Wallace Turnbull à l’étape de conception de l’aéronef concernant la courbure des ailes.

Lieu historique national Alexander Graham Bell/Parcs Canada
1909-02-23
Baddeck, Nouvelle-Écosse, CANADA
130728-A
© 2008, Lieu historique national Alexander Graham Bell/Parcs Canada,. Tous droits réservés.


Trois ans après le vol historique du Silver Dart, on photographia à Courtenay Bay Flats le premier avion à voler à Saint John

Le 8 septembre 1912, le premier avion piloté par le capitaine Tom Baldwin décolle et atterrit sur les battures de la baie Courtenay, à Saint Jean.

Musée du Nouveau-Brunswick, Saint John, N-B.
1912-09-12
Saint John, Courtenay Bay flats, Nouveau-Brunswick, CANADA
© 2008, Musée du Nouveau-Brunswick, Saint John, N-B. Tous droits réservés.


Le Moncton Flying College entraîne des pilotes, en 1929, sous la dénomination sociale Moncton Aero Club. Au fil des ans, le collège porte différents noms : Moncton Aero Club, Moncton Flying Club et Moncton Flight Center. Il devient le Moncton Flying College en 1997, lors du lancement du programme de deux ans menant à un diplôme.

Le Moncton Flight College forme des pilotes de partout dans le monde, depuis 1929. Au cours de cette période, plus de 15 000 aviateurs ont suivi une formation au pilotage. Certains d’entre eux exercent non seulement leur métier dans toutes les régions du monde, mais ils occupent aussi des postes cadres au sein de lignes aériennes mondiales, d’autorités de l’aviation et de compagnies d’aviation.

Le MFC a été reconnu à plusieurs reprises. Il a remporté de nombreux prix, qui témoignent de son niveau de professionnalisme. Le MFC est un des plus grands établissements de formation au pilotage pour l’aviation commerciale au Canada et la seule école actuellement autorisée à assure Pour en lire plus

Le Moncton Flying College entraîne des pilotes, en 1929, sous la dénomination sociale Moncton Aero Club. Au fil des ans, le collège porte différents noms : Moncton Aero Club, Moncton Flying Club et Moncton Flight Center. Il devient le Moncton Flying College en 1997, lors du lancement du programme de deux ans menant à un diplôme.

Le Moncton Flight College forme des pilotes de partout dans le monde, depuis 1929. Au cours de cette période, plus de 15 000 aviateurs ont suivi une formation au pilotage. Certains d’entre eux exercent non seulement leur métier dans toutes les régions du monde, mais ils occupent aussi des postes cadres au sein de lignes aériennes mondiales, d’autorités de l’aviation et de compagnies d’aviation.

Le MFC a été reconnu à plusieurs reprises. Il a remporté de nombreux prix, qui témoignent de son niveau de professionnalisme. Le MFC est un des plus grands établissements de formation au pilotage pour l’aviation commerciale au Canada et la seule école actuellement autorisée à assurer la formation des pilotes pour l’Autorité conjointe de l’aviation au Canada.


© 2008, Don McClure Galerie historique de l'aviation, l'Aéroport internationa. Tous droits réservés.

Amelia Earhart s'arrêta d'abord à Saint John avant d'entamer le premier vol transatlantique effectue par une femme.

Avant d’entreprendre son vol transatlantique entre Harbour Grace, à Terre Neuve et Culmore, en Irlande du Nord, le 20 mai 1932, l’aviatrice américaine Amelia Earhart fait une escale à l’aéroport de Saint Jean, alors situé à Millidgeville. Elle est la première femme à traverser l’Atlantique en solitaire sans escale. En 1927, Charles Lindbergh effectue le premier vol en solitaire au dessus de l’océan Atlantique. En 1937, Amelia Earhart, aux commandes de son avion, disparaît au dessus de l’océan Pacifique lors d’une tentative de tour du monde.

Collection Harold Wright, archives provinciales du Nouveau-Brunswick.
vers 1932
Nouveau-Brunswick, CANADA
P338-103
© 2008, archives provinciales du Nouveau-Brunswick. Tous droits réservés.


En 1932, James Mollison effectua le premier vol transatlantique en solitaire d'est en ouest en atterrissant à Pennfield, N.B.

Parti de Portmarnock (Irlande) aux commandes d’un Havilland Puss Moth, l’aviateur écossais, James A. Mollison, atterrit à Pennfield, réussissant la première traversée de l’océan Atlantique, d’est en ouest.

Wikipedia
1932-08-18
Pennfield, Nouveau-Brunswick, CANADA
IRLANDE
© 2008, Wikipedia. Tous droits réservés.


En 1939 le premier service postal aérien transatlantique en provenance de New York fit halte à Shediac.

En juin 1939, le premier vol postal transatlantique régulier est effectué entre Shediac et Foynes (en Irlande). Pan American Airlines exploite le service aéropostal avec le nouvel hydravion Boeing 314.

Michael O. Nowlan
vers 1939
Shediac, Nouveau-Brunswick, CANADA
New York, ÉTATS-UNIS
Southampton, ROYAUME-UNI
© 2008, Michael O. Nowlan Collection. Tous droits réservés.


En 1952, Al Lilly fut le premier à franchir le mur du son au Canada, à bord d'un avion de combat à réaction F-86 Sabre.

Al Lilly est instructeur de vol en chef pour le PEACB et fait partie du Ferry Company durant la Seconde Guerre mondiale. Il pilote le F 86 Sabre, premier avion à réaction fabriqué au Canada, et il se distingue comme le premier Canadien à franchir le mur du son. Il est intronisé au Panthéon de l’aviation du Canada en 1984. La citation se lit comme suit : « Le recours à ses compétences exceptionnelles en vol d’essai qui donne lieu à des améliorations essentielles à plusieurs avions, en temps de guerre et en temps de paix, a été grandement utile à l’aviation canadienne. »

BFC Chatham
vers 1952
© 1989, Col. A.M. Lee. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

Les élèves découvriront d’importantes inventions des débuts de l’aviation qui ont été nécessaires pour son avancement. Ils apprendront que le Nouveau Brunswick a été le théâtre de nombreuses premières associées à l’aviation.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons