Nous, Inuits du Canada, sommes les plus récents dépositaires de cet héritage culturel vieux de 5 000 ans qui s’est développé de la côte orientale de l’actuelle Russie jusqu’à la côte orientale du Groenland en passant par les vastes étendues arctiques de l’Alaska et du Canada.

Les non-Inuits nous donnent souvent le nom d’« Esquimaux ». C’est là un terme que nous n’employons jamais, lui préférant celui d’Inuits, qui veut dire ceux qui habitent.
Nous, Inuits du Canada, sommes les plus récents dépositaires de cet héritage culturel vieux de 5 000 ans qui s’est développé de la côte orientale de l’actuelle Russie jusqu’à la côte orientale du Groenland en passant par les vastes étendues arctiques de l’Alaska et du Canada.

Les non-Inuits nous donnent souvent le nom d’« Esquimaux ». C’est là un terme que nous n’employons jamais, lui préférant celui d’Inuits, qui veut dire ceux qui habitent.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Carte

Les Inuits et les cultures des régions circumpolaires.

Produit par Strata 360.

© Strata 360


D’ouest en est, notre territoire, qui recoupe quatre fuseaux horaires, fait environ 2 800 kilomètres. Du sud au nord, il commence à la lisière des forêts boréales et s’étend sur quelque 3 000 kilomètres jusqu’à la calotte polaire. Cela fait environ 6 000 000 de kilomètres carrés d’un territoire alliant étendues d’eau et continent.
D’ouest en est, notre territoire, qui recoupe quatre fuseaux horaires, fait environ 2 800 kilomètres. Du sud au nord, il commence à la lisière des forêts boréales et s’étend sur quelque 3 000 kilomètres jusqu’à la calotte polaire. Cela fait environ 6 000 000 de kilomètres carrés d’un territoire alliant étendues d’eau et continent.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Notre territoire n’est pas seulement vaste, mais il est aussi très pittoresque et compte une variété de paysages, de littoraux, de zones climatiques et d’écosystèmes. Il est important de comprendre que, lorsque nous parlons de notre territoire, nous pensons non seulement à la partie continentale de celui-ci, et aux lacs et rivières d’eau douce qui en émaillent la surface, mais également aux immenses étendues d’eau de sa partie océanique.

La diversité du territoire des Inuits du Canada est à l’image des régions qui le constituent et des populations qui l’habitent. Et pourtant, on y trouve en même temps une langue et nombre d’autres éléments culturels communs à toutes les régions et à tous les groupes.
Notre territoire n’est pas seulement vaste, mais il est aussi très pittoresque et compte une variété de paysages, de littoraux, de zones climatiques et d’écosystèmes. Il est important de comprendre que, lorsque nous parlons de notre territoire, nous pensons non seulement à la partie continentale de celui-ci, et aux lacs et rivières d’eau douce qui en émaillent la surface, mais également aux immenses étendues d’eau de sa partie océanique.

La diversité du territoire des Inuits du Canada est à l’image des régions qui le constituent et des populations qui l’habitent. Et pourtant, on y trouve en même temps une langue et nombre d’autres éléments culturels communs à toutes les régions et à tous les groupes.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

paysage

La vaste toundra du centre de l'Arctique.

Photographie de W. Kemp
La voix nationale des Inuits du Canada

© W. Kemp


paysage

La vaste toundra du centre de l'Arctique.

Photographie de W. Kemp
La voix nationale des Inuits du Canada

© W. Kemp


paysage

Rivière à fort débit coulant vers le nord.

Photographie de W. Kemp
La voix nationale des Inuits du Canada

© W. Kemp


paysage

Rivière à fort débit coulant vers le nord.

Photographie de W. Kemp
La voix nationale des Inuits du Canada

© W. Kemp


Les racines de la culture inuite sont à la fois maritimes et continentales. Aujourd’hui comme hier, la force et la vitalité de notre culture reposent sur la capacité des Inuits à tirer parti de leur environnement et à exploiter les ressources fauniques que la terre, la mer et les autres cours d’eau mettent à leur disposition.

Si la chasse continuera sans doute d’être pour eux une partie essentielle de leur culture, les 41 000 Inuits du Canada n’en sont pas moins déterminés à jouer dans le monde d’aujourd’hui un rôle de plus en plus actif sur les plans politique, culturel et économique. Il n’y a pas là pour eux un choix à faire entre deux mondes ou deux modes de vie différents, mais plutôt une possibilité nouvelle et dynamique de mettre à profit leur capacité de perpétuer la tradition tout en étant ouverts au changement.
Les racines de la culture inuite sont à la fois maritimes et continentales. Aujourd’hui comme hier, la force et la vitalité de notre culture reposent sur la capacité des Inuits à tirer parti de leur environnement et à exploiter les ressources fauniques que la terre, la mer et les autres cours d’eau mettent à leur disposition.

Si la chasse continuera sans doute d’être pour eux une partie essentielle de leur culture, les 41 000 Inuits du Canada n’en sont pas moins déterminés à jouer dans le monde d’aujourd’hui un rôle de plus en plus actif sur les plans politique, culturel et économique. Il n’y a pas là pour eux un choix à faire entre deux mondes ou deux modes de vie différents, mais plutôt une possibilité nouvelle et dynamique de mettre à profit leur capacité de perpétuer la tradition tout en étant ouverts au changement.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Okalik Eegeesiak et M. Jean Chrétien

Okalik Eegeesiak, présidente de la Inuit Tapirisat du Canada, avec l'ex Premier ministre du Canada, M. Jean Chrétien.

Offerte par la voix nationale des Inuits du Canada

© la voix nationale des Inuits du Canada


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • décrire qui sont les Inuits canadiens d’aujourd’hui ;
  • décrire les caractéristiques physiques du territoire inuit ;
  • décrire comment les Inuits conçoivent leur rôle dans le monde actuel.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons